Sétaou (fils royal de Koush)

Sétaou est Fils royal de Koush dans la seconde moitié du règne de Ramsès II. Son père s’appelle Siouadjet, sa mère An, laquelle est chanteuse d’Amon, et sa femme Nofretmout. Il succède à Houy comme vice-roi de Nubie. Des documents de l’époque montrent qu’il a occupé ce poste depuis l’an 38 au moins jusqu’à l’an 63 du règne de Ramsès II [1].

Sétaou était issu de l’école royale et jouissait d’un impressionnant dossier au service du roi, détaillé dans une longue inscription autobiographique gravée dans le temple de Ouadi-es-Seboua, construit pour Ramsès II par Sétaou autour de la 44e année du règne de ce pharaon [2]. Onze stèles, aujourd’hui au musée égyptien du Caire et au musée du Louvre, ont été retrouvées dans la cour de ce temple, et permettent d’établir sa carrière et de comprendre les fonctions précises d’un vice-roi [3].

Couvercle du sarcophage de Sétaou
(British Museum)

Outre le temple de Ouadi-es-Seboua, Sétaou a également érigé un autre temple à Gerf Hussein sur la rive ouest du Nil autour de l’an 45 de Ramsès II [4]. Ce temple, appelé la « Maison de Ptah » était un hémispéos consacrée à Ptah, Ptah-Taténen et Hathor, associés avec le pharaon lui-même [5].

Sétaou note également dans sa série de stèles autobiographiques qu’une grande partie de sa main-d’œuvre était composée de prisonniers étrangers et financée par le butin récupéré par Ramsès II dans ses campagnes [6]. Cette déclaration est appuyée par un texte écrit en l’an 44 par Ramosé, un officier de l’armée de Pharaon, qui stipule que le pharaon a indiqué à Sétaou de « prendre les captifs Libyens » afin de construire le grand temple de Ouadi-es-Seboua.

Sétaou a également construit ou rénové un temple à El Kab.

Sépulture

Stèle dépeignant Sétaou et son épouse Nofretmout

La tombe de Sétaou (TT289) est située à Dra Abou el-Naga dans la nécropole thébaine.

Source : Wikipedia.org

[1Joyce Anne Tyldesley , Ramesses : Egypt’s Greatest Pharaohs, Penguin Books, 2001 paperback, p. 167.

[2Lorna Oakes, Pyramids, Temples and Tombs of Ancient Egypt : An Illustrated Atlas of the Land of the Pharaohs, Hermes House : Anness Publishing Ltd, 2003, p. 203.

[3Lorna Oakes, Pyramids, Temples and Tombs of Ancient Egypt : An Illustrated Atlas of the Land of the Pharaohs, Hermes House : Anness Publishing Ltd, 2003, p. 203.

[4Nicolas Grimal, A History of Ancient Egypt, Blackwell Books,‎ 1992 [détail des éditions], p. 260

[5Nicolas Grimal, A History of Ancient Egypt, Blackwell Books,‎ 1992 [détail des éditions], p. 260

[6Oakes, op. cit., p. 203

Navigation

AgendaTous les événements

novembre 2018 :

octobre 2018 | décembre 2018

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Publications Derniers articles publiés

Brèves Toutes les brèves

  • Le plus vieux fromage du monde a été découvert dans un tombeau égyptien

    Les résidus d’un fromage vieux de 3.200 ans ont été découverts dans une tombe égyptienne. Dans sa composition, les chercheurs ont retrouvé les traces d’une bactérie causant la brucellose, une grave maladie très présente durant l’Antiquité.
    C’est en 2010 que tout a commencé lorsque des fouilles importantes ont été menées dans le tombeau de Ptahmes, maire de Memphis – alors capitale de l’Égypte antique. (...)

  • La mise en pli des momies égyptiennes

    Une substance grasse utilisée comme gel de coiffage a été découverte sur les cheveux de momies en Egypte.
    La momie de la reine Tiye, grand-mère de Toutankhamon, est un exemple de coiffure soignée emportée dans l’au-delà. (Chine nouvelle/Sipa)
    Embaumées, parées d’atours et d’attributs en fonction de leur rang social, les momies égyptiennes étaient aussi bien coiffées pour le voyage vers l’au-delà. (...)

  • Redécouverte d’un secret antique

    Deux chercheurs viennent de redécouvrir le grand secret de la cosmétique égyptienne, perdu depuis plusieurs millénaires. Christian Amatore et Philippe Walter (CNRS, ENS) ont en effet élucidé le rôle paradoxal du chlorure de plomb (un poison), retrouvé à l’état de traces au fond des vieux pots de fards et d’onguents - dont faisaient usages les Egyptiennes et les Egyptiens d’il y a 4000 ans. Ce chlorure de (...)

  • Autopsie d’une momie : la tuberculose a tué une Egyptienne il y a 2.600 ans

    Une dame de la haute société de l’Egypte des pharaons a succombé il y a 2.600 ans à la turberculose, a révélé une dernière autopsie de sa momie découverte au début du 19ème siècle, selon une étude parue mardi dans la revue britannique Proceedings of the Royal Society B.
    Le cadavre de cette femme, découvert en 1819 dans la nécropole de Thèbes et embaumé dans un état de conservation exceptionnel, avait été (...)

  • 4e Rencontre des "Vendredis du CDAP" à Tunis

    L’histoire de la médecine arabe : un héritage glorieux
    Comment se fait-il qu’une civilisation si brillante dans le domaine de la science et de la médecine se soit brusquement dégradée ?
    Comment réagir face à cette citation : « Des chirurgiens arabes sont à l’origine de l’invention de la seringue dont l’éminent médecin andalou Abu al-Qasim Khalaf Ibn Abbas Al Zahrawi (Abulcassis) qui fut traumatologue, (...)