Coptos

, par  Jean-Luc

Coptos, en égyptien ancien Gebtyou, est situé au bord de la piste qui conduit au ouâdi Hammâmât. La cité était toute entière tourné vers l’exploitation du désert. On comptait nombre de sementyou (Corporation chargé d’exploiter les mines et de découvrir de nouveaux filons) parmi ses habitants. C’est de Coptos que partaient les contingents de carriers et de tailleurs de pierre. La ville comptait aussi beaucoup d’artisans raffineur d’or et d’orfèvres célèbre dans toute l’Egypte.

La cité honorait le dieu Min, figuré sous une forme ithyphallique représentant la renaissance des forces de la nature. Les fouilles du site de Coptos on permit de dégager plusieurs statues de la divinité, dont l’étude approfondie a révélé son origine lointaine, lié à la mer et au désert. Il est l’expression conceptualisé du dieu-voyageur, l’image même du Créateur. Le clergé de Karnak au moyen-empire associera sa forme à l’image d’Amon et le lièrent à Isis et Harpocrate pour former sa famille divine. Sous la domination romaine il est comparé à Pan, malgré son apparence génératrice. On le surnomme alors Pan du désert car en dieu-prospecteur, il accompagne les carriers et les voyageurs du désert tout au long de la chaîne arabique.

Coptos avait un rayonnement considérable grâce à son emplacement stratégique à la convergence de nombreuses pistes du désert qui menait au ouâdi Hammâmât ou à Bérénice sur la mer rouge en passant par la fameuse route des quatorze stations. Il ne subsiste pas grand chose des ruines de cette grande cité alliée
traditionnelle de Thèbes mais ce qui a été retrouvé témoigne de l’importance de la ville tout au long de l’Histoire Egyptienne. Le grand temple de Min et Isis fut élevé sous les règnes de Ptolémée II Philadelphe, Ptolémée IV Philopator, Caligula et Néron. Il se dressait sur l’emplacement d’un autre temple qui remontait à Amenemhat 1er et à Sésostris 1er. On retrouva aussi dans un autre temple de la ville, une série d’ordonnance royale datant des VI èm et VII èm dynastie. La cité présentait l’aspect d’une nébuleuse de temples et de chapelles dont il ne reste presque rien, hormis un petit édifice situé à El-Qalâ au nord-est de Qouft dédié à Min, Isis et Horus.

Navigation

AgendaTous les événements

mai 2019 :

avril 2019 | juin 2019

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Brèves Toutes les brèves

  • Egypte : l’allée des Sphinx, à Louxor, ouverte aux touristes en mars

    L’allée des Sphinx, qui reliait jadis les temples de Louxor et Karnak, sera ouverte aux touristes le mois prochain, a annoncé mercredi le patron des antiquités égyptiennes, Zahi Hawass.
    "Les travaux sont en cours pour la ramener à ce qu’elle était du temps des pharaons et l’ouvrir aux touristes", a déclaré M. Hawass.
    La cérémonie officielle est prévue pour le 3 mars et le président Hosni Moubarak y (...)

  • La tombe de Toutankhamon se voit offrir une cure de jouvence

    Un partenariat a été conclu entre les autorités égyptiennes et une fondation américaine pour des travaux visant à préserver le tombeau de Toutankhamon, l’un des sites les plus visités d’Égypte. L’objectif est de conserver la sépulture à long terme.
    La tombe de l’un des plus célèbres pharaons, Toutankhamon, va être rénovée avec l’aide d’une fondation américaine, a annoncé mardi le départment des antiquités (...)

  • Avec Imhotep, Sakkarah aussi a son musée.

    Inauguré en avril dernier par Bernadette Chirac et Suzanne Moubarak, le musée Imhotep est un complément appréciable pour la visite de ce site archéologique majeur en Egypte.
    Tons beige clair et blanc. Le style néo-pharaonique est de rigueur, mais le musée Imhotep se fond bien dans les dernières dunes de Sakkarah. Ce petit musée placé en contrebas de la pyramide propose un parking flambant neuf, une (...)