L’Ogdoade d’Hermopolis

, par  Guillaume Blanchard, Michel Laglasse

L’Ogdoade d’Hermopolis est l’ensemble formé par les huit génies d’Hermopolis qui ont jailli des flots glacés.

Relief du temple d’Hathor à Dendérah représentant l’Ogdoade d’Hermopolis

Ils sont regroupés en quatre couples formés chacun d’un dieu et de son pendant féminin, et sont la personnification des éléments du chaos qui ont précédé la création. Heh et Hehet, l’infinité spatiale, Kek et Keket, les ténèbres profondes, Noun et Naunet, le couple de l’eau initiale et Amon et Amonet, ce qui est caché. Les quatre entités masculines ont des têtes de grenouilles et les féminines des têtes de serpents. Tous sont chaussés de têtes de chiens.

Un texte d’Edfou relate leur apparition : « Au sein de l’océan primordial apparut la terre émergée. Sur celle-ci, les Huit vinrent à l’existence. Ils firent apparaître un lotus d’où sortit , assimilé à Shou. Puis il vint un bouton de lotus d’où émergea une naine, auxiliaire féminin nécessaire, que vit et désira. De leur union naquit Thot qui créa le monde par le Verbe. »

Depuis leur œuvre de création, ces huit dieux initiaux reposent dans le monde souterrain sur la butte de Médinet-Habou (Djêmé), se chargeant du lever quotidien du soleil ou du cours du Nil. La ville d’Hermopolis portait le nom égyptien de Khéménou (la ville des huit).

Ils représentent ansi le chaos primordial d’où naquit le soleil.

Dans le gnosticisme

Le concept d’ogdoade apparaît aussi dans le système métaphysique du gnosticisme de Valentin. Il représente plus ou moins la somme des huit sphères célestes concentriques qui sont au-dessus du monde terrestre et en dessous du Plérôme : dans le désordre, celles de la Lune, du Soleil, de Mercure, de Vénus, de Mars, de Jupiter, de Saturne, et des étoiles fixes. À chacune de ces sphères est associé un ange, qui est tout aussi bien part de l’ogdoade. Valentin associe également à chaque ogdoade un concept divin, ou éon, qui sont respectivement : le Pro-Père (Propator) ou la Profondeur (Bythos), la Pensée (Ennoia) ou le Silence (Sige), l’Intellect (Nous), la Vérité (Aletheia), le Verbe (Logos), la Vie (Zoe), l’Homme (Anthropos), et l’Église (Ekklesia). Ces éons vont par paires (ou syzygies) dans l’ordre où elles sont listées, et chaque paire engendre la suivante.

Bibliographie

Nadine Guilhou et Janice Peyré, La mythologie égyptienne, Marabout, 2006, 352 p., p. 36-37.

Navigation

AgendaTous les événements

novembre 2018 :

octobre 2018 | décembre 2018

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Publications Derniers articles publiés

Brèves Toutes les brèves

  • L’au-delà 4 étoiles pour les animaux de l’Egypte Ancienne !

    Les anciens égyptiens avaient le plus grand respect pour les animaux qu’ils apparentaient aux divinités. Ils en ont ainsi momifié des millions : oiseaux, reptiles, mammifères. On a longtemps pensé que l’embaumement animal ne consistait qu’en un simple enroulement de bandages en lin, ou d’un trempage dans la résine. Mais, Anubis, dieu des morts à tête de chacal, réservait en fait un sort de pacha à leur (...)

  • le mystère de la « main coupée »

    Le Château de Gruyères expose dès mercredi un objet insolite : une main coupée. L’objet, entouré de toutes sortes de légendes, appartient au château depuis belle lurette. Une analyse anthropologique vient d’en découvrir l’origine. Pendant de longues années, toutes sortes de légendes ont circulé quant à l’origine de la main coupée. Selon la version la plus courante, la main aurait été rapportée de Terre (...)

  • Le secret de la momie

    Le 1er juillet, le British Museum de Londres a ouvert au public son centre de réalité virtuelle, consacré à la momie de Nesperennub, prêtre au temple de Karnak il y a environ 3 000 ans. Pour la première fois, on peut découvrir en trois dimensions l’intérieur d’une momie. Celle-ci fut d’abord numérisée à l’aide d’un scanner médical à technologie numérique d’un hôpital londonien, afin d’obtenir 1500 images, (...)

  • Un check-up à NTUH pour la momie égyptienne

    A quelques jours d’une exposition d’objets provenant des collections égyptiennes du Louvre au Mémorial Tchang Kaï-chek, la vedette de l’événement s’est offert une visite de routine à l’Hôpital de l’université nationale de Taiwan (NTUH). Les docteurs ont confirmé qu’à 3 000 ans bien sonnés, Hemoutouati - ou plutôt sa momie - se porte comme un charme.
    Sans doute n’en saura-t-on guère plus sur la jeune (...)

  • Une momie bourrée de poésie

    Un manuscrit de poésie grecque a été retrouvé dans une momie du IIe siècle avant notre ère. Le papyrus avait servi à rembourrer le cadavre. Selon Kathryn Gutziller, de l’Université de Cincinatti, il s’agit du plus ancien recueil de poésie de la Grèce antique qui nous soit parvenu. Il contient 112 épigrammes de Posidippus, écrits pour la dynastie pharaonique des Ptolémées, et classés par genre : présages, (...)