Khéops

, par  GOLVIN Jean-Claude, MARTINEZ Philippe

Pharaon de la IVe Dynastie

2538 - 2516 avant J.C.

Fils de Snéfrou et de la reine Hétepherès, le deuxième roi de la IVe Dynastie, régna durant 23 ans sous le nom égyptien de Khoufou, abréviation de la phrase "Khenemou khouef-oui", Khnoum me protège.
Son règne correspond à l’organisation systématique de l’appareil économique, à l’intérieur et à l’extérieur de la Vallée. Sous son règne, l’exploitation des ressources est menée au ouâdi Maghara, au Sinaoe, à Hatnoub en Moyenne Égypte, ou encore en Nubie.

Ces grands travaux, caractéristiques de la stabilité et de la prospérité du pays, servent la construction de la Grande Pyramide de Gîza haute de 147m pour un côté de 231m à la base.

La réalisation d’un tel chantier en une vingtaine d’années, si l’on en croit Hérodote, est impressionnante. La planification du projet, les proportions géométriques de la pyramide, son orientation, sa structure, son appareil de pierre, n’ont pas fini d’étonner des générations de curieux.
Le complexe funéraire dont la pyramide forme le cœur, englobe les pyramides satellites des reines Mérititès et Hénoutsen, ainsi que des tombes princières.

En 1954, une découverte étonnante fut faite au pied de la pyramide. Il s’agit de deux fosses oblongues abritant deux barques royales démontées, en parfait état de conservation. L’une d’elles a pu être remontée pièce à pièce. Il est difficile de dire s’il s’agit des bateaux ayant convoyé le corps de Khéops à sa dernière demeure, ou si ces embarcations, employées dans un but magique ou symbolique, sont plutôt destinées à permettre au roi de monter au ciel et de voguer sur l’océan supérieur.

Khéops prit soin d’offrir une nouvelle sépulture à sa mère Hétepherès après que sa première tombe eut été pillée. Cette nouvelle tombe fut retrouvée intacte ; elle contenait un superbe mobilier en bois recouvert d’or, mais le sarcophage en calcite était vide. Par une de ces ironies du sort, le constructeur du plus grand monument de l’Histoire ne nous est connu que par une minuscule statuette d’ivoire, retrouvée dans le temple de Khentymention, à Abydos.

Souverain de légende, Khéops a laissé une image négative à la postérité pour qui un tel tombeau, aussi magnifique fût-il, n’avait pu avoir été élevé qu’au prix de la sueur et du sang de milliers d’ouvriers.

La littérature du Moyen Empire en propose déjà une image populaire, celle du souverain qui, s’ennuyant dans son palais, recourt aux services de magiciens capables de prodiges ou de prédire l’avenir.

Hérodote indique qu’il a fermé les temples, transformé les Egyptiens en travailleurs de force, et poussé sa fille à se prostituer pour obtenir les blocs de pierre, nécessaires à l’érection de son tombeau. On ne peut que s’étonner d’une telle impopularité, contrastant fortement avec l’image débonnaire attachée à la personne de son père Snéfrou.

Cette réputation ne saurait découler du seul chantier de la pyramide de Gîza. Snéfrou lui-même avait construit pas moins de trois pyramides importantes, dépassant en volume le monument de Khéops.
Khéops reste cependant, d’après les contes populaires, un roi curieux, brûlant de connaître "le nombre des salles cachées du temple de Thot" ; c’est à son époque que remontaient des écrits sacrés connus par des copies tardives, tels que l’encyclopédie de Tanis. Les alchimistes hellénistiques ne retiendront que cet aspect de la tradition. Ils attribueront en effet la rédaction d’un traité d’hermétisme à un certain Souphis d’égypte.

Navigation

AgendaTous les événements

novembre 2017 :

Rien pour ce mois

octobre 2017 | décembre 2017

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Brèves Toutes les brèves

  • Plus de 3 000 ans après, la vérité sur la mort de Ramsès III

    par Pierre Barthélémy
    C’est un mystère vieux de plus de trois millénaires qui vient d’être résolu. Un mystère sous forme de véritable tragédie antique, une histoire de complot royal au pays des pharaons, qui se déroule en 1155 av. J.-C. Souverain depuis plus de trois décennies,Ramsès III vit la fin de son règne. Son successeur désigné, aussi nommé Ramsès, est un fils qu’il a eu avec sa première épouse. (...)

  • Toutankhamon cherche toujours sa mère

    La nouvelle, annoncée par le patron des Antiquités égyptiennes Zahi Hawass, a fait le tour du monde : les analyses génétiques menées sur des momies égyptiennes vieilles de 3 000 ans, dont celle du célèbre pharaon Toutankhamon, prouveraient que la mère de ce dernier est une parfaite inconnue, retrouvée dans une tombe de la Vallée des Rois et surnommée « Younger Lady  ». Et non la reine Néfertiti, à la (...)

  • Le pharaon Toutankhamon est le fruit d’un inceste, révèle l’ADN

    Les prélèvements ADN pratiqués sur la momie du pharaon, découverte en 1922 dans la Vallée des Rois, ont dévoilé le fait que ses parents étaient frère et soeur.
    Les alliances incestueuses étaient fréquentes au sein de la famille royale, a indiqué l’égyptologue de renom Zahi Haouass. "Un roi pouvait épouser sa soeur et sa fille, parce que c’est un Dieu, comme Iris et Osiris. C’était une coutume qui (...)

  • La généalogie de Toutankhamon bientôt révélée !

    Le célèbre pharaon, ou plutôt sa momie, va bientôt révéler tous ses mystères, notamment généalogiques ! Le 17 février prochain, nous apprend une dépêche de l’AFP, l’Égypte va annoncer la filiation de Toutankhamon, l’un des grands mystères de l’égyptologie. Extrait de son sarcophage en or massif en 1922, le roi est considéré comme le 12e pharaon de la XVIIIe dynastie d’Égypte ayant approximativement régné de (...)

  • Des prélèvements d’ADN pour déterminer la filiation de Toutankhamon

    Des chercheurs égyptiens vont tenter de déterminer la filiation du pharaon Toutankhamon, qui reste un mystère pour les égyptologues, à l’aide de prélèvements d’ADN, a déclaré lundi le chef du Conseil suprême des antiquités égyptiennes, Zahi Hawass. Le jeune pharaon, dont la momie avait été découverte dans un sarcophage en or massif orné de turquoises en 1922 par l’archéologue anglais Howard Carter, a régné de (...)