Méritamon

, par  Jean-Luc

Mérytamon [1] est une reine d’Égypte de la XIXe dynastie. Elle est la quatrième fille et l’épouse du pharaon Ramsès II, et la troisième fille de la reine Néfertari. Parce qu’elle occupa un rang privilégié dans l’imagerie officielle, elle naquit sûrement avant le couronnement de Ramsès II et fut probablement la plus vieille des filles de Néfertari qui lui ait survécu. Selon Christian Leblanc, pourtant rien n’autorise à voir en elle l’ainée de cette lignée maternelle, puisque sa position varie assez souvent dans les processions princières figurées dans le contexte des temples.

Généalogie

Tout comme sa mère, elle semble avoir eu une prédilection particulière pour la Haute-Égypte, notamment la région d’Akhmîm, où un colosse de sept mètres de haut, découvert récemment, témoigne du rôle important qu’elle a joué auprès du clergé de Min.

Une inscription provenant de ce colosse, nous décrit ses fonctions d’épouse du dieu :

«  ... la bien-aimée de son maître la supérieure [du "harem" d’Amon]-Rê, la joueuse de sistre de Mout, la joueuse de menat d’Hathor, la chanteuse d’Atoum, la fille du roi [qu’il aime]... Mérytamon. [...] On est satisfait de ce qui est dit lorsqu’elle ouvre la bouche pour apaiser le Maître des Deux-Terres... »

Entre les années 24 et 26 du règne, c’est-à-dire entre l’inauguration d’Abou Simbel et le décès de Néfertari, Mérytamon devient l’épouse de son père. Elle portera le titre de Grande épouse royale un peu plus tard, charge qu’elle partagera avec sa demi-sœur Bentanat, l’aînée d’Isis-Néféret.

Statue monumentale de Mérytamon à Akhmim

Un certain nombre de monuments la représente en compagnie de son père et permettent de suivre son ascension de princesse à épouse royale pour finir par être promue au rang de grande épouse royale remplissant alors le nécessaire rôle complémentaire de son époux dans les rites et les cérémonies du règne. Un colosse découvert récemment à Akhmîm la représente bien que la statue paraît être usurpée d’une reine de la XVIIIe dynastie. Grâce à cette découverte et par comparaison, la statue fragmentaire découverte au Ramesséum par Flinders Petrie, restée alors anonyme et baptisée la reine blanche est désormais identifiée comme une statue de Mérytamon. C’est un chef d’œuvre de la statuaire de la XIXe dynastie.

Sa trace se perd dans la seconde partie du règne de Ramsès II.

Sépulture

Ramsès fait creuser et décorer par les artisans de la Tombe un hypogée pour sa fille et grande épouse royale. C’est la 68e tombe de la vallée des reines à avoir été mise au jour. Elle est située entre la tombe de sa mère Néfertari et celle de sa sœur Bentanat.

Bien qu’endommagée par un incendie au début de l’ère chrétienne, sa tombe conserve encore une partie de ses décors.

Bibliographie

  • Christiane Ziegler, Reines d’Égypte, Paris & Monaco, Somogy éditions d’art & Grimaldi Forum, 2008 ;
  • Christian Leblanc, Reines du Nil, Paris, Bibliothèque des Introuvables, 2009.

Source : fr.wikipedia.org

[1Orthographié également selon la langue, Merytamen, Mérytamon, Meryt-Amon, Meritamen, Meryetamen, Mérite-Amon, Merytamun ou Meritamun

Navigation

AgendaTous les événements

août 2020 :

Rien pour ce mois

juillet 2020 | septembre 2020

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Brèves Toutes les brèves