Hymne triomphal pour Thoutmosis III

Paroles dites par Amon-, seigneur des trônes du Double Pays :

« Bienvenue auprès de moi, toi qui te réjouis de voir ma beauté, ô mon fils, mon protecteur, Menkheperrê, qu’il vive éternellement !

Je brille à cause de l’amour que tu me portes, mon coeur étant joyeux de ton heureuse venue vers mon temple. Mes bras s’unissent à ton corps, assurant (ta) protection magique et (ta) vie ; comme il est doux ton charme contre ma poitrine. Je t’éterniserai dans ma demeure, je ferai merveille pour toi.

Je te donne la force et la victoire sur tous les pays étrangers ; je place ta gloire et la frayeur que tu inspires dans toutes les terres ; la crainte de toi atteint les limites des quatre piliers du ciel.

J’exalte ton prestige dans tous les corps. Je répands le cri de guerre de Ta Majesté à travers les Neuf Arcs, les princes de tous les pays étrangers étant rassemblés dans ton poing.

J’étends moi-même mes bras et je les noue pour toi. Je lie ensemble les Nubiens par dizaines de milliers et
milliers, les Septentrionaux, par centaines de mille, étant prisonniers. Je fais que ceux qui te sont rebelles tombent sous tes sandales et que tu piétines les ennemis au coeur vil, conformément à ce que, pour toi, j’ordonne.

La terre dans sa longueur et dans sa largeur, les Occidentaux et les Orientaux sont sous ton autorité. Tu foules tous les pays étrangers, le coeur joyeux. Personne ne fait volte-face dans ton entourage, car je suis ton guide, et tu pourrais les atteindre.

Tu as traversé l’eau de la Grande Boucle du Naharina, en puissance et en force, comme je te l’ai ordonné. Lorsqu’ils entendent ton cri de guerre, ils (les ennemis) rentrent dans leurs trous, et je les prive du souffle de la vie, car je place la peur de toi au travers de leurs coeurs.

Ma flamboyante qui est sur ton front les brûle ; elle saccage les hommes pervers. Elle consume les habitants des Iles avec sa flamme. Elle tranche les têtes des Asiatiques, de sorte qu’il n’en subsiste aucun, et les enfants de leurs chefs sont terrassés.

Je fais que (le bruit de) tes victoires se répande dans tous les pays, le serpent de mon front illuminant ton corps.
Il n’existe plus d’homme qui se rebelle contre toi, jusqu’aux limites de ce qu’encercle le ciel. Ils viennent, le dos chargé de leurs tributs, s’inclinant devant Ta Majesté, comme je l’ordonne. Je fais en sorte que (tes) adversaires soient sans force, lorsqu’ils viennent auprès de toi, le coeur brûlant, les membres tremblantS.

Je suis venu,
je fais que tu écrases les Grands de la Phénicie, je les étends sous tes pieds à travers leurs pays ;
je fais qu’ils voient Ta Majesté comme le seigneur des rayons, et que tu brilles dans leurs visages comme
mon image.

Je suis venu,
je fais que tu écrases les peuples de l’Asie, que tu frappes les chefs des Asiatiques du Retenou ;
je fais qu’ils voient Ta Majesté, déjà vêtu de sa parure, tandis que tu saisis les armes de combat, sur ton char.

Je suis venu,
je fais que tu écrases la terre orientale, que tu marches sur les habitants des régions du Pays de Dieu ;
je fais qu’ils voient Ta Majesté comme une étoile, qui lance sa lueur comme une flamme et qui donne sa
rosée.

Je suis venu,
je fais en sorte que tu écrases la terre occidentale, la Crète et Chypre étant courbées sous ta gloire ;
je fais qu’ils voient Ta Majesté comme un taureau à l’éternelle jeunesse, au coeur ferme, aux cornes acérées, que l’on n’a pu attaquer.

Je suis venu,
je fais que tu écrases les habitants des Îles, les pays du Mitanni tremblant sous ta crainte ;
je fais qu’ils voient Ta Majesté comme un crocodile, seigneur de la terreur parmi les eaux, qu’on ne peut
approcher.

Je suis venu,
je fais que tu écrases les habitants des Iles du Milieu, la Très-Verte étant recouverte par tes cris de guerre ;
je fais qu’ils voient Ta Majesté comme un vengeur qui apparaît en gloire sur le dos du taureau abattu.

Je suis venu,
je fais que tu écrases les pays des Outjentiou, par la puissance de ta gloire ;
je fais qu’ils voient Ta Majesté comme un lion, tandis que tu les transformes en cadavres, à travers leurs
vallées

Je suis venu,
je fais que tu écrases les plus éloignées des terres, ce qu’entoure le Grand Cercle étant retenu dans ton
poing ;
je fais qu’ils voient Ta Majesté comme un faucon, maître de l’aile, qui s’empare de ce qu’il voit, selon son
désir.

Je suis venu,
je fais en sorte que tu écrases les terres proches, et que tu lies les Bédouins prisonniers ;
je fais qu’ils voient Ta Majesté comme le chacal du Sud, seigneur de la course, à l’allure rapide, qui
parcourt le Double Pays.

Je suis venu,
je fais que tu écrases les Nubiens, jusqu’à Shât, dans ton poing,
je fais qu’ils voient Ta Majesté comme tes deux frères, et je réunis, pour toi, leurs bras, en signe de victoire.

Tes deux soeurs, je les ai placées derrière toi pour assurer ta protection magique ; cependant que les bras de Ma Majesté sont dans le ciel, pour chasser le mal.

J’assure ta garde, ô mon fils, mon bien-aimé, Horus" le taureau puissant qui apparaît dans Thèbes ", que j’ai engendré de mon corps, Thoutmosis - qu’il vive éternellement ! - qui a accompli pour moi tout ce que souhaitait mon ka.

Tu as érigé ma demeure, tel un travail (destiné à durer) pour l’éternité, faisant plus large et plus long ce qui existait
auparavant. La grande porte (appelée) " Sublime est Men-kheperrê ", sa beauté a mis en fête Amon-.

Tes monuments sont plus grands que ceux d’aucun des rois qui ont existé (auparavant). Je t’ai ordonné de les construire, et j’en suis satisfait. Aussi, je t’établis durablement sur le trône d’Horus des millions d’années, tu conduiras les vivants pour l’éternité. »

Navigation

AgendaTous les événements

décembre 2019 :

Rien pour ce mois

novembre 2019 | janvier 2020

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...