Pantaour

Pentaour est un enfant royal de la XIXe dynastie. Fils de Ramsès III et de Tiyi.

À la fin du règne de Ramsès III, la mère de Pentaour organise un vaste complot pour que son fils accède au trône à la place du futur Ramsès IV né de la première grande épouse royale, Iset. Le complot est démasqué au dernier moment ; elle est condamnée à mort ainsi que le prince Pentaour

Généalogie
Naissance Date inconnue Décès Date inconnue
Père Ramsès III Grands-parents paternels inconnus
Mère Tiyi Grands-parents maternels inconnus

La « conspiration du harem »

La fin du règne de Ramsès III est marquée par deux évènements majeurs : les grèves des artisans de l’« Institution de la Tombe » à Deir el-Médineh accusant l’administration de retards chroniques dans le ravitaillement, charge de l’État en paiement des travaux exclusivement destinés à l’aménagement des sépultures royales, et le déclenchement d’une cabale de palais, la conspiration dite du harem. Le déroulement du procès des conjurés et ses rebondissements sont relatés dans le papyrus dit judiciaire de Turin. Le principal des trois fragments qui le composent est conservé au musée égyptologique de Turin. Ces événements sont également corroborés par une série de fragments, les papyri Lee, Rollin, Varzy et les « textes Rifaud ».

Selon Pierre Grandet, ses instigateurs profitèrent vraisemblablement de l’annonce imminente de la mort du roi pour passer à l’acte. Il s’agissait de remplacer l’héritier légitime du trône, le prince Ramsès alors âgé de plus de 45 ans, par l’un de ses demi-frères, Pentaour, soutenu par sa mère, la reine Tiyi qui avait su rallier à sa cause un très grand nombre de hauts fonctionnaires et gradés de l’armée.

L’affaire, ébruitée, finit par attirer l’attention du prince Ramsès qui, l’expérience et les appuis militaires aidant, réussit à faire traduire les principaux instigateurs devant un tribunal d’exception : quarante personnes dont des prêtres accusés d’avoir eu recours à la magie noire pour parvenir à leurs fins. Trois des douze juges mandatés pour procéder à l’examen des actes d’accusation se laissèrent corrompre et vinrent grossir le nombre des prévenus.

Le papyrus judiciaire de Turin dresse plusieurs listes d’accusés. Ceux de la première voient leurs noms transformés pour les vouer à la déchéance éternelle, ils seront exécutés (sans que l’on sache précisément comment, le texte se contentant d’utiliser la formule « leur peine est venue vers eux »). Ceux de la seconde, du fait de leur proximité avec la fonction royale, Pentaour le premier, sont condamnés au suicide par empoisonnement. Les juges corrompus subissent des mutilations, oreilles et nez. L’un d’eux se suicide à la suite de cette peine infamante.

En ce qui concerne la reine Tiyi et les proches de la famille royale, les sources disponibles ne donnent aucune précision quant à leur sort. Il est fort possible que leur position dans la hiérarchie ainsi que leurs fonctions sacerdotales les aient définitivement mis à l’abri de la peine capitale. Ayant réglé la succession de son père défunt et légitimé son accession en présidant aux cérémonies funéraires, Ramsès IV put désormais commencer son propre règne qui dura six années.

La momie de Pentaour

Selon les dernières recherches par IRM sur le corps de Ramsès III, ce dernier serait mort la gorge tranchée jusqu’aux vertèbres cervicales, laissant penser qu’il est mort assassiné durant la tentative de coup d’État, bien que ce dernier ait finalement échoué.

La même étude par IRM s’est également intéressée, outre Ramsès III, à une momie non identifiée découverte à proximité de celle du roi.

Cette momie, appelée « homme inconnu E », est celle d’un homme jeune, de 18 à 20 ans, et une analyse génétique a montré qu’il est apparenté à Ramsès III : les deux momies présentent en effet un chromosome Y identique. Ce fait, associé aux particularité du procédé de momification employé - utilisation de matériaux considérés comme impurs, notamment une peau de chèvre -, suggère fortement que l’inconnu E est la momie du prince Pentaour

Source : Wikipedia.org

Navigation

AgendaTous les événements

mars 2019 :

février 2019 | avril 2019

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Brèves Toutes les brèves

  • Plus de 3 000 ans après, la vérité sur la mort de Ramsès III

    par Pierre Barthélémy
    C’est un mystère vieux de plus de trois millénaires qui vient d’être résolu. Un mystère sous forme de véritable tragédie antique, une histoire de complot royal au pays des pharaons, qui se déroule en 1155 av. J.-C. Souverain depuis plus de trois décennies,Ramsès III vit la fin de son règne. Son successeur désigné, aussi nommé Ramsès, est un fils qu’il a eu avec sa première épouse. (...)

  • Toutankhamon cherche toujours sa mère

    La nouvelle, annoncée par le patron des Antiquités égyptiennes Zahi Hawass, a fait le tour du monde : les analyses génétiques menées sur des momies égyptiennes vieilles de 3 000 ans, dont celle du célèbre pharaon Toutankhamon, prouveraient que la mère de ce dernier est une parfaite inconnue, retrouvée dans une tombe de la Vallée des Rois et surnommée « Younger Lady  ». Et non la reine Néfertiti, à la (...)

  • Le pharaon Toutankhamon est le fruit d’un inceste, révèle l’ADN

    Les prélèvements ADN pratiqués sur la momie du pharaon, découverte en 1922 dans la Vallée des Rois, ont dévoilé le fait que ses parents étaient frère et soeur.
    Les alliances incestueuses étaient fréquentes au sein de la famille royale, a indiqué l’égyptologue de renom Zahi Haouass. "Un roi pouvait épouser sa soeur et sa fille, parce que c’est un Dieu, comme Iris et Osiris. C’était une coutume qui (...)

  • La généalogie de Toutankhamon bientôt révélée !

    Le célèbre pharaon, ou plutôt sa momie, va bientôt révéler tous ses mystères, notamment généalogiques ! Le 17 février prochain, nous apprend une dépêche de l’AFP, l’Égypte va annoncer la filiation de Toutankhamon, l’un des grands mystères de l’égyptologie. Extrait de son sarcophage en or massif en 1922, le roi est considéré comme le 12e pharaon de la XVIIIe dynastie d’Égypte ayant approximativement régné de (...)

  • Des prélèvements d’ADN pour déterminer la filiation de Toutankhamon

    Des chercheurs égyptiens vont tenter de déterminer la filiation du pharaon Toutankhamon, qui reste un mystère pour les égyptologues, à l’aide de prélèvements d’ADN, a déclaré lundi le chef du Conseil suprême des antiquités égyptiennes, Zahi Hawass. Le jeune pharaon, dont la momie avait été découverte dans un sarcophage en or massif orné de turquoises en 1922 par l’archéologue anglais Howard Carter, a régné de (...)