L’éducation des princes de sang

, par  Jean-Luc

Une grande épouse royale, de nombreuses autres épouses, les concubines du harem... Pharaon a toutes les chances de se retrouver à la tête d’une nombreuse progéniture. Les jeunes princes du sang bénéficient tous d’une éducation royale destinée à les préparer aux plus hautes charges de l’État.

Même si tous les pharaons d’Égypte n’ont pas eu, comme Ramsès II, 111 fils et 59 filles (répertoriées), la plupart d’entre eux ont une nombreuse descendance.

Tous les princes et princesses de sang sont élevés dans une aile du palais appelée « maison des enfants royaux ». Les gouverneurs chargés de leur éducation, recrutés parmi les plus grands dignitaires de la cour, portent le titre honorifique de « nourricier ». Ainsi, un certain Hekerneheh, haut fonctionnaire du roi Aménophis, est le « nourricier » du futur Thoutmosis IV. De même, Senmout, favori de la reine Hatshepsout, dispense son savoir à la princesse Néferourê.

A côté de ces illustres précepteurs, aidés par une cohorte de serviteurs, les nourrices royales jouent également un rôle important. Au point que les pharaons n’hésitent pas à construire pour elles des tombeaux somptueux. Elles sont alors nommées « grande nourrice », « celle qui élève les dieux », « nourrice au doux sein ».

Dans la maison des enfants royaux, la vie est réglée par les cours des scribes, l’apprentissage de la stratégie militaire, la lutte, les leçons de natation, le maniement des armes pour les garçons, la musique et la danse pour les filles. Selon toute vraisemblance, chaque prince entouré de son propre personnel, composé de de trois - voire quatre ou cinq personnes, attachées à son service.



Sethi Ier et son fils



La vie d’adulte

Une fois qu’il a atteint l’âge adulte, chaque prince se doit de servir l’État et se voit confier une tâche bien définie. Il s’agit de prouver les capacités liées à sa royale ascendance. Les uns deviennent trésoriers royaux, d’autres grands prêtres d’Héliopolis ou de Karnak, d’autres encore sont juges suprêmes ou scribes du Livre divin. Certains rejoignent l’armée de Pharaon, surtout à partir du Nouvel Empire, lorsque l’art militaire atteint son apogée. Ils servent comme généraux et participent activement aux campagnes et aux guerres menées par Pharaon.

Mais si la majorité de ces fils de « dieu » ne montent pas sur le trône, tous portent le titre de « prince héritier », qui leur confère le droit d’être gouverneur du palais, c’est à dire de faire partie de l’entourage intime du roi. Ces princes deviennent à vie de « vénérables parents royaux », confirmant ainsi qu’ils sont bien issus de la « semence divine ».

Les princes adoptifs

selon une très ancienne coutume, certains enfants de hauts dignitaires de la cour ont le privilège d’être éduqués avec les princes héritiers. Seul Pharaon peut désigner celui qui accédera à la maison des enfants royaux. Dès lors, ce fils « adoptif » partage la vie des princes du sang. Certains d’entre eux, comme un certain Schepdesptah qui deviendra grand prêtre de Memphis sous le règne du roi Mykérinos, peuvent s’enorgueillir d’avoir été « élevé parmi les enfants royaux, à la cour du roi, dans son cabinet et son harem et d’être le préféré du roi parmi tous ». Pour montrer son attachement au jeune Schepdesptah, le successeur de Mykérinos le garde comme enfant royal et le marie à Khamaat, sa fille aînée.

Kenamon, grand intendant du roi Aménophis II, peut se considérer comme son frère de lait puisqu’il a été mis au monde par la nourrice du roi, celle « qui a élevé le dieu ». Dans sa tombe, l’une des plus grandes de la nécropole de Gournah, Aménophis II enfant est assis sur les genoux de sa nourrice, mère de Kenamon, lui-même en train de les éventer. Un privilège
royal rare. Paser, le chef des archers Aménophis II, est lui aussi un « enfant du harem », qui a partagé les jeux et l’éducation du futur monarque.

Les fils de Ramsès II

lorsqu’ils ont atteint l’âge adulte, tous les enfants naturels de Ramsès II accèdent aux plus hautes fonctions de l’État. Les uns adoptent la carrière militaire, comme lmenherkhépeshef, son fils aîné, promu général d’armée, ou Parêherounémef, son troisième fils né comme le premier de l’union avec la grande Néfertari, et déclaré « premier brave de l’armée » pour sa conduite héroïque à la bataille de Qadesh, ce qui lui vaut d’être nommé Premier charrier du roi. D’autres enfants embrassent la carrière religieuse comme le prince Meryatoum, autre fils de Néfertari, devenu grand prêtre de à Héliopolis.

Mais le plus célèbre d’entre eux est sans aucun doute Khaemouaset, fils d’Isisnofret, érigée au rang de grande épouse à la mort de Néfertari. Grand prêtre de Ptah, c’est lui qui organise les grands jubilés de son père.



Le prince Khaemouaset

©MCMXCVIII édition Atlas

Navigation

AgendaTous les événements

juin 2019 :

mai 2019 | juillet 2019

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Publications Derniers articles publiés

Brèves Toutes les brèves

  • De la bière fabriquèe avec une levure vieille de 3.000 ans

    De la bière semblable à celle que les pharaons buvaient il y a plus de 3.000 ans a été fabriquée à partir d’une levure extraite d’ancienne jarres, ont annoncé des scientifiques israéliens. C’est la première fois qu’une bière est créée avec de la levure antique. " Jusqu’à présent, les chercheurs utilisaient des recettes anciennes avec des matériaux modernes ", assure Yitzhak Paz, un archéologue de l’Autorité des (...)

  • Le plus vieux fromage du monde a été découvert dans un tombeau égyptien

    Les résidus d’un fromage vieux de 3.200 ans ont été découverts dans une tombe égyptienne. Dans sa composition, les chercheurs ont retrouvé les traces d’une bactérie causant la brucellose, une grave maladie très présente durant l’Antiquité.
    C’est en 2010 que tout a commencé lorsque des fouilles importantes ont été menées dans le tombeau de Ptahmes, maire de Memphis – alors capitale de l’Égypte antique. (...)

  • La mise en pli des momies égyptiennes

    Une substance grasse utilisée comme gel de coiffage a été découverte sur les cheveux de momies en Egypte.
    La momie de la reine Tiye, grand-mère de Toutankhamon, est un exemple de coiffure soignée emportée dans l’au-delà. (Chine nouvelle/Sipa)
    Embaumées, parées d’atours et d’attributs en fonction de leur rang social, les momies égyptiennes étaient aussi bien coiffées pour le voyage vers l’au-delà. (...)

  • Redécouverte d’un secret antique

    Deux chercheurs viennent de redécouvrir le grand secret de la cosmétique égyptienne, perdu depuis plusieurs millénaires. Christian Amatore et Philippe Walter (CNRS, ENS) ont en effet élucidé le rôle paradoxal du chlorure de plomb (un poison), retrouvé à l’état de traces au fond des vieux pots de fards et d’onguents - dont faisaient usages les Egyptiennes et les Egyptiens d’il y a 4000 ans. Ce chlorure de (...)

  • Autopsie d’une momie : la tuberculose a tué une Egyptienne il y a 2.600 ans

    Une dame de la haute société de l’Egypte des pharaons a succombé il y a 2.600 ans à la turberculose, a révélé une dernière autopsie de sa momie découverte au début du 19ème siècle, selon une étude parue mardi dans la revue britannique Proceedings of the Royal Society B.
    Le cadavre de cette femme, découvert en 1819 dans la nécropole de Thèbes et embaumé dans un état de conservation exceptionnel, avait été (...)