Jean Yoyote

, par  Jean-Luc

Jean Yoyotte (4 août 1927 - 1er juillet 2009) est un égyptologue français, titulaire de la chaire d’égyptologie du Collège de France de 1992 à 2000, directeur d’études à l’École pratique des hautes études.

Repères biographiques

Passionné d’égyptologie, à quatorze ans Jean Yoyotte obtient de Jacques Vandier, conservateur du département des antiquités égyptienne au Louvre, une dispense lui permettant de suivre les cours de l’école du Louvre. Deux ans plus tard, il est élève de l’École pratique des hautes études. Il a dix-neuf ans quand il entre au Centre national de la recherche scientifique.

De 1952 à 1956 il est pensionnaire de l’Institut français d’archéologie orientale au Caire. En 1964, il est élu directeur d’études pour les religions de l’Égypte ancienne. À partir de 1965 et jusqu’en 1985, Jean Yoyotte dirige les fouilles du site de Tanis.

Publications

- avec Georges Posener, Serge Sauneron, Dictionnaire de la civilisation égyptienne, Fernand Hazan, 1959
- « Les pèlerinages dans l’Égypte ancienne », dans Sources orientales, no III, 1960, p. 32-33
- avec Pascal Vernus, Dictionnaire des Pharaons
- avec Pascal Vernus, Bestiaire des pharaons, Agnès Vienot, octobre 2001 (ISBN 2911606655)
- Tanis l’or des pharaons, catalogue de l’exposition, Paris, Grand-Palais, Association française d’action artistique, mars 1987 (ISBN 2865450570)

Navigation

AgendaTous les événements

avril 2019 :

mars 2019 | mai 2019

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Brèves Toutes les brèves

  • Un tombeau vieux de 4 400 ans « exceptionnellement bien conservé »

    La tombe d’un prête égyptien a été découverte dans la nécropole de Saqqarah. La sépulture contient de superbes statues et décorations encore colorées, qui renseignent sur la vie quotidienne à l’époque.
    Elle attendait les archéologues depuis plus de 4 400 ans. Une nouvelle tombe vient d’être découverte à Saqqarah, un site égyptien qui regorge de nombreuses sépultures antiques. Le ministre des antiquités (...)

  • Découverte de huit nouvelles momies dans le sud du Caire

    Huit sarcophages en calcaire contenant des momies ont été découverts le 28 novembre, dans la nécropole de Dahchour, dans le sud-ouest du Caire.
    Ces sarcophages, remontent à la “basse époque” se situant entre (700 et 300 ans avant Jésus-Christ), indique le ministre égyptien des Antiquités Mustapha Waziri, ajoutant que ces momies seront prochainement exposées aux musées de Hourghada et Charm el-Cheikh, (...)

  • un site archéologique datant de 5 000 ans avant J.-C. découvert

    À quelques mètres sous terre, un site néolithique a pu faire l’objet de fouilles. Ce dernier remonterait à 5 000 ans av. J.-C., il serait l’un des plus vieux villages au monde ; sur place, des réservoirs contenant des restes animaux et végétaux ainsi que des objets artisanaux attestent d’une culture déjà avancée, comme le rapportait le ministère égyptien des Antiquités.
    Ces fouilles laissent penser (...)

  • Un nouveau sphinx découvert à Louxor

    C’est lors d’un chantier pour une route reliant Louxor à Karnak que des ouvriers ont découvert un sphinx vieux de 4 000 ans qui se trouvait là, enfouit sous des dizaines de mètres de sables depuis plusieurs milliers d’années. Le chantier a dû être suspendu, laissant place aux archéologues qui ont libéré la bête. Très peu de visuels sont actuellement disponibles. En effet, le ministère des antiquités (...)

  • Découverte d’un sarcophage noir

    Des archéologues égyptiens viennent de mettre au jour un sarcophage enfoui sous terre depuis plus de 2.000 ans. Découvert par hasard, le cercueil antique étonne par ses dimensions hors du commun, mais aussi par son exceptionnel état de conservation, qui promet des révélations inédites.
    Un mètre quatre-vingt-cinq de haut, deux mètres soixante-cinq de long et un mètre soixante-cinq de large… Telles sont (...)