La palette de Narmer

, par  Jean-Luc

La palette de Narmer ou grande palette de Hiérakonpolis est une palette à fard en excellent état conservée au musée égyptien du Caire. C’est l’une des premières pièces que les visiteurs voient lorsqu’ils entrent dans le musée. Elle porte les nos JE32169 dans le Journal d’entrées et CG14716 dans le Catalogue général.

On a daté la palette aux environs du XXXIIe siècle avant notre ère, marquée des écritures parmi les plus anciens hiéroglyphes retrouvés, et relatant l’unification de la Haute et de la Basse-Égypte par Narmer, lequel n’est mentionné ni par Manéthon, ni par la Pierre de Palerme ou la Liste des Rois de Turin.

La palette en schiste vert mesure 64 cm de haut et 42 cm de large1 et fut découverte presque intacte en 1894 par l’archéologue anglais James Quibell lors d’une fouille des résidences royales de Nekhen (aujourd’hui Hiérakonpolis), l’ancienne capitale de la Haute-Égypte.

Description

Les deux faces de la palette sont décorées, sculptées en relief. Au sommet des deux côtés de la palette, un premier registre est composé d’un serekh contenant les symboles nˁr (poisson-chat) et mr (ciseau) à l’intérieur, représentant l’inscription en hiéroglyphes du nom du roi Narmer [1]. Le serekh est flanqué de chaque côté par une paire de têtes de bovins avec des cornes très courbées, censée représenter la déesse vache Bât, qui était la divinité protectrice du septième nome de Haute-Égypte [2].

Recto

2e registre

En dessous des têtes de bovins, il y a ce qui semble être une procession, avec Narmer représenté de la hauteur du registre (une représentation traditionnelle artistique mettant l’accent sur son importance) représenté vêtu de la couronne rouge de Basse-Égypte. Il tient une masse et un fléau, deux symboles traditionnels de la royauté.

Devant le pharaon il y a un homme aux cheveux longs, précédé d’une paire de hiéroglyphes qui ont été interprétées comme étant son nom : Tshet.

En avant de cet homme, quatre porte-drapeaux brandissent une peau d’animal, un chien et deux faucons.

À l’extrême-droite de la scène il y a dix cadavres décapités, peut-être les victimes des conquêtes de Narmer. Au-dessus il y a les symboles d’un navire, un faucon, et un harpon, qui ont été interprétés comme représentant les noms des villes qui ont été conquises.

3e registre

Dessous le cortège, deux hommes tiennent des cordes attachées au cou de deux serpopards [3]. Le cercle formé par leurs cous forme la partie centrale de la palette destinée à contenir des cosmétiques.

4e registre

Au bas de la palette un bovin abat les murs d’une ville tout en foulant aux pieds un ennemi tombé. En raison de la tête baissée dans l’image, ceci est interprété comme une présentation du roi terrassant ses ennemis ; le Taureau de sa Mère est une épithète commune donnée aux rois égyptiens comme étant fils de la déesse vache [4].

Verso

2e registre

Le verso de la palette représente le roi portant la couronne blanche de Haute-Égypte, menaçant d’une massue piriforme (à l’extrémité en forme de poire) un homme à genoux. Une paire de hiéroglyphes apparaissent à côté de sa tête, indiquant peut-être son nom, ou l’indication de la région d’où il venait. Au-dessus de ce prisonnier il y a un faucon qui représente Horus, perché au-dessus d’un ensemble de fleurs de papyrus, le symbole de la Basse-Égypte.

Derrière le roi, et à l’arrière-plan, est figuré un serviteur qui porte les sandales du roi. Sous ses pieds sont représentés deux personnages qui rappellent l’ennemi écrasé. La symbolique de la scène évoque une victoire du Sud contre le Nord. Le Sud est représenté par un faucon qui extrait des papyrus (le Nord) la tête d’un autre ennemi.

3e registre

Sous les pieds du roi deux hommes barbus, nus, sont soit en cours d’exécution, soit morts sur le sol. À la gauche de la tête de chaque homme un signe hiéroglyphique représente, pour le premier une ville fortifiée, pour le second un type de nœud, signifiant probablement le nom d’une ville vaincue.

Source : fr.wikipedia.org

[1David Wengrow, The Archaeology of Ancient Egypt, Cambridge University Press, (ISBN 978-0521835862) p. 207

[2David Wengrow, The Archaeology of Ancient Egypt, Cambridge University Press, (ISBN 978-0521835862) p. 207

[3Créatures mythologiques, au corps de lionne et tête de serpent.entrelacées

[4James Henry Breasted, Ancient Records of Egypt, Chicago, 1906

Navigation

AgendaTous les événements

septembre 2019 :

août 2019 | octobre 2019

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Brèves Toutes les brèves