Horus de Létopolis

Hor-Khenty-irty, un dieu astral

Dès la IIIe dynastie (≈ XXVIIe siècle), un dieu faucon est vénéré dans la ville de Khem (la Létopolis des Grecs), capitale provinciale du IIe nome de Basse-Égypte. Les vestiges de cette cité se trouvent sur le site de l’actuelle Aousim près du Caire. L’Horus de Létopolis, « Celui qui préside à Khem », est un dieu astral assimilé à Horus l’Ancien. Son œil droit est le Soleil et le gauche la Lune. Son nom change selon que ces deux luminaires sont visibles ou pas. Au moment de la pleine lune, lorsque les deux luminaires sont brillants, cet Horus est Khenty-irty, « Celui qui a des yeux ». Au contraire, au moment de la nouvelle lune, quand cet astre est invisible, le dieu est Khenty-en-irty, « Celui qui n’a pas d’yeux ». Sous ces aspects, le dieu est aussi connu sous les noms de Mekhenty-irty et Mekhenty-en-irty. Ses animaux sacrés sont l’ichneumon (dieu voyant) et la musaraigne (dieu aveugle). Ce mythe cosmique a fait que le dieu a été considéré comme le patron des médecins oculistes et des harpistes, une profession exercée par des aveugles. Les Textes des sarcophages font de lui le fils d’Osiris ou la divinité qui rend ses yeux aux défunts lors de la momification :

« Et mes os ont été rapportés, les parties de mon corps ont été rassemblées, ce qui m’avait été enlevé m’a été rapporté, ce qui m’avait été dispersé m’a été rassemblé, comme quand je mangeais en personne, car mes chairs m’ont été réunies. Mes yeux m’ont été rouverts, afin que par eux je puisse voir, par Khenty-en-irty, la grande Étoile-shed qui est associée à Létopolis ; mes oreilles m’ont été ouvertes, afin que par elles je puisse entendre, par ce faucon à qui on ne parle pas (...). »

— Textes des sarcophages, chap. 106 (extrait). Traduction de Paul Barguet.

Fils de Khenty-irty

Durant la période gréco-romaine, les temples de Dendérah et Edfou mentionnent les quatre « Enfants de Khenty-Irty », toujours en association avec les quatre enfants d’Horus. Il s’agit de dieux protecteurs chargés de veiller sur Osiris et par là même sur tous les morts égyptiens. Leurs noms sont toujours cités dans le même ordre : Heqa, Iremâouay, Maaitef et Irrenefdjesef. Ces dieux apparaissent déjà dans les Textes des sarcophages et le Livre des Morts mais sans la mention de leur père Khenty-irty.

Source : wikipedia.org

Navigation

AgendaTous les événements

novembre 2019 :

Rien pour ce mois

octobre 2019 | décembre 2019

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Brèves Toutes les brèves