Qébéhout

Qébéhout (ou Kebechet, Khebhut, Kebehut et Kabehchet) est une déesse de la mythologie égyptienne, déification de l’embaumement liquide. Son nom signifie « eau fraiche ».

Elle est la fille du dieu funéraire Anubis ou de (on ne sait pas avec précision qui est le père d’Anubis) et d’Anupet, le double féminin d’Anubis et considérée comme la petite-fille d’Osiris.

Elle est la déesse de la fraïcheur mais joue dans la mythologie égyptienne un rôle effacé. Elle est adorée avec son père à Cynopolis.

Rôle et fonction

Elle est la déesse de la fraîcheur et de la libation purificatrice mais joue dans la mythologie égyptienne un rôle effacé. Elle est adorée avec son père. Elle est étroitement liée à la préparation du corps du défunt via ses liens de parenté.

Elle représente l’eau qui lave les entrailles du défunt et apporte l’eau sacrée d’Anubis pour ses tâches. Elle donne de l’eau aux esprits des morts pendant qu’ils attendent le processus de momification complète. Elle fortifie le corps contre la corruption, le gardant intact pour la réanimation par le ka du défunt.

Lieux et représentations

Qébéhout est représentée comme un serpent, ou simplement comme une femme à tête de serpent, bien que dans de rares cas, elle soit décrite et représentée comme une autruche, qui personnifie Maât.

La demeure de la déesse est la Douât. Son lieu de culte se trouve à Cynopolis avec son père.

Qébehout n’est pas souvent représentée. Une de ses rares représentations se trouve dans la vallée des rois dans la tombe KV8 du phararon Mineptah de la XIXe dynastie, où on la voit en compagnie de la déesse Nedjty et du dieu Osiris.

Navigation

AgendaTous les événements

décembre 2018 :

novembre 2018 | janvier 2019

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Publications Derniers articles publiés

Brèves Toutes les brèves

  • L’au-delà 4 étoiles pour les animaux de l’Egypte Ancienne !

    Les anciens égyptiens avaient le plus grand respect pour les animaux qu’ils apparentaient aux divinités. Ils en ont ainsi momifié des millions : oiseaux, reptiles, mammifères. On a longtemps pensé que l’embaumement animal ne consistait qu’en un simple enroulement de bandages en lin, ou d’un trempage dans la résine. Mais, Anubis, dieu des morts à tête de chacal, réservait en fait un sort de pacha à leur (...)

  • le mystère de la « main coupée »

    Le Château de Gruyères expose dès mercredi un objet insolite : une main coupée. L’objet, entouré de toutes sortes de légendes, appartient au château depuis belle lurette. Une analyse anthropologique vient d’en découvrir l’origine. Pendant de longues années, toutes sortes de légendes ont circulé quant à l’origine de la main coupée. Selon la version la plus courante, la main aurait été rapportée de Terre (...)

  • Le secret de la momie

    Le 1er juillet, le British Museum de Londres a ouvert au public son centre de réalité virtuelle, consacré à la momie de Nesperennub, prêtre au temple de Karnak il y a environ 3 000 ans. Pour la première fois, on peut découvrir en trois dimensions l’intérieur d’une momie. Celle-ci fut d’abord numérisée à l’aide d’un scanner médical à technologie numérique d’un hôpital londonien, afin d’obtenir 1500 images, (...)

  • Un check-up à NTUH pour la momie égyptienne

    A quelques jours d’une exposition d’objets provenant des collections égyptiennes du Louvre au Mémorial Tchang Kaï-chek, la vedette de l’événement s’est offert une visite de routine à l’Hôpital de l’université nationale de Taiwan (NTUH). Les docteurs ont confirmé qu’à 3 000 ans bien sonnés, Hemoutouati - ou plutôt sa momie - se porte comme un charme.
    Sans doute n’en saura-t-on guère plus sur la jeune (...)

  • Une momie bourrée de poésie

    Un manuscrit de poésie grecque a été retrouvé dans une momie du IIe siècle avant notre ère. Le papyrus avait servi à rembourrer le cadavre. Selon Kathryn Gutziller, de l’Université de Cincinatti, il s’agit du plus ancien recueil de poésie de la Grèce antique qui nous soit parvenu. Il contient 112 épigrammes de Posidippus, écrits pour la dynastie pharaonique des Ptolémées, et classés par genre : présages, (...)