XXVIe dynastie

, par  Guillaume Blanchard

Profitant des ennuis des Assyriens, un des gouverneurs, Psammétique (663-609) réussit à les expulser grâce à des mercenaires lydiens et grecs. Psammétique refait l’unité du pays. Son règne et ceux de ses successeurs sont marqués par la « renaissance saïte » : ils vont imiter le Moyen Empire et même l’Ancien Empire.

Néchao va tenter de soumettre le royaume de Juda, ce qui l’amène à se heurter aux Babyloniens qui le battent à Karkemish. Il a été un précurseur du canal de Suez. Il a fait creuser un canal reliant le Nil à la mer Rouge et qui a fonctionné avant d’être ensablé. Il a aussi demandé à des marins phéniciens de partir du Delta et de faire un périple le long de la côte africaine.

Le dernier grand roi de cette dynastie s’appelle Amasis (568-525) qui doit faire face aux réactions xénophobes de la population. Il va édifier dans le Delta la ville de Naucratis, réservée aux Grecs. Il va installer, sur l’île d’Éléphantine, une sorte de ghetto pour les Juifs. Mais il sent monter le danger perse, c’est pourquoi il resserre ses relations avec les Grecs, les Lydiens (546) et les Babyloniens (539). Il est aussi le plus philhellène des rois d’Égypte ; il paye, par exemple, la reconstruction du temple d’Apollon.

Cambyse II le roi perse, vainc les Lydiens et s’empare de l’Égypte en 525 av. J.-C.}

Economie & société

Plus que jamais la société égyptienne, et tout particulièrement l’armée, apparaît très cosmopolite et métissée. Grecs et Cariens s’ajoutent aux Nubiens et Libyens anciennement intégrés et aussi aux contingents juifs, syriens et phéniciens, ces derniers très présents, avec les Grecs d’Ionie, dans la marine militaire, comme dans la flotte marchande. On note le développement d’un armement et d’un négoce international d’initiative privée, surtout d’origine orientale. Dans l’armée, l’influence des clans militaires d’origine libyenne reste réelle, mais est équilibrée par ces nouvelles forces mercenaires. Cette ouverture accrue sur la Méditerranée entraîne un renforcement des liens militaires et commerciaux avec les Grecs (comptoir commercial de Naucratis). L’État saïte profite de ces évolutions : pour assurer sa sécurité et sa prospérité économique, il perçoit des taxes avantageuses sur le négoce international. Il le favorise aussi en aménageant le canal du Ouadi Toumilat, qui permet de relier ma Méditerranée à la mer Rouge par le delta. La bureaucratie saïte réussit à encadrer cette expansion économique fructueuse entre importations de l’Egée et du Proche-Orient et exportation Egyptienne de céréales, tissus de lin et papyrus.

Art & culture

Renaissance culturelle pendant la période saïte (-664/-525). L’art d’État, qui avait repris sous les Couchites, se développe grâce à la restauration de l’ordre et à la prospérité économique. On voit réapparaître sur les sarcophages des notables des séquences des anciens « Textes des pyramides », et le déplacement du centre du pouvoir de Saïs à Memphis fait du classicisme memphite de l’Ancien Empire le modèle artistique plus que jamais imité pour affirmer la grandeur retrouvée. L’activité monumentale est forte à Memphis, où le Serapeum de Saqqarah est agrandi, alors que culmine le culte du taureau Apis, dans le mouvement général de dévotion aux animaux sacrés, réceptacles de la puissance divine incarnée sur terre, substituts d’une royauté sujette à tant de soubresauts, pour garantir la marche de l’univers.

Les constructions sont nombreuses aussi à l’intérieur du delta, en particulier à Saïs, berceau de la dynastie, où le grand temple de la déesse Neith devient un des principaux centres de la vie religieuse et culturelle, spécialement réputé pour son école de médecine. C’est auprès de la Maison de vie du temple de Neith, qu’au milieu du Ve siècle av. J.-C., Hérodote cherche à pénétrer le savoir des scribes. C’est aussi à l’époque saïte que se codifient nombre de grands corpus de textes religieux et funéraires (recension saïte du Livre des Morts développé au Nouvel Empire).

Pharaons de la XXVIe dynastie :

- Néchao (672 à 664)
- Psammétique (664 à 610)
- Néchao II (610 à 595)
- Psammétique II (595 à 589)
- Apriès (589 à 570)
- Amasis (571 à 526)
- Psammétique III (526 à 525)

Navigation

AgendaTous les événements

novembre 2018 :

octobre 2018 | décembre 2018

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Publications Derniers articles publiés

Brèves Toutes les brèves

  • Lequel est Toutankhamon ?

    A quoi ressemblait le pharaon Toutankhamon ? Si les masques et les statues exposés dans les musées vous laissent sur votre faim, voici trois reconstitutions du visage du jeune homme, réalisées à partir de 1.700 photos haute résolution du scanner de la momie. Trois équipes ont travaillé indépendamment. L’équipe égyptienne a travaillé directement à partir du scanner et a recréé en 3D sur ordinateur le (...)

  • Reconstitution en silicone du visage de Toutankhamon

    Le visage de Toutankhamon a été reconstitué en silicone par des spécialistes égyptiens, français et américains, a annoncé le Conseil supérieur des antiquités égyptiennes.
    Les spécialistes, qui ont reconstitué le visage, sont d’accord sur la forme du visage et les traits du pharaon, mais divergent sur la forme des oreilles et du nez, a indiqué Zahi Hawass, président du Conseil, dans un communiqué mardi. (...)

  • Toutankhamon n’a pas été assassiné, selon les résultats d’un scanner

    Les résultats d’un scanner effectué sur la momie du pharaon Toutankhamon montrent que l’enfant-roi n’est pas mort assassiné, mais les chercheurs n’ont pas réussi à déterminer les causes de son décès, a affirmé mardi le responsable de l’archéologie égyptienne Zahi Hawass.
    "Les scientifiques n’ont trouvé aucune preuve que Toutankhamon a été assassiné, ni qu’il a été frappé à la tête, ni qu’il a été tué", a (...)

  • Une scanographie pratiquée sur la momie de Toutankhamon

    Pour la première fois depuis 82 ans, la momie de Toutankhamon a été extraite de son tombeau, cette fois pour subir une scanographie. L’équipe d’égyptologues à l’origine de cette opération très délicate tente de percer le mystère de la mort du pharaon, disparu à l’âge de 17 ans voilà plus de trois millénaires.
    Les 1.700 images prises mardi au cours de cette radiographie par scanner, qui n’a duré qu’une (...)

  • Pharaons

    Grande exposition patrimoniale
    présentée du 15 octobre 2004 au 10 avril 2005
    Pharaon, maître de la terre et de l’univers, Dieu parmi les Dieux et homme protégé des Dieux, roi aux pouvoirs sans limites sur les terres de la callée du Nil, du Soudan à la Basse Égypte. Rares ont été dans l’histoire les souverains qui ont autant fasciné.
    L’exposition de l’Institut du monde arabe interroge : qui étaient ces (...)