le mystère de la « main coupée »

Le Château de Gruyères expose dès mercredi un objet insolite : une main coupée. L’objet, entouré de toutes sortes de légendes, appartient au château depuis belle lurette. Une analyse anthropologique vient d’en découvrir l’origine.
Pendant de longues années, toutes sortes de légendes ont circulé quant à l’origine de la main coupée. Selon la version la plus courante, la main aurait été rapportée de Terre sainte par des Gruériens partis avec la première croisade en 1099, rappelle le conservateur du musée Raoul Blanchard.
Selon une autre version, elle proviendrait de l’affrontement de La Tine, au Pays d’Enhaut, survenu au printemps 1476, peu avant la bataille de Morat. Un soldat aurait eu la main arrachée. Celle-ci aurait été ramenée au château et conservée en souvenir de cette glorieuse affaire.

La vérité est à peine plus prosaïque. « Il s’agit avec certitude de la main droite d’une momie égyptienne », a révélé Bruno Kaufmann de l’Institut de recherche anthropologique d’Aesch (BL). Ce dernier a effectué l’analyse de la main sur mandat du musée.
A la fin du Moyen Age et jusqu’au 18e siècle, les corps momifiés étaient recherchés comme objets de vénération. On leur attribuait toutes sortes d’effets bénéfiques. L’expédition de Napoléon en Egypte (1798/99) a déclenché un engouement pour le monde des pharaons. C’est probablement à cette époque que la main momifiée est arrivée en Suisse, indique le musée.

Au 19e siècle, la famille possédant le château exposa la main dans un cabinet des curiosités. La main fut ensuite retirée de l’exposition. Elle a à présent retrouvé sa place et une partie de sa véritable histoire.

AgendaTous les événements

novembre 2018 :

octobre 2018 | décembre 2018

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Publications Derniers articles publiés

Commentaires récents