Ceci est l'article

Sénènmout

lundi 18 novembre 2013

Sénènmout (noté également Senmout) est né à Hermonthis (actuelle Erment, environ à trente kilomètres au sud de Louxor). Son père, Ramosé, et sa mère, Hatnéfer (surnommée Tioutiou), probablement déjà au service de la reine Ahmès, mère d’Hatchepsout, étaient probablement originaires du pays de Ouaouat. Il est vraisemblable qu’ils firent partie d’un groupe d’anciens notables, prisonniers de guerre sous Thoutmôsis Ier.

On ne connaît pas grand-chose de son enfance ni de sa jeunesse. On sait uniquement que jeune militaire, il a participé à trois campagnes contre les Nubiens et qu’il s’y est illustré. Il fut remarqué par Ahmès Pen-Nekhbet qui se l’adjoint dans sa fonction de « père nourricier » de Néférourê, la fille de Thoutmôsis II et Hatchepsout.

Relations avec la famille royale

Sénènmout vit à Thèbes où ses qualités personnelles le conduisent à une carrière fulgurante auprès de la famille royale. Les titres qu’il porte sont nombreux (on en cite une soixantaine) et le couple royal le nomme précepteur et père nourricier de leur fille Néférourê (il succède ainsi à Ahmès Pen-Nekhbet). Il va exercer cette fonction avec l’aide de Senmèn (peut-être son propre frère) qui est nommé Gouverneur de la maison de la princesse. Il aurait également été le précepteur de la deuxième fille des souverains Mérytrê-Hatchepsout [1]. De plus, il est nommé Intendant en chef de la Maison d’Hatchepsout.

JPEG - 7.4 ko

Après le décès de son époux, la reine confie à son intendant la tâche de poursuivre le projet ébauché par le défunt : ériger une paire d’obélisques à Karnak, en l’honneur d’Amon. Pour réaliser ce projet délicat, on procède à l’extraction des deux "aiguilles solaires", dans une carrière de granit rose à el-Mahatta, près d’Assouan. Sénènmout est également l’architecte responsable de la construction du temple funéraire d’Hatchepsout, à Deir el-Bahari.

En tant que Grand Majordome de la reine, Sénènmout l’appuie dans son ascension vers le trône. Il exerce son autorité sur les hauts fonctionnaires tant dans le domaine civil que sacerdotal. Certains ont voulu voir dans la dévotion qu’il vouait à sa reine, les indices d’une relation plus intime. Rien n’est certain et il est possible que cette relation particulière soit tout simplement un signe de gratitude pour le rôle éducateur très important que Sénènmout tenait auprès de Néférourê.

Sénènmout, soutenu par la reine, jouera un rôle important dans l’apparition d’une nouvelle forme de statuaire plus inspirée par le mouvement, la poésie, l’anecdote. Le Grand Intendant de la reine occupe une place prépondérante auprès de la famille régnante. Sur une statue conservée à Berlin, on lit ce texte qu’il eut l’autorisation de faire graver :

« Je suis un noble, aimé de son seigneur, et je suis entré dans les vues du maître des Deux Pays. Il m’a fait devenir Grand Administrateur de sa Maison et Juge du pays tout entier. J’ai été au-dessus des plus grands, Directeur des directeurs de travaux. J’ai agi, dans ce pays, sous son ordre jusqu’au moment où la mort arriva devant lui. (Maintenant) je vis sous l’autorité de la Maîtresse des Deux Pays, Maâtkarê, qu’elle vive éternellement ! »

Sépulture

Deux tombeaux ont été préparés pour Sénènmout, le premier (TT71, jamais terminé) dans la nécropole thébaine à Cheikh Abd el-Gournah, le second (TT353. En 1920, Norman de Garis Davies découvre, sur le parvis devant la tombe, un ostracon mentionnant :

« la 7e année, 4e mois de Peret, et 2 jours : début des travaux de ce tombeau. »

Sénènmout, architecte d’Hatchepsout, a imaginé le fameux temple funéraire de Deir el-Bahari. Pour rester à proximité de sa reine, il a fait construire pour son propre usage une tombe (répertoriée TT 353) qui recèle un document historique de première importance : son plafond astronomique.


Source : Wikipedia.org


[1Si celle-ci est bien de naissance royale. Voir l’article Mérytrê-Hatchepsout qui rapporte les deux principales hypothèses sur les origines de cette reine.


Commentaires

Pour vous abonner au papyrus d'information
de la Balance des 2 terres
abonnement
désabonnement




Dreambook
Lire le papyrus d'or
Signer le papyrus d'or

Agenda

<<

2014

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

21 janvier - Découverte de la tombe de Khonsouemheb

L’équipe japonaise de l’université de Waseda ont découvert une nouvelle
tombe pendant le nettoyage du parvis de la tombe TT47 appartenant à
un haut responsable sous le règne d’Amenhotep III : Ouserhat.
La tombe se situe à la nécropole El-Khokha, rive ouest de Louxor. Elle est de
forme classique en T comportant deux salles et une chambre funéraire. La tombe
est également reliée à une autre tombe (...)

8 août 2011 - La pyramide de Djoser menacée de destruction

Le complexe funéraire de Djoser, considéré comme la plus ancienne pyramide d’Egypte, est menacé de destruction en raison de l’arrêt des travaux de restauration, rapporte lundi le quotidien égyptien Al-Ahram.
D’après le journal, les travaux de restauration ont été arrêtés à un moment crucial après l’arrêt du financement du projet. Auparavant, les médias égyptiens avaient indiqué que de petits effondrements (...)

11 janvier 2010 - Quand on reparle de la construction des pyramides en Egypte

De nouvelles sépultures découvertes à Gizeh étayent la thèse voulant que les grandes pyramides d’Egypte aient été construites par des travailleurs libres et non par des esclaves, déclare le chef des services archéologiques du pays.
Films et médias ont longtemps représenté la construction des grandes pyramides par des cohortes d’esclaves peinant dans le désert et mourant sans jamais voir leurs efforts (...)

24 décembre 2009 - Les touristes pourraient bientôt visiter les répliques des tombes des pharaons

Le chef des antiquités égyptiennes Zahi Hawass a pour projet de créer des répliques des trois tombes les plus visitées de la Vallée des Rois et des Reines. Les tombes de Séthi Ier, de Toutankhamon et de Néfertari pourraient faire l’objet de reconstitution, afin de préserver les originales.
Zahi Hawass, chef des antiquités égyptiennes, envisage de construire des répliques des plus célèbres tombes de (...)

21 octobre 2009 - La Vallée des Rois fragilisée par les fractures du sous-sol

Les tombes de la région de Louxor, en Egypte, auraient été construites sur des zones favorisant les inondations des galeries creusées, avancent des chercheurs.
Lorsqu’ils ont creusé les tombes de leurs rois dans la région de Louxor, les anciens Egyptiens ont choisi des zones où les travaux étaient plus faciles à réaliser mais qui fragilisent aujourd’hui ces trésors archéologiques, selon l’hypothèse (...)