Le prince Rahotep et son épouse, Nofret

, par  BOVOT Jean-Luc, ZIEGLER Christianne

Ces deux grandes statues, de taille identique, furent découvertes dans le mastaba d’un fils de Snéfrou, le prince Rahotep. Elles figurent ce haut dignitaire - il était général, grand prêtre de à Héliopolis, directeur des expéditions et des constructions - en compagnie de son épouse, Nofret. C’est ce que nous apprennent les inscriptions se détachant en noir sur le fond blanc.

Les deux personnages sont assis sur un siège à très haut dossier qui masque complètement leur dos. Rahotep, vêtu d’un pagne blanc et paré d’un collier ras du cou, porte les cheveux courts et une fine moustache. Il ramène sa main droite, fermée, sur sa poitrine, tandis que la gauche est posée sur son genou. Nofret est drapée dans un long manteau qui laisse apparaître les bretelles de sa robe. Une volumineuse perruque mi-longue enveloppe sa tête.

Sous le diadème d’argent à décor de fleurs, on distingue la chevelure naturelle. Un large collier multicolore, composé de plusieurs rangs de perles, complète sa parure.
Animés par l’éclat des yeux incrustés et soulignés de fard noir, les deux visages expriment la personnalité d’individus précis. Ce couple, à juste titre célèbre, marque brillamment l’entrée du naturalisme dans l’art égyptien, tout en gardant un certain nombre de conventions : stricte frontalité de l’attitude, couleur ocre rouge réservée à la carnation masculine et ocre jaune pour la carnation féminine. Les sculpteurs contemporains de Snéfrou et de Khéops portent une attention nouvelle aux traits les plus marquants de chaque physionomie. On en jugera également d’après la série des têtes de réserve, datées du règne de Khéops, qui composent une véritable galerie de portraits. Les corps de Rahotep et de Nofret, aux membres librement articulé, sont modelés en amples volumes arrondis caractéristiques du style sévère. Le procédé est également attesté dans les bas-reliefs de l’époque de Snéfrou. Certains détails vestimentaires, comme le collier ras du cou porté par Rahotep, et l’accolade formée par les cheveux de Nofret sont propres au début de la IVe dynastie.

Extrait de Art et archéologie : l’Egypte ancienne de Christiane Ziegler et Jean Luc Bovot. (Manuels de l’école du Louvre)

Bibliographie

Cat. CGC Statuen, 1911 pp 3-5 pl. 1
PM, IV, 1934, p. 90.
Cat. Caire, 1987, n°27.
Cat. Trésors d’Egypte, 1999, pp. 62-63.
C. Ziegler, in cat. Au temps des pyramides, 1999, p 103, fig 74.

Navigation

AgendaTous les événements

novembre 2018 :

octobre 2018 | décembre 2018

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Publications Derniers articles publiés

Brèves Toutes les brèves

  • un site archéologique datant de 5 000 ans avant J.-C. découvert

    À quelques mètres sous terre, un site néolithique a pu faire l’objet de fouilles. Ce dernier remonterait à 5 000 ans av. J.-C., il serait l’un des plus vieux villages au monde ; sur place, des réservoirs contenant des restes animaux et végétaux ainsi que des objets artisanaux attestent d’une culture déjà avancée, comme le rapportait le ministère égyptien des Antiquités.
    Ces fouilles laissent penser (...)

  • Un nouveau sphinx découvert à Louxor

    C’est lors d’un chantier pour une route reliant Louxor à Karnak que des ouvriers ont découvert un sphinx vieux de 4 000 ans qui se trouvait là, enfouit sous des dizaines de mètres de sables depuis plusieurs milliers d’années. Le chantier a dû être suspendu, laissant place aux archéologues qui ont libéré la bête. Très peu de visuels sont actuellement disponibles. En effet, le ministère des antiquités (...)

  • Découverte d’un sarcophage noir

    Des archéologues égyptiens viennent de mettre au jour un sarcophage enfoui sous terre depuis plus de 2.000 ans. Découvert par hasard, le cercueil antique étonne par ses dimensions hors du commun, mais aussi par son exceptionnel état de conservation, qui promet des révélations inédites.
    Un mètre quatre-vingt-cinq de haut, deux mètres soixante-cinq de long et un mètre soixante-cinq de large… Telles sont (...)

  • une chambre funéraire découverte sur le site de Gizeh

    Les archéologues ont fait une découverte près de Gizeh, en Égypte : un puits funéraire d’une trentaine de mètres de profondeur, vieux de 2 500 ans.
    Le puits abritait un atelier de momification. Les chercheurs y ont en effet découvert plus d’une trentaine de momies parfaitement conservées, issues de différentes classes sociales de l’Égypte (...)

  • Une statue d’Osiris découverte à Saqqarah

    Lors de travaux de restauration, des archéologues ont découvert une statue du dieu égyptien Osiris coulée en bronze, rapporte le site d’information Luxor Times.
    Une statue du dieu du panthéon égyptien Osiris a été découverte dans la pyramide à degrés de Djéser, située à Saqqarah, annonce le portail d’information Luxor Times.
    Selon Mostafa Waziry, secrétaire général du Conseil suprême des Antiquités (...)