Les Colosses de Memnon

, par  GOLVIN Jean-Claude, MARTINEZ Philippe

Les statues qui chantent...

Les égyptiens nommaient ces statues menou (c’est à dire le monument) mais ce nom inspira aux grecs un rapprochement avec celui de Memnon, héros éthiopien de la guerre de Troie saluant au matin l’Aurore, sa mère, par une complainte. Il faut dire que la dilatation de la pierre sous l’effet des rayons matinaux du soleil devait entraîner autrefois un phénomène sonore curieux Les visiteurs de l’antiquité étaient étonnés d’entendre tinter les blocs de quartzite et ainsi "chanter" Memnon, comme l’attestent les inscriptions qu’ils ont gravées au pied des colosses.

Mais une réparation faite à l’époque de Septime Sévère a éteint cette voix depuis lors. En réalité ces deux statues qui se dressent seules dans la plaine de façon insolite aujourd’hui se trouvaient naguère devant le pylône du grand temple de millions d’années d’Amenophis III, un édifice de dimensions considérables dont la superficie équivalait à celle du grand temple d’Amon- à Karnak. Son implantation en plein dans la Vallée humide est peut être une des causes principales de sa ruine. Ses blocs ont été très tôt dispersés et l’on a retrouvé seulement sur place les fondations de ses murs.

Navigation

AgendaTous les événements

août 2020 :

Rien pour ce mois

juillet 2020 | septembre 2020

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Brèves Toutes les brèves