Rekhmirê

Rekhmirê (Savant comme ) fut vizir durant la XVIIIe dynastie, dans la seconde partie du règne de Thoutmôsis III, entre l’an XXVIII et l’an XXXII, ainsi qu’au début du règne d’Amenophis II.

Généalogie

Il appartenait à une famille prestigieuse et particulièrement proche du pouvoir royal, dont les membres cumulaient les fonctions civiles et religieuses. Petit-fils d’Âmtou, neveu d’Ouseramon, qui avaient tous deux été vizirs avant lui, il fut le fils du vizir du Nord [1] Neferouben et de son épouse Bet.

Amenemopet lui succèdera dans sa charge.

Sépulture

Sa tombe (TT100) fournit de précieux renseignements sur la fonction de vizir dans les institutions, notamment par une série d’illustrations détaillées, qui renseignent également sur la vie quotidienne.

Stèle fausse porte provenant de la tombe de Rekhmirê - Musée du Louvre

On l’y voit autant dans l’exercice de sa charge, attestant de son rôle économique important, que dans des scènes de loisirs, privées, familiales, au côté de son épouse Méryt (L’Aimée), de ses filles et de son fils.

Une des représentations le montre, offrant un bouquet de fleurs au nouveau pharaon Amenophis II, lors de l’accession de celui-ci au trône d’Égypte.

Une des inscriptions de sa dernière demeure souligne l’importance de ce personnage à son époque :

« Le noble, le prince, l’intendant des intendants, l’homme des secrets, qui pénètre dans les sanctuaires, il n’y a pas de porte entre dieu et lui. Il n’ignore rien de ce qui est dans le ciel, sur la terre ou en toute partie cachée de la Douat. Il est le prêtre Sem dans le Per-neser, le grand des voyants dans le Per-Our… le plus puissant de tous les pagnes (= hommes)… [2] »

Dans sa tombe, Rekhmiré fit copier deux textes fondamentaux du vizirat : l’Installation du vizir et les Devoirs du vizir.

Champollion a relevé dans cette même tombe un dessin représentant des Sémites, en compagnie d’autres ouvriers égyptiens, en train de fabriquer des briques et de construire un mur.

Source : Wikipeida.org

[1Le vizirat fut dédoublé, durant le Nouvel Empire, pour la Haute et la Basse Égypte

[2Claire Lalouette, Thèbes ou la naissance d’un empire, éd. Flammarion p. 326.

Navigation

AgendaTous les événements

novembre 2018 :

octobre 2018 | décembre 2018

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Publications Derniers articles publiés

Brèves Toutes les brèves

  • Le plus vieux fromage du monde a été découvert dans un tombeau égyptien

    Les résidus d’un fromage vieux de 3.200 ans ont été découverts dans une tombe égyptienne. Dans sa composition, les chercheurs ont retrouvé les traces d’une bactérie causant la brucellose, une grave maladie très présente durant l’Antiquité.
    C’est en 2010 que tout a commencé lorsque des fouilles importantes ont été menées dans le tombeau de Ptahmes, maire de Memphis – alors capitale de l’Égypte antique. (...)

  • La mise en pli des momies égyptiennes

    Une substance grasse utilisée comme gel de coiffage a été découverte sur les cheveux de momies en Egypte.
    La momie de la reine Tiye, grand-mère de Toutankhamon, est un exemple de coiffure soignée emportée dans l’au-delà. (Chine nouvelle/Sipa)
    Embaumées, parées d’atours et d’attributs en fonction de leur rang social, les momies égyptiennes étaient aussi bien coiffées pour le voyage vers l’au-delà. (...)

  • Redécouverte d’un secret antique

    Deux chercheurs viennent de redécouvrir le grand secret de la cosmétique égyptienne, perdu depuis plusieurs millénaires. Christian Amatore et Philippe Walter (CNRS, ENS) ont en effet élucidé le rôle paradoxal du chlorure de plomb (un poison), retrouvé à l’état de traces au fond des vieux pots de fards et d’onguents - dont faisaient usages les Egyptiennes et les Egyptiens d’il y a 4000 ans. Ce chlorure de (...)

  • Autopsie d’une momie : la tuberculose a tué une Egyptienne il y a 2.600 ans

    Une dame de la haute société de l’Egypte des pharaons a succombé il y a 2.600 ans à la turberculose, a révélé une dernière autopsie de sa momie découverte au début du 19ème siècle, selon une étude parue mardi dans la revue britannique Proceedings of the Royal Society B.
    Le cadavre de cette femme, découvert en 1819 dans la nécropole de Thèbes et embaumé dans un état de conservation exceptionnel, avait été (...)

  • 4e Rencontre des "Vendredis du CDAP" à Tunis

    L’histoire de la médecine arabe : un héritage glorieux
    Comment se fait-il qu’une civilisation si brillante dans le domaine de la science et de la médecine se soit brusquement dégradée ?
    Comment réagir face à cette citation : « Des chirurgiens arabes sont à l’origine de l’invention de la seringue dont l’éminent médecin andalou Abu al-Qasim Khalaf Ibn Abbas Al Zahrawi (Abulcassis) qui fut traumatologue, (...)