Sésostris III

, par  GOLVIN Jean-Claude, MARTINEZ Philippe

Pharaon de la XIIe Dynastie

1878 - 1843 av. J.-C.

Fils et successeur de Sésostris II, ce roi monte sur le trône sous le nom de Khakaourê, "les ka de sont apparus en gloire".
La durée de son règne demeure assez floue : sa plus haute date connue est l’an 19. L’observation du lever héliaque de Sothis (Voir l’article calendrier) relevée en l’an 7, sert de point de repère pour une bonne partie de la chronologie de l’Égypte ancienne. Sésostris III a poursuivi les réformes mises en oeuvre par son prédécesseur.

Le règne de Sésostris III correspond à une période de reprise en main des contrées limitrophes vigoureuse. Plusieurs faits en témoignent en Nubie. Ainsi, la Basse-Nubie est intégrée au territoire égyptien ; un canal creusé par Pépi Ier à Séhel est élargi pour faciliter le passage de la première cataracte. En effet, l’activité militaire en Nubie avait connu un certain relâchement au cours des deux règnes précédents. Des tribus nubiennes étant remontées vers le nord jusqu’à la seconde cataracte, quatre campagnes (an 8 - 10 - 16 et 19) sont alors nécessaires pour mettre fin à l’hostilité des populations locales qui acceptent mal le joug égyptien. La frontière est établie à Semna au sud de la deuxième cataracte. Le dispositif militaire est désormais achevé avec un verrou formé de huit forteresses massives installées à intervalles réguliers entre la première et la seconde cataracte.
L’accès à la vallée du Nil est ainsi interdit aux Nubiens activement contrôlés. Leurs contacts avec le monde égyptien sont étroitement surveillés et un comptoir d’échange est installé à Mirgissa.

Sésostris III est perçu comme le fondateur de l’empire nubien en Égypte et, partant, divinisé dans cette région. Il reçoit un culte à Ouronarti où une chapelle lui est dédiée et il est considéré comme un intercesseur divin à Bouhen où il offre la vie à Thoutmôsis III (XVIIIe dynastie).
L’expansionnisme égyptien est aussi marqué en Asie.
La prise de la cité de Sichem, située dans la région du mont Ephraoem se produit sous son règne. Les textes d’exécration sont aujourd’hui datés pour la plupart de cette époque : l’importance de la section asiatique témoigne de l’implication égyptienne contemporaine au Moyen Orient.

Linteau en calcaire portant la tutélaire de Sésostris III, temple de Mentou à Médamoud

Mais son activité ne se limite pas à l’intensification de la reprise en main à l’extérieur. Il fait face à la menace intérieure que constituaient les dynasties héréditaires des féodaux. L’appareil administratif est réorganisé : les hautes charges sont fonctionnarisées ; une multitude de charges mineures sont placée sous le contrôle de vizirs au nombre de trois (pour le Nord, le Sud et la Nubie). On assiste alors à la montée d’une classe moyenne corroborée par l’apparition de monuments funéraires privés de qualité variable. Les ateliers d’artisans locaux connaissent de ce fait un développement sans précédent. La disparition des cours provinciales entraîne en revanche une diminution de l’importance des nécropoles régionales.
Le complexe funéraire royal est érigé à Dahchour, fait qui souligne l’attache à la royauté memphite. Si les superstructures de brique crue font piètre figure, les appartements souterrains sont impressionnants avec leurs corridors plaqués de calcaire blanc menant vers une chambre funéraire en granit. Trois barques de bois furent découvertes dans l’angle sud-ouest du complexe. En 1895, Jacques de Morgan découvrit des tombes de princesses livrant d’étonnants trésors d’orfèvrerie. Un siècle plus tard, en 1994, le site vient de livrer la tombe de la reine Nofret, contenant son sarcophage et ses bijoux.

Pectoral au nom de Sésostris III le représentant sous la forme d’un Griffon piétinant les énnemis de l’Egypte

Sésostris III érigea un temple en l’honneur du dieu Montou à Médamoud. La statuaire royale révèle une physionomie unique, reflétant les conceptions nouvelles de la royauté égyptienne : le souverain apparaît comme un homme sur les épaules duquel repose la lourde charge d’une nation devant faire face à une nouvelle situation internationale réclamant une énergie sans faille ; la fatigue pèse sur les traits du roi qui conserve un corps d’athlète. Le règne de Sésostris III a aussi livré des documents privés de grande valeur sur le culte d’Abydos : ainsi la stèle d’Iykhernofret qui relate pour la première fois en détail le déroulement des mystères osiriens. Les papyrus de Kahoun mentionnent pour leur part une série d’hymnes au roi qui éclairent avec précision les conceptions liées à la royauté : en particulier les relations existant entre le souverain et les dieux d’une part, le roi et ses sujets d’autre part.

La légende vante les hauts faits de Sésostris III avec ceux de deux de ses prédécesseurs portant le même nom de naissance, tout en confondant probablement aussi ce roi avec Ramsès II. Cet amalgame donna naissance à la figure haute en couleurs de Sésostris, archétype du souverain égyptien dont les faits héroïques sont rapportés par Hérodote et Diodore de Sicile.

Navigation

AgendaTous les événements

novembre 2018 :

octobre 2018 | décembre 2018

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Publications Derniers articles publiés

Brèves Toutes les brèves

  • Plus de 3 000 ans après, la vérité sur la mort de Ramsès III

    par Pierre Barthélémy
    C’est un mystère vieux de plus de trois millénaires qui vient d’être résolu. Un mystère sous forme de véritable tragédie antique, une histoire de complot royal au pays des pharaons, qui se déroule en 1155 av. J.-C. Souverain depuis plus de trois décennies,Ramsès III vit la fin de son règne. Son successeur désigné, aussi nommé Ramsès, est un fils qu’il a eu avec sa première épouse. (...)

  • Toutankhamon cherche toujours sa mère

    La nouvelle, annoncée par le patron des Antiquités égyptiennes Zahi Hawass, a fait le tour du monde : les analyses génétiques menées sur des momies égyptiennes vieilles de 3 000 ans, dont celle du célèbre pharaon Toutankhamon, prouveraient que la mère de ce dernier est une parfaite inconnue, retrouvée dans une tombe de la Vallée des Rois et surnommée « Younger Lady  ». Et non la reine Néfertiti, à la (...)

  • Le pharaon Toutankhamon est le fruit d’un inceste, révèle l’ADN

    Les prélèvements ADN pratiqués sur la momie du pharaon, découverte en 1922 dans la Vallée des Rois, ont dévoilé le fait que ses parents étaient frère et soeur.
    Les alliances incestueuses étaient fréquentes au sein de la famille royale, a indiqué l’égyptologue de renom Zahi Haouass. "Un roi pouvait épouser sa soeur et sa fille, parce que c’est un Dieu, comme Iris et Osiris. C’était une coutume qui (...)

  • La généalogie de Toutankhamon bientôt révélée !

    Le célèbre pharaon, ou plutôt sa momie, va bientôt révéler tous ses mystères, notamment généalogiques ! Le 17 février prochain, nous apprend une dépêche de l’AFP, l’Égypte va annoncer la filiation de Toutankhamon, l’un des grands mystères de l’égyptologie. Extrait de son sarcophage en or massif en 1922, le roi est considéré comme le 12e pharaon de la XVIIIe dynastie d’Égypte ayant approximativement régné de (...)

  • Des prélèvements d’ADN pour déterminer la filiation de Toutankhamon

    Des chercheurs égyptiens vont tenter de déterminer la filiation du pharaon Toutankhamon, qui reste un mystère pour les égyptologues, à l’aide de prélèvements d’ADN, a déclaré lundi le chef du Conseil suprême des antiquités égyptiennes, Zahi Hawass. Le jeune pharaon, dont la momie avait été découverte dans un sarcophage en or massif orné de turquoises en 1922 par l’archéologue anglais Howard Carter, a régné de (...)