Le char de combat

, par  Jean-Luc

Jusqu’au début de la XVIIIem dynastie le cheval était inconnu en Egypte. Le char de combat, d’origine syrienne [1], est vraisemblablement introduit en Egypte par les Hyksôs, Il est vite intégré dans l’armée de Pharaon. La charrerie accède dès lors à un statut
privilégié. Le chef de ce corps d’élite est systématiquement choisi parmi les fidèles de Pharaon.

L’équipage du char égyptien comprenait deux personnes. Le conducteur chargé de maintenir sur ses deux roues ce véhicule léger et peu stable et un combattant armé d’un arc et de flèches stockées dans un carquois fixé à la caisse du char. Il avait aussi à sa disposition dans un
deuxième carquois une douzaine de javeline. [2]

Le char de Toutankhamon, fait d’or et de bois

La plateforme sur laquelle se tenaient le conducteur et son passager se trouvait à 75 cm du sol. Elle était posée directement sur l’essieu du char et répercutait tout les cahot et incident de terrain au pilote. Rester en équilibre sur ces engins instables lancés au grand
galops n’était pas donné à tout le monde. La caisse en bois recouverte de cuir était ouverte à l’arrière pour permettre à ses occupants de sauter rapidement en cas de problèmes. Les deux passagers se tenaient à la rambarde qui courrait tout le long de l’habitacle. Les flancs du char étaient décorés de motifs en spirales, de palmettes ou de scènes de combat d’animaux. Les roues en bois avaient six branches rattachées au moyeu central. Le timon était fixé au dessous de la caisse et était maintenu en plus par trois attaches fixées à la
rambarde. Il se terminait par un double joug de cuir ou était attachés les chevaux. Il était recourbé aux deux extrémités pour laisser passer les rênes fixées aux mors. Le harnais de tête se composait d’un frontal, d’une muserolle, d’une têtière et d’œillères réunit par une cocarde.

Le cheval était tenu par des sangles qui lui enserraient le poitrail et l’arrière-train. Il était recouvert de caparaçons de couleurs vives. Les plus beaux exemplaires étaient cousus de fils d’or. Un mortier, sorte de capuchon laissant libre les oreilles, d’où jaillissaient
des plumes d’autruche, des banderoles ou des fleurs artificielles était posé sur la tête de l’animal. Des œillères en bronze ou en or complétaient l’harnachement.

Détail de l’éventail de Toutânkhamon

[1Tout le vocabulaire lié au char et à ses différentes parties dérive du vocabulaire sémitique

[2Petits dards pointus

Navigation

AgendaTous les événements

octobre 2019 :

Rien pour ce mois

septembre 2019 | novembre 2019

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Brèves Toutes les brèves