De l’or contre la mort

, par  Aline Kiner

Deux tonnes d’or, 4000 objets : découverte presque intacte en 1922, la tombe de Toutankhamon a révélé des rituels funéraires que l’on ne connaissait que par les textes et les peintures. Décryptage.

« L’instant décisif était arrivé. Les
mains tremblantes, je pratiquai une petite ouverture dans le coin supérieur gauche [...] J’y plaçai une bougie [...] D’abord, je ne vis rien ; l’air chaud qui s’échappait de la chambre faisait clignoter la flamme. Puis, à mesure que mes yeux s’accoutumaient à l’obscurité, des formes se dessinèrent [...] : d’étranges animaux, des statues, et partout le scintillement de l’or...
 » [1]

En ce 24 novembre 1922, après cinq longues années de recherches infructueuses, Howard Carter vient de découvrir le trésor funéraire de Toutankhamon. La Vallée des Rois, que l’on pensait avoir livré tous ses secrets, révélait la première tombe de pharaon inviolée. Ou presque. Car - l’archéologue s’en rend vite compte - le petit roi n’a pas été épargné par les pilleurs. Des indices - ouvertures descellées, coffrets au sceau brisé, retrouvés vides... - révèlent que sa tombe a été visitée deux fois, sans doute peu après l’inhumation. Une écharpe en tissu contenant des bijoux est même retrouvée dans le couloir, montrant que le voleur a été pris la main dans le sac. Après cela, les administrateurs de la nécropole rangent succinctement les objets et rescellent l’entrée qui sera bientôt enfouie et protégée pour 3000 ans par les gravats de la tombe de Ramsès VI, creusée juste au-dessus.

En dépit de ces effractions, la sépulture livre un incroyable trésor : 4000 objets, deux tonnes d’or. Le tout entassé dans quatre pièces aux dimensions modestes : une antichambre de moins de 30 mètres carrés, derrière laquelle s’ouvre une annexe, la chambre funéraire d’environ 24 m2 et une petite salle, dite du trésor, où se trouvaient notamment les précieux vases canopes contenant les viscères du roi . Il faudra dix ans à Howard Carter pour exhumer, nettoyer et enregistrer toutes les pièces. Un travail qu’il effectue avec une ténacité et un soin remarquables à cette époque où les fouilles sont peu professionnelles. Caner se contente de recenser sans avoir vraiment le temps de comprendre leur sens.

Pour la première fois, pourtant, un sépulture apporte des données sur les coutumes funéraires de l’ancienne Egypte. Elle présent en trois dimensions des rituels connaissait que par les textes et les peintures.

La salle du sarcophage, qui n’a pas boulversée par les pilleurs, se révèle particulièrement passionnante. Elle montre une véritable volonté d’organisation. Le sarcophage royal était entouré de quatre chapelles en bois doré. emboîtées comme des poupées gigognes. « Entre la première et la seconde, se trouvait une sorte d’armature de bois couverte par des résidus de tissu. En étudiant cet étrange dispositif, nous avons immédiatement pensé au dais sous lequel opère Anubis, le dieu embaumeur, tel qu’il est peint dans nombre de tombres. »

Par ailleurs, aux angles sud-ouest et nord-ouest de la salle, étaient figurés deux emblèmes du dieu funéraire, des peaux d’animaux enroulées autour d’une hampe. Et dans le passage menant à la salle du trésor, un naos, portant un chacal couché, lui était consacré. Il contenait des objets liés à l’ouverture de la bouche, cérémonie au cours de laquelle sont redonnés souffle et vie au mort. Comme si on ravait voulu recréer, autour de la momie du pharaon, une sorte d’atelier semblable à celui de l’embaumeur divin.

La pièce du sarcophage était, de plus, orientée par la disposition d’objets symboliques déposés au sol, le long du mur nord : un groupe formé d’un pylône et d’une chapelle marquait l’horizon est, un autre avec deux chapelles l’horizon ouest ; entre les deux, s’alignaient onze rames, celles de la barque qu’emprunte le Soleil durant son périple nocturne. Le dispositif évoque un mouvement, un voyage vers l’ouest, vers le monde souterrain, où le défunt, comme le soleil, se régénère avant de
renaître.

On s’est souvent demandé si la tombe de Toutankhamon pouvait être considérée comme représentative des inhumations pharaoniques de l’époque. Il semble que non. Car cette petite sépulture, où le roi aurait été enseveli à la va-vite parce que mort prématurément, n’a pas été préparée pour un souverain. « Elle a la forme typique d’une tombe privée, souligne Susanne Bickel, spécialiste de la religion à l’Institut d’égyptologie de Bâle : une petite pièce avec descenderie, à laquelle on aurait ajouté, en la transformant à toute vitesse en tombe royale, la salle du sarcophage. » Cette salle a été décorée de peintures directement réalisées sur la roche, sans enduit ni relief. « Les scènes peintes ne sont pas typiquement royales, poursuit Susanne Bickel, en dehors d’un groupe de douze babouins acclamant le soleil qui provient du livre de l’Amdouat. Ce livre funéraire, apparu dans les tombes royales à la XVIIIe dynastie, décrit le voyage du Soleil durant les douze heures de la nuit. Là s’agit seulement d’une évocation de la première heure, comme pour se rattacher tout de même à la tradition des tombes royales". »

Pourtant, les objets déposés dans la sépulture semblent, eux, bien caractéristiques des mobiliers funéraires pharaoniques. « Beaucoup correspondent aux vestiges retrouvés, épars, dans d’autres tombes, notamment celle d’Aménophis II et ses centaines de fragments », confirme André Wiese. Ce qui semble nouveau, en revanche, dans la tombe de Toutankhamon, c’est la quantité d’or qui s’y trouve. Elle est surchargée de chapelles et de statuettes couvertes de métal précieux, des objets qui étaient plutôt, jusque-là, noircis à la résine. Peut-être une réminiscence de l’époque amarnienne. Car si le noir est symbole de vie et de régénération pour les anciens Egyptiens, il est attaché à Osiris dont le culte a été délaissé sous Akhenaton. L’or est en revanche la couleur du Soleil à son zénith, adoré par le roi hérétique, il éveille de ses rayons le mort à une nouvelle vie. « Toutankhamon, en accord avec les croyances de son prédécesseur, s’est créé un au-delà doré et empli de lumière », conclut André Wiese

[1La fabuleuse décourverte de la tombe de Toutankhamon, H. CARTER, J’ai Lu

Navigation

AgendaTous les événements

novembre 2018 :

octobre 2018 | décembre 2018

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Publications Derniers articles publiés

Brèves Toutes les brèves

  • un site archéologique datant de 5 000 ans avant J.-C. découvert

    À quelques mètres sous terre, un site néolithique a pu faire l’objet de fouilles. Ce dernier remonterait à 5 000 ans av. J.-C., il serait l’un des plus vieux villages au monde ; sur place, des réservoirs contenant des restes animaux et végétaux ainsi que des objets artisanaux attestent d’une culture déjà avancée, comme le rapportait le ministère égyptien des Antiquités.
    Ces fouilles laissent penser (...)

  • Un nouveau sphinx découvert à Louxor

    C’est lors d’un chantier pour une route reliant Louxor à Karnak que des ouvriers ont découvert un sphinx vieux de 4 000 ans qui se trouvait là, enfouit sous des dizaines de mètres de sables depuis plusieurs milliers d’années. Le chantier a dû être suspendu, laissant place aux archéologues qui ont libéré la bête. Très peu de visuels sont actuellement disponibles. En effet, le ministère des antiquités (...)

  • Découverte d’un sarcophage noir

    Des archéologues égyptiens viennent de mettre au jour un sarcophage enfoui sous terre depuis plus de 2.000 ans. Découvert par hasard, le cercueil antique étonne par ses dimensions hors du commun, mais aussi par son exceptionnel état de conservation, qui promet des révélations inédites.
    Un mètre quatre-vingt-cinq de haut, deux mètres soixante-cinq de long et un mètre soixante-cinq de large… Telles sont (...)

  • une chambre funéraire découverte sur le site de Gizeh

    Les archéologues ont fait une découverte près de Gizeh, en Égypte : un puits funéraire d’une trentaine de mètres de profondeur, vieux de 2 500 ans.
    Le puits abritait un atelier de momification. Les chercheurs y ont en effet découvert plus d’une trentaine de momies parfaitement conservées, issues de différentes classes sociales de l’Égypte (...)

  • Une statue d’Osiris découverte à Saqqarah

    Lors de travaux de restauration, des archéologues ont découvert une statue du dieu égyptien Osiris coulée en bronze, rapporte le site d’information Luxor Times.
    Une statue du dieu du panthéon égyptien Osiris a été découverte dans la pyramide à degrés de Djéser, située à Saqqarah, annonce le portail d’information Luxor Times.
    Selon Mostafa Waziry, secrétaire général du Conseil suprême des Antiquités (...)