Le jugement de l’âme d’Osiris

, par  Guillaume Blanchard

La croyance d’une vie après la mort est profondément ancrée chez les anciens égyptiens. Ayant sans doute pour origine la contemplation de phénomènes naturels, tels les étoiles immuables, le lever éternel du soleil, le renouveau végétal ainsi que l’apparition de la crue Nilotique ont renforcé l’idée que l’homme, partie intégrante et indissociable de la nature, subissait lui-aussi un régime cyclique, passant de la vie terrestre à la vie éternelle, sous peine d’attirer vers lui les considérations divines.
_Pour les Égyptiens, l’être comporte un , improprement traduit par l’âme, une ombre, un akh et un corps (djet) doit être intact pour que le , double spirituel, puisse accéder au monde souterrain. Ce qui explique que très tôt dans l’histoire, les rites funéraires visent à conserver l’intégrité physique.

Résultant de la momification naturelle, le sable et le climat aride du désert conservant parfois bien mieux que l’embaumement, le cadavre débarrassé de ses organes, excepté le cœur, siège de la pensée, est desséché par du natron, sel naturel, durant 70 jours.

Le trépassé continue de vivre à l’identique son existence terrestre sans les désagréments, grâce aux scènes prophylactiques peintes sur les murs de sa tombe et aux objets déposés dans celle-ci. Pharaon, frère des dieux et reconnu juste de voix, accompagne dans sa barque céleste.

Maître du royaume des morts, Osiris préside le tribunal divin, qui permettra au du défunt d’accéder au monde des bienheureux. Mais la route est longue, semée d’embûches et de difficultés. N’est pas immortel qui veut ! Pour cela le doit être puissant, ce qui implique une vie terrestre riche et juste.
_Aidé de l’exemplaire du livre pour sortir dans la lumière (le livre des morts), que la famille a eu soin de glisser dans le sarcophage, le voit incarné en chat, triompher des ténèbres en décapitant le serpent Apophis.
_Il doit citer les noms des gardiens et démons qui veillent sur les dix portes du monde souterrain. Il réclame à Anubis un nouveau cœur. Se transformant en faucon d’or, en serpent Sito en Ptah, en bélier, héron et lotus, il combat encore une fois Apophis. Récitant les incantations et formules magiques, il accède au tribunal divin où se tiennent les quarante-deux démons des enfers.

Puis Anubis, maître de l’embaumemant, amene le du défunt dans la salle du jugement présidée par Osiris. Le cœur est déposé dans la balance et de l’autre côté du peson, la plume, symbole de Maât. Le défunt récite par le négatif les fautes qu’ils n’a pas commises lors de sa vie terrestre. Si les pesons s’équilibrent, il est reconnu « juste de voix » et peut franchir l’étape suivante, si son cœur est plus lourd que Maât, Babaï le lui dévore et c’en est fini de l’immortalité... Le résultat est transcrit sur un papyrus par Thot le dieu des scribes.

Le mythe osirien du jugement de l’âme est un exemple de psychostasie.

Navigation

AgendaTous les événements

décembre 2019 :

Rien pour ce mois

novembre 2019 | janvier 2020

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Brèves Toutes les brèves