Heh

Heh est l’entité représentant l’éternité, répartie aux quatre coins du monde. Représentée à genoux les bras déployés soutenant le ciel.

Le dieu Heh est, à partir du Nouvel Empire, issu de la fusion de deux divinités, l’une membre de l’Ogdoade d’Hermopolis (association de huit entités divines), qui joue un rôle essentiel dans la cosmologie d’Hermopolis, l’autre, le dieu du temps infini, le génie de l’éternité.

La représentation de Heh en hiéroglyphes, à genoux les bras déployés soutenant le ciel, est utilisée pour représenter le million, lequel est considéré comme l’infini dans les mathématiques égyptiennes.

Le Heh primordial

À Hermopolis, cité du dieu Khnoum qui y était perçu comme le potier créateur du monde, chaque couple correspond à un principe fondateur du monde ; avec Hehet, sa parèdre, il y représente l’espace infini.

Le Heh de l’éternité

Heh « de l’éternité » ne fut jamais qualifié de démiurge. Tout ce qu’on sait de ses origines a semble-t-il disparu ; par contre, nous savons que le génie de l’éternité fut plusieurs fois dédoublé au point d’atteindre le nombre de huit, l’assimilant de ce fait au Heh « primordial ».

Les huit Heh « de l’éternité », regroupés par paire, soutenaient la voûte céleste. Chacun de ces quatre « piliers du ciel » était protecteur d’une région de cette voûte céleste. Dans ce rôle de soutien du ciel, Heh est devenu une hypostase de Shou, le dieu de l’air, qui de ses deux bras soulève le ciel (représenté par Nout) et le dissocie de la terre (représentée par Geb). Les quatre couples Heh furent alors perçus comme quatre vents ; mais pour une raison qui nous échappe, ces vents furent considérés de façon négative, comme sortis de la bouche de Seth.

La ville de « Heh »

Le pharaon Amenemhat Ier, après une campagne militaire vers le sud, construisit au niveau de la troisième cataracte du Nil, une cité qu’il baptisa « Heh », du nom du dieu. Un siècle plus tard, elle fut fortifiée par Sésostris III.

Heh et Toutânkhamon

Heh est représenté sur quelque-uns des objets découverts en 1922 par Howard Carter dans la tombe de Toutânkhamon. L’une des plus parfaites représentations du dieu figure sur le fauteuil cérémoniel du jeune pharaon. Heh, conformément à l’usage, est représenté agenouillé sur le signe de l’or nebou, une croix ânkh pendant à son bras, tenant une palme dans chaque main ; ces palmes se terminent par un disque solaire que protège un uræus au cou duquel pend également une croix ânkh ; sur la tête du dieu, le disque solaire est protégé par un double uræus.

Navigation

AgendaTous les événements

novembre 2018 :

octobre 2018 | décembre 2018

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Publications Derniers articles publiés

Brèves Toutes les brèves

  • L’au-delà 4 étoiles pour les animaux de l’Egypte Ancienne !

    Les anciens égyptiens avaient le plus grand respect pour les animaux qu’ils apparentaient aux divinités. Ils en ont ainsi momifié des millions : oiseaux, reptiles, mammifères. On a longtemps pensé que l’embaumement animal ne consistait qu’en un simple enroulement de bandages en lin, ou d’un trempage dans la résine. Mais, Anubis, dieu des morts à tête de chacal, réservait en fait un sort de pacha à leur (...)

  • le mystère de la « main coupée »

    Le Château de Gruyères expose dès mercredi un objet insolite : une main coupée. L’objet, entouré de toutes sortes de légendes, appartient au château depuis belle lurette. Une analyse anthropologique vient d’en découvrir l’origine. Pendant de longues années, toutes sortes de légendes ont circulé quant à l’origine de la main coupée. Selon la version la plus courante, la main aurait été rapportée de Terre (...)

  • Le secret de la momie

    Le 1er juillet, le British Museum de Londres a ouvert au public son centre de réalité virtuelle, consacré à la momie de Nesperennub, prêtre au temple de Karnak il y a environ 3 000 ans. Pour la première fois, on peut découvrir en trois dimensions l’intérieur d’une momie. Celle-ci fut d’abord numérisée à l’aide d’un scanner médical à technologie numérique d’un hôpital londonien, afin d’obtenir 1500 images, (...)

  • Un check-up à NTUH pour la momie égyptienne

    A quelques jours d’une exposition d’objets provenant des collections égyptiennes du Louvre au Mémorial Tchang Kaï-chek, la vedette de l’événement s’est offert une visite de routine à l’Hôpital de l’université nationale de Taiwan (NTUH). Les docteurs ont confirmé qu’à 3 000 ans bien sonnés, Hemoutouati - ou plutôt sa momie - se porte comme un charme.
    Sans doute n’en saura-t-on guère plus sur la jeune (...)

  • Une momie bourrée de poésie

    Un manuscrit de poésie grecque a été retrouvé dans une momie du IIe siècle avant notre ère. Le papyrus avait servi à rembourrer le cadavre. Selon Kathryn Gutziller, de l’Université de Cincinatti, il s’agit du plus ancien recueil de poésie de la Grèce antique qui nous soit parvenu. Il contient 112 épigrammes de Posidippus, écrits pour la dynastie pharaonique des Ptolémées, et classés par genre : présages, (...)