Archéologie et préhistoire égyptienne

, par  LECLANT Jean

La préhistoire égyptienne, longtemps négligée, a été remise à l’honneur depuis quelques années.

Une mission de la Southern Methodist University de Dallas, dirigée par F. Wendorf, a exploré les sites du Paléolithique et du Néolithique dans le désert occidental. À Ouadi Koubbaniya, en face de Kom Ombo, elle a recueilli des grains d’orge, probablement domestique, en association avec des sites du Paléolithique tardif, datés de 18 300 à 17 200 ans environ, qui ont livré également de nombreux mortiers et des meules ; cette découverte permet de reculer considérablement la date présumée des débuts de l’agriculture en Égypte.

À El-Kab, une mission belge fouille depuis quelques années des sites épipaléolithiques, puis une nécropole prédynastique que son matériel, poteries et palettes, permet de dater vers 3000 avant J.-C. Non loin de là, à Hiérakonpolis, une mission américaine poursuit des recherches sur le site de la ville prédynastique ; des structures datant de l’Amratien et du Gerzéen ainsi que des témoignages plus tardifs fournissent un panorama assez complet des périodes prédynastique et protodynastique.
Mais les recherches aujourd’hui les plus importantes sont sans doute celles qui sont menées à l’extrémité nord de la vallée. Le delta du Nil, terre peu propice à la conservation des antiquités et dépourvue des ruines prestigieuses qui jalonnent plus au sud le cours du fleuve, a été longtemps boudé des archéologues. La découverte spectaculaire à Tanis, par P. Montet et son équipe, des tombeaux des pharaons des XXIe et XXIIe dynasties, avec leur splendide matériel, n’a pas eu le retentissement qu’elle méritait ; car, peu après, éclatait la Seconde Guerre mondiale. Il a fallu attendre 1966 pour que la mission autrichienne de Manfred Bietak à Tell el-Daba souligne à nouveau, par des fouilles capitales pour notre connaissance de la période hyksos, l’importance archéologique du Delta. Cependant, la région fut bientôt quasi interdite aux égyptologues, durant plusieurs années, en raison des hostilités entre l’Égypte et Israël.

Réouverte depuis peu à l’investigation, elle est le théâtre de découvertes majeures concernant des périodes encore mal connues. Sur le site de Menshet Abou Omar, à l’extrême est du Delta, les archéologues de Munich, dirigés par D. Wildung, viennent d’entreprendre la fouille d’une riche nécropole protodynastique, qui a déjà livré des poteries typiques de l’époque de Nagada III et des dynasties « O » et « I », des couteaux en silex, des bijoux en or et en cornaline et des palettes en pierre dure. Dès à présent la découverte de ces dernières ruine totalement la thèse qui opposait les pasteurs nomades de Haute-Égypte détenteurs d’objets mobiliers légers aux paysans sédentaires du Delta dont on supposait les inhumations dotées d’objets lourds. Pour les aurores de l’époque prédynastique, on ne pouvait guère recourir jusqu’ici, en dehors des fouilles récentes que nous avons précédemment mentionnées, qu’aux découvertes effectuées au début de ce siècle en basse Nubie (poteries du « groupe A », premiers essais de taille de la pierre dure et du travail du métal) et à celles des fouilles anglaises (découvertes de Flinders Petrie, mise en évidence des cultures du Badarien et des deux phases de Nagada : Amratien et Gerzéen). Désormais, les recherches qui se poursuivent à Menshet Abou Omar et aussi sur la frange occidentale du delta, à Mérimdé Beni-Salamé, ne manqueront pas de donner de nouveaux éclairages sur la préhistoire et sur la protohistoire, en particulier sur les rôles respectifs du Sud et du Nord dans l’élaboration de la culture du Double-Pays, un des problèmes décisifs de l’archéologie égyptienne.

© 1995 Encyclopædia Universalis France S.A.Tous droits de propriété intellectuelle et industrielle réservés

Navigation

AgendaTous les événements

mai 2019 :

avril 2019 | juin 2019

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Brèves Toutes les brèves

  • Une nouvelle tombe découverte à Gizeh

    L’Egypte antique n’a pas fini de nous livrer tous ses secrets. En effet, les découvertes archéologiques extraordinaires ne font que s’enchaîner dans ce pays d’Afrique du Nord. Des chambres funéraires, et autres vestiges très anciens ont été découverts dans plusieurs sites égyptiens, notamment celui de la vallée des rois. Tout récemment, des archéologues égyptiens ont fait une nouvelle découverte de premier (...)

  • Un tombeau vieux de 4 400 ans « exceptionnellement bien conservé »

    La tombe d’un prête égyptien a été découverte dans la nécropole de Saqqarah. La sépulture contient de superbes statues et décorations encore colorées, qui renseignent sur la vie quotidienne à l’époque.
    Elle attendait les archéologues depuis plus de 4 400 ans. Une nouvelle tombe vient d’être découverte à Saqqarah, un site égyptien qui regorge de nombreuses sépultures antiques. Le ministre des antiquités (...)

  • Découverte de huit nouvelles momies dans le sud du Caire

    Huit sarcophages en calcaire contenant des momies ont été découverts le 28 novembre, dans la nécropole de Dahchour, dans le sud-ouest du Caire.
    Ces sarcophages, remontent à la “basse époque” se situant entre (700 et 300 ans avant Jésus-Christ), indique le ministre égyptien des Antiquités Mustapha Waziri, ajoutant que ces momies seront prochainement exposées aux musées de Hourghada et Charm el-Cheikh, (...)

  • un site archéologique datant de 5 000 ans avant J.-C. découvert

    À quelques mètres sous terre, un site néolithique a pu faire l’objet de fouilles. Ce dernier remonterait à 5 000 ans av. J.-C., il serait l’un des plus vieux villages au monde ; sur place, des réservoirs contenant des restes animaux et végétaux ainsi que des objets artisanaux attestent d’une culture déjà avancée, comme le rapportait le ministère égyptien des Antiquités.
    Ces fouilles laissent penser (...)

  • Un nouveau sphinx découvert à Louxor

    C’est lors d’un chantier pour une route reliant Louxor à Karnak que des ouvriers ont découvert un sphinx vieux de 4 000 ans qui se trouvait là, enfouit sous des dizaines de mètres de sables depuis plusieurs milliers d’années. Le chantier a dû être suspendu, laissant place aux archéologues qui ont libéré la bête. Très peu de visuels sont actuellement disponibles. En effet, le ministère des antiquités (...)