la stèle C14 du Louvre

C’est une stèle très importante, puisque c’est l’un des rares documents où un artiste égyptien nous parle de son travail.

Vive l’Horus qui réunit les deux terres, celui des deux maîtresse qui réunit les deux terres, le roi de Haute et Basse Égypte le fils de Montouhotep, qu’il vive éternellement !

Son véritable serviteur de confiance, celui qui fait tout ce qu’il loue à longueur de journées, le bienheureux auprès du grand Dieu, Irtysen.

Une offrande que donne le roi et Osiris, seigneur de Bousiris, Khentymentiou, seigneur d’Abydos dans toutes ses lieux parfaits et purs, d’une offrande funéraire de 1000 pains, bières, pièce de boeuf, de volaille, de vêtements, de toute bonne chose pure, de pain à casser, de bière-chamet, de provisions du seigneur d’Abydos, de provende blanche d’Hezat (déesse du lait), de ce dont les esprits lumineux désirent se nourrir, pour le bienheureux auprès d’Osiris, auprès d’Anubis seigneur de la terre sacrée, le directeur des artisans, le dessinateur, Irtysen, qui dit :

Je connais les secrets des hiéroglyphes, la manière de composer des offrandes de fête, Toute magie, si je l’ai préparée, c’est sans que rien ne puisse m’échapper. Car je suis un artisan qui excelle dans son art, qui est devenu le premier dans son domaine (litt. ce qu’il a appris).

Je sais les proportions des fluides (pour la peinture ?), peser la quantité calculée (?), enlever et faire entrer quand il entre et quand il sort afin que chaque membre vienne à sa place.

Je peux rendre la démarche d’une statue d’homme, le pas d’une statue de femme, la force des ailes d’une dizaine (?) d’oiseaux, la pose de celui qui frappe un captif, le regard que l’on pose sur son semblable (litt. qu’un oeil jette à un autre), et aussi rendre craintif le visage de la victime sacrificielle (?), (reproduire) le port de bras de celui qui frappe l’hippopotame, la venue du courreur.

Je sais (comment) faire des pigments et des emaux , sans laisser le feu les brùler, sans que l’eau les puisse non plus effacer.

Personne n’en aura connaissance (litt. ne sortira sous cela), hormis moi seul et mon fils aîné, le dieu ayant ordonné qu’il pratique, car c’est à cela qu’il a été initié.

J’ai vu de mes yeux ce qui est sorti de ses mains, lorsqu’il a dirigé des travaux, en toute pierre précieuse et auguste, depuis l’argent et l’or jusqu’à l’ivoire et l’ébène.

Une offrande funéraire de milles pain, bière, oiseaux, boeufs, vêtement, toutes bonne chose pure pour le bienheureux Irtyseniqer, juste de voix, mis au monde par Idet, juste de voix.

Le texte originel en hiéroglyphes

rosmord@iut.univ-paris8.fr

Navigation

AgendaTous les événements

décembre 2019 :

Rien pour ce mois

novembre 2019 | janvier 2020

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...