Piankhy

, par  Jean-Luc

Piânkhy ou Piye selon les lectures de son nom, est roi de Napata et pharaon de la XXVe dynastie (Basse époque), dite koushite de -752 à -721 ou -747 à -716 selon Clayton [1]. Il est le fils de Kachta.

Il meurt en -716, après avoir pratiquement terminé la réunification de l’Égypte. Il est inhumé dans la nécropole d’El-Kourrou, dans une sépulture construite selon le modèle égyptien sur laquelle se trouve une pyramide (KU 17).

Piankhy, 1er pharaon de la dynastie koushite envahit et soumis l’Egypte vers 730 av J.C. Sa tombe en forme de mastaba est situé à Napata, en Nubie, sa capitale.

Règne

Vers -740, il part avec son armée de sa capitale Napata et place rapidement sous son contrôle la région de Thèbes. Il nomme sa sœur Amenardis Ire comme Divine Adoratrice d’Amon afin de mieux contrôler le clergé. Il est couronné à Thèbes et devient « l’Horus qui a unifié les Deux-Terres ». Le culte d’Amon se propage dans des villes jusqu’alors militaires telles que Kawa et Napata. En l’an XX de son règne, il refoule dans le delta du Nil la coalition menée par Tefnakht, roi de Saïs (XXIVe dynastie), qui tentait de réunifier le pays à son profit et qui comprenait Ioupout II de Léontopolis (XXIIIe dynastie), Osorkon IV de Tanis (XXIIe dynastie) et Nimlot III d’Hermopolis. Piânkhy va tenir le siège, puis conquérir le grand centre religieux de Memphis, ce qui fera passer les « roitelets » du delta sous son obéissance.

Le règne de Piânkhy se caractérise par une politique pragmatique, laissant les princes du delta diriger leur ville plus ou moins librement. Son programme religieux sera très important. Une fois le nord complètement sous son contrôle, il rentre définitivement à Napata pour y vivre ses dix dernières années de règne. Cette absence va favoriser de nouvelles agitations dans le delta. Piânkhy développe sa capitale et agrandit le temple de la « Montagne Pure » consacré jadis à Amon, qui devient une réplique de celui de Karnak.

Rentré à Napata, Piânkhy développe sa capitale et agrandit le temple consacré jadis à Amon de la "Montagne Pure", le Gebel Barkal, par Thoutmosis III et qui devient une réplique de celui de Karnak.

Il se fait ériger une pyramide dans la nécropole d’El-Kourrou.
Il contrôle efficacement la Thébaïde et les pistes occidentales, au moins jusqu’à l’oasis de Dakhla.

Généalogie

Il épouse sa cousine Tabira, la fille d’Alara, puis sa sœur Abar, sa demi-sœur Peksater, Kensa (ou Khewa), Néferoukakaschta, Aqaluqa et a plusieurs enfants :

  • Chabataka ;
  • Taharka qui lui succèdent ;
  • Chepenoupet II, divine adoratrice d’Amon ;
  • Qalhata, qui épouse son oncle, le roi Chabaka [2]
  • Tabekenamon, qui épouse son oncle, le roi Chabaka ; elle est la mère du roi Tanoutamon2 ;
  • Naparayé, qui épouse son frère Taharka [3] ;
  • Takahatenamon, qui épouse son frère Taharka [4] ;
  • Arty, qui épouse le roi Chabataka [5] ;
  • Har, connu à partir d’une table d’offrande de sa fille Ouadjrenès, épouse du maire de Thèbes Montouemhat, trouvée dans la tombe TT342 ;
  • Khaliout, gouverneur de Kanad selon une stèle trouvée au Gebel Barkal [6]2 ;
  • Princesse Moutirdis ?, prophète en chef des déesses Hathor et Mout à Thèbes et fille de Piânkhy selon Morkot [7] mais peut-être la fille d’un chef local nommé Menkheperrê Khmouny d’Hermopolis selon Kitchen [8].
Déesse Bastet, inscrite au dos du nom du roi nubien Piânkhy

Source : Wikipedia.org

[1Peter A. Clayton, Chronicle of the Pharaohs : The Reign-by-Reign Record of the Rulers and Dynasties of Ancient Egypt, Thames & Hudson, p. 190, 2006, (ISBN 0-500-28628-0)

[2Aidan Dodson et Dyan Hilton, The Complete Royal Families of Ancient Egypt [détail des éditions

[3Aidan Dodson et Dyan Hilton, The Complete Royal Families of Ancient Egypt [détail des éditions

[4Aidan Dodson et Dyan Hilton, The Complete Royal Families of Ancient Egypt [détail des éditions

[5Aidan Dodson et Dyan Hilton, The Complete Royal Families of Ancient Egypt [détail des éditions

[6Aidan Dodson et Dyan Hilton, The Complete Royal Families of Ancient Egypt [détail des éditions

[7Robert G. Morkot, The Black Pharaohs : Egypt’s Nubian Rulers, The Rubicon Press, 2000, (ISBN 0-948695-24-2)

[8Kenneth A. Kitchen, The Third Intermediate Period in Egypt, 1100-650 B.C. (Book & Supplement), Aris & Phillips, 1986, (ISBN 978-0856682988)

Navigation

AgendaTous les événements

mai 2020 :

Rien pour ce mois

avril 2020 | juin 2020

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Brèves Toutes les brèves