Taphnis

Taphnis [1], ou Tell Defenneh, est à 13,5 kilomètres à l’ouest du canal de Suez près de la ville d’El Qantara et à 19 km au nord est d’el-Salihièh (antique Phacusa). C’était une ancienne cité pharaonique et une place forte.

Localisation du site de Taphnis

L’autre nom « Daphnes » de la ville vient du grec « δάφνη », le laurier. En hébreu elle se nomme Takhpankhes / Takhpenes [2].

Taphnis eut son importance comme place forte quand les pharaons abandonnèrent Thèbes, leur capitale du Sud, pour construire la Thèbes du nord à Tanis [3]. Il semble que Taphnis ne fut vraiment florissante qu’à la Basse Époque sous les règnes de Psammétique Ier à Amasis (XXVIe dynastie).

Taphnis faisait alors partie du XIVe nome de la Basse-Égypte. Cette cité avait été construite sur une branche dérivée du Nil qui irriguait les champs situés entre Tanis et le désert oriental. Les constructeurs de Taphnis étaient essentiellement des Phéniciens recrutés par Pharaon pour surveiller les frontières de l’Égypte.

Selon le Livre de Jérémie, lors de l’invasion babylonienne et la destruction de Jérusalem (-587) un groupe de Judéens comprenant le prophète Jérémie s’y réfugie par crainte de la répression suivant le meurtre du gouverneur Gedolias.

Malgré une destruction possible par Cambyse en -525, les Perses ont, comme à Éléphantine, conservé les implantations saïtes qui protégeaient la frontière face aux Arabes et aux Assyriens.

Le site est exploré en 1885-86 par Flinders Petrie. Il y trouve les ruines d’un ancien camp retranché et les restes d’une ville ainsi que des inscriptions et des tessons surtout de style grec archaïques, aujourd’hui conservés au British Museum. L’origine de ces installations remonterait à la XIXe dynastie lorsque Psammétique Ier y installe des mercenaires [4]. C’est à ce pharaon ainsi qu’à ses successeurs saïtes jusqu’à Amasis, que se rapportent la plupart des inscriptions trouvées sur place.

Sources

  • Jean-Yves Carrez-Matratray, Dictionnaire de l’Antiquité, article Dafenneh, Paris, P.U.F., 2005 ;
  • Jean-Yves Carrez-Matratray, Péluse et l’angle oriental du delta égyptien aux époques grecque, romaine et byzantine, Le Caire, 1999 ;
  • Dominique Valbelle, Les Neuf Arcs, Paris, A. Colin, 1990.

Source : Wikipedia.org

[1Louis de Jaucourt dans Histoire - Géographie & histoire sacrée, écrit en décembre 1765 concernant Taphnis : « Les savans [sic] croyent que Taphnis, ou Taphnae, est la même ville que Daphnae Pelusiae, à seize milles au sud de Péluse, suivant l’itinéraire d’Antonin. »

[2dans la Septante Tafnas = Jr 2,16 ; 43,7-9 ; 44,1 ; 46,14 ; Ez 30,18. Ce nom correspondrait à l’égyptien tȝ-ḫn(ty)-n(y)-pȝ-nḥs(y) = celle du sud, de ce nubien

[3Ne pas confondre Taphnis et Tanis.

[4Hérodote, 2,30 et 2,107

Navigation

AgendaTous les événements

décembre 2018 :

novembre 2018 | janvier 2019

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Publications Derniers articles publiés

Brèves Toutes les brèves

  • Egypte : l’allée des Sphinx, à Louxor, ouverte aux touristes en mars

    L’allée des Sphinx, qui reliait jadis les temples de Louxor et Karnak, sera ouverte aux touristes le mois prochain, a annoncé mercredi le patron des antiquités égyptiennes, Zahi Hawass.
    "Les travaux sont en cours pour la ramener à ce qu’elle était du temps des pharaons et l’ouvrir aux touristes", a déclaré M. Hawass.
    La cérémonie officielle est prévue pour le 3 mars et le président Hosni Moubarak y (...)

  • La tombe de Toutankhamon se voit offrir une cure de jouvence

    Un partenariat a été conclu entre les autorités égyptiennes et une fondation américaine pour des travaux visant à préserver le tombeau de Toutankhamon, l’un des sites les plus visités d’Égypte. L’objectif est de conserver la sépulture à long terme.
    La tombe de l’un des plus célèbres pharaons, Toutankhamon, va être rénovée avec l’aide d’une fondation américaine, a annoncé mardi le départment des antiquités (...)

  • Avec Imhotep, Sakkarah aussi a son musée.

    Inauguré en avril dernier par Bernadette Chirac et Suzanne Moubarak, le musée Imhotep est un complément appréciable pour la visite de ce site archéologique majeur en Egypte.
    Tons beige clair et blanc. Le style néo-pharaonique est de rigueur, mais le musée Imhotep se fond bien dans les dernières dunes de Sakkarah. Ce petit musée placé en contrebas de la pyramide propose un parking flambant neuf, une (...)