Haroéris "Horus le grand"

, par  Jean-Luc

Faucon momifié dont l’oeil gauche représente la lune et le droit le soleil. Dans la cosmogonie d’Héliopolis il est le cinquième enfant mis au monde par Geb et Nout pendant les jours épagonèmes.

Assimilé à Horus, il est vénéré à Létopolis (Sekhem) dans le nome de "la cuisse" ainsi qu’à Edfou, une des plus vielle cité d’Egypte ou son culte est avéré dès la IIIem dynastie. Il y est chargé de veiller sur l’or et ses prospecteurs dans le désert arabique. A Kôm Ombo, Il est associé à la déesse Tasenetferet ("la soeur parfaite") et partage un temple avec Sobek.

Il peut être aussi : Mekhenty-en-irty, "celui qui n’a pas d’yeux", quand ceux-ci sont invisibles, ou Khenty-irty, "celui qui a des yeux", quand il recouvre la vue, ces deux appellations se référant à des phénomènes particuliers. Pendant ces périodes de cécité, Horus l’ancien est d’ailleurs une divinité guerrière très dangereuse ; il lui arrive de frapper à l’aveuglette, allant jusqu’à s’en prendre aux dieux eux-mêmes ! Cet aspect combatif l’associe en outre à Horus fils d’Isis, dont il est finalement proche puisqu’ils appartiennent à la même famille.

Horus l’ancien, relief du temple de Kôm-Ombo

Horus l’Ancien est en effet le frère d’Isis, de Nephtys, d’Osiris et de Seth, tous cinq enfants de Geb (la terre) et de Nout (le ciel). Horus l’ancien serait sortit du ventre de Nout juste après Osiris, né, avant terme, des amours intra-utérines d’Osiris et d’Isis !

Selon Plutarque "Osiris serait né du soleil, ainsi qu’Arouéris, Isis d’Hèrmes, Typhon (Seth) et Nephtys de Cronos. Ce calendrier explique pourquoi les Egyptiens tenaient le troisième jour épagomène pour néfaste, n’expédiant ce jour-là aucune affaire et ne donnant aucun soin à leur corps jusqu’à la nuit. Nephtys, dit-on épousa Typhon (Seth). Isis et Osiris s’aimèrent avant même que de naître et s’unissaient furtivement dans l’obscurité du sein maternel. De cette union pré-natale serait né Arouéris, qui reçut des Egyptiens le nom d’Horus l’Ancien et des Grecs celui d’Apollon."

Plutarque rajouta encore ceci : "Quant à la naissance d’Apollon, procréé dit-on par [Isis-155] et Osiris alors que les dieux étaient encore dans le sein de Rhéa (Nout), elle donne à entendre qu’avant que notre monde apparût achevé et que la Raison l’eut parachevé, la matière, impatiente de produire, donna spontanément naissance avant terme à la première création. C’est pour cela qu’on dit que ce dieu naquit infirme et dans les ténèbres et qu’on l’appela Horus l’Ancien : il n’était pas le monde, mais un simulacre, une apparence du monde encore à venir. L’autre Horus (l’Enfant) est en lui-même fini et achevé. Il ne s’est pas cependant débarrassé de Typhon (Seth)."

Horus l’Ancien serait né avec une taie sur les yeux qui le rendait temporairement aveugle. Les conséquences de cette maladie étaient si redouté par les Egyptiens que les prêtres du dieu firent graver, pour le soigner, toute une panoplie d’instruments chirurgicaux et médicaux sur les murs du temple de Kôm-Ombo.

Il dut aussi mater une révolte. Peu de temps après la création du monde, un groupe de dieux se mit à comploter contre le créateur. Horus l’Ancien , désigné pour réprimer la rébellion, vainquit les conjurés. En récompense de sa bravoure, il fut proclamé "plus grand des dieux". Selon une autre version du mythe, il aurait lutté contre son frère Seth et serait mort dans le combat, devenant alors "Horus qui est dans Osiris", le roi défunt. De son union posthume avec Isis serait né un nouvel Horus qui une fois adulte aurait vengé son père, Horus l’Ancien-Osiris, et serait à son tour monté sur le trône.
Horus l’Ancien est en effet le frère d’Isis, de Nephtys, d’Osiris et de Seth, tous cinq enfants de Geb (la terre) et de Nout (le ciel). Horus l’ancien serait sortit du ventre de Nout juste après Osiris, né, avant terme, des amours intra-utérines d’Osiris et d’Isis !

Selon Plutarque "Osiris serait né du soleil, ainsi qu’Arouéris, Isis d’Hèrmes, Typhon (Seth) et Nephtys de Cronos. Ce calendrier explique pourquoi les Egyptiens tenaient le troisième jour épagomène pour néfaste, n’expédiant ce jour-là aucune affaire et ne donnant aucun soin à leur corps jusqu’à la nuit. Nephtys, dit-on épousa Typhon (Seth). Isis et Osiris s’aimèrent avant même que de naître et s’unissaient furtivement dans l’obscurité du sein maternel. De cette union pré-natale serait né Arouéris, qui reçut des Egyptiens le nom d’Horus l’Ancien et des Grecs celui d’Apollon."

Plutarque rajouta encore ceci : "Quant à la naissance d’Apollon, procréé dit-on par [Isis-155] et Osiris alors que les dieux étaient encore dans le sein de Rhéa (Nout), elle donne à entendre qu’avant que notre monde apparût achevé et que la Raison l’eut parachevé, la matière, impatiente de produire, donna spontanément naissance avant terme à la première création. C’est pour cela qu’on dit que ce dieu naquit infirme et dans les ténèbres et qu’on l’appela Horus l’Ancien : il n’était pas le monde, mais un simulacre, une apparence du monde encore à venir. L’autre Horus (l’Enfant) est en lui-même fini et achevé. Il ne s’est pas cependant débarrassé de Typhon (Seth)."

Horus l’Ancien serait né avec une taie sur les yeux qui le rendait temporairement aveugle. Les conséquences de cette maladie étaient si redouté par les Egyptiens que les prêtres du dieu firent graver, pour le soigner, toute une panoplie d’instruments chirurgicaux et médicaux sur les murs du temple de Kôm-Ombo.

Il dut aussi mater une révolte. Peu de temps après la création du monde, un groupe de dieux se mit à comploter contre le créateur. Horus l’Ancien , désigné pour réprimer la rébellion, vainquit les conjurés. En récompense de sa bravoure, il fut proclamé "plus grand des dieux". Selon une autre version du mythe, il aurait lutté contre son frère Seth et serait mort dans le combat, devenant alors "Horus qui est dans Osiris", le roi défunt. De son union posthume avec Isis serait né un nouvel Horus qui une fois adulte aurait vengé son père, Horus l’Ancien-Osiris, et serait à son tour monté sur le trône.

Navigation

AgendaTous les événements

juin 2019 :

mai 2019 | juillet 2019

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Publications Derniers articles publiés

Brèves Toutes les brèves

  • L’au-delà 4 étoiles pour les animaux de l’Egypte Ancienne !

    Les anciens égyptiens avaient le plus grand respect pour les animaux qu’ils apparentaient aux divinités. Ils en ont ainsi momifié des millions : oiseaux, reptiles, mammifères. On a longtemps pensé que l’embaumement animal ne consistait qu’en un simple enroulement de bandages en lin, ou d’un trempage dans la résine. Mais, Anubis, dieu des morts à tête de chacal, réservait en fait un sort de pacha à leur (...)

  • le mystère de la « main coupée »

    Le Château de Gruyères expose dès mercredi un objet insolite : une main coupée. L’objet, entouré de toutes sortes de légendes, appartient au château depuis belle lurette. Une analyse anthropologique vient d’en découvrir l’origine. Pendant de longues années, toutes sortes de légendes ont circulé quant à l’origine de la main coupée. Selon la version la plus courante, la main aurait été rapportée de Terre (...)

  • Le secret de la momie

    Le 1er juillet, le British Museum de Londres a ouvert au public son centre de réalité virtuelle, consacré à la momie de Nesperennub, prêtre au temple de Karnak il y a environ 3 000 ans. Pour la première fois, on peut découvrir en trois dimensions l’intérieur d’une momie. Celle-ci fut d’abord numérisée à l’aide d’un scanner médical à technologie numérique d’un hôpital londonien, afin d’obtenir 1500 images, (...)

  • Un check-up à NTUH pour la momie égyptienne

    A quelques jours d’une exposition d’objets provenant des collections égyptiennes du Louvre au Mémorial Tchang Kaï-chek, la vedette de l’événement s’est offert une visite de routine à l’Hôpital de l’université nationale de Taiwan (NTUH). Les docteurs ont confirmé qu’à 3 000 ans bien sonnés, Hemoutouati - ou plutôt sa momie - se porte comme un charme.
    Sans doute n’en saura-t-on guère plus sur la jeune (...)

  • Une momie bourrée de poésie

    Un manuscrit de poésie grecque a été retrouvé dans une momie du IIe siècle avant notre ère. Le papyrus avait servi à rembourrer le cadavre. Selon Kathryn Gutziller, de l’Université de Cincinatti, il s’agit du plus ancien recueil de poésie de la Grèce antique qui nous soit parvenu. Il contient 112 épigrammes de Posidippus, écrits pour la dynastie pharaonique des Ptolémées, et classés par genre : présages, (...)