Khéphren

, par  GOLVIN Jean-Claude, MARTINEZ Philippe

Pharaon de la IVe Dynastie

IVe Dynastie, 2509 - 2484 avant J.C.

Fils de Khéops et quatrième roi de la IVe dynastie, ce souverain règne pendant un quart de siècle sous le nom de Khâefrê ( apparaît).

Il accéda au trône après la mort de celui qui pourrait apparaître comme un demi-frère : Didoufrê (Rêdjedef). Sa titulature inclut la nouvelle épithète de "Fils de ", utilisée pour la première fois dans celle de son prédécesseur. Son règne est surtout marqué par la construction de la deuxième pyramide de Gîza.
Celle-ci est un peu plus petite que celle de Khéops (143m de haut x 215m de côté à la base). Construite sur une éminence, elle semble la dépasser. Elle était revêtue, comme celle de Khéops, d’un parement de calcaire fin de Tourah, partiellement conservé dans sa partie haute.

Le complexe funéraire comprend un temple funéraire qui se déploie sur la face orientale de la pyramide. Il est relié à un temple bas par une chaussée montante. Le temple d’accueil (temple bas) particulièrement bien conservé, présente une maçonnerie de calcaire revêtue de plaques de granit ; les piloris sont des monolithes de la même matière, provenant des carrières d’Assouan.
Il surprend par la qualité de ses matériaux, alliée à la simplicité de son architecture et à l’ingéniosité de son plan. L’espace à piliers était jalonné par plusieurs statues de diorite représentant le roi, quasi-grandeur nature.

L’une d’elles, enterrée dans une fosse, était parfaitement conservée ; elle montre Khéphren placé sous la protection du dieu dynastique Horus. Ces statues, dont les autres étaient le reflet, est un chef-d’œuvre d’équilibre ; le bloc de diorite dans lequel elle a été taillée, provient des carrières de Tochké, à plus de 250 km au sud-ouest d’Assouan.

D’un rocher buriné par les vents, les artistes tirèrent parti. Aménagé, il fut sculpté à l’image du souverain sous la forme d’un lion à tête humaine. Connu aujourd’hui sous le nom de Sphinx de Gîza, il passe aux yeux des Egyptiens modernes pour Abou el-Hôl, le Père la Terreur.

Considéré comme le gardien de cette nécropole royale à l’Ancien Empire, on reconnut en lui une image du dieu solaire Rê-Harmakhis, "Horus qui se trouve en l’Horizon". Un temple lui fut dédié, qui abritait un grand nombre de stèles d’après lesquelles on a pu reconnaître la nature exacte de cet hôte divin, également identifié comme une force divine sémitique : Houroun.

Hérodote et la tradition qu’il rapporte font de Khéphren le digne successeur de son père, roi détestable et tyrannique, sans que rien ne permette de confirmer ce jugement, si l’on s’en tient aux sources égyptiennes.

Navigation

AgendaTous les événements

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Brèves Toutes les brèves

  • Plus de 3 000 ans après, la vérité sur la mort de Ramsès III

    par Pierre Barthélémy
    C’est un mystère vieux de plus de trois millénaires qui vient d’être résolu. Un mystère sous forme de véritable tragédie antique, une histoire de complot royal au pays des pharaons, qui se déroule en 1155 av. J.-C. Souverain depuis plus de trois décennies,Ramsès III vit la fin de son règne. Son successeur désigné, aussi nommé Ramsès, est un fils qu’il a eu avec sa première épouse. (...)

  • Toutankhamon cherche toujours sa mère

    La nouvelle, annoncée par le patron des Antiquités égyptiennes Zahi Hawass, a fait le tour du monde : les analyses génétiques menées sur des momies égyptiennes vieilles de 3 000 ans, dont celle du célèbre pharaon Toutankhamon, prouveraient que la mère de ce dernier est une parfaite inconnue, retrouvée dans une tombe de la Vallée des Rois et surnommée « Younger Lady  ». Et non la reine Néfertiti, à la (...)

  • Le pharaon Toutankhamon est le fruit d’un inceste, révèle l’ADN

    Les prélèvements ADN pratiqués sur la momie du pharaon, découverte en 1922 dans la Vallée des Rois, ont dévoilé le fait que ses parents étaient frère et soeur.
    Les alliances incestueuses étaient fréquentes au sein de la famille royale, a indiqué l’égyptologue de renom Zahi Haouass. "Un roi pouvait épouser sa soeur et sa fille, parce que c’est un Dieu, comme Iris et Osiris. C’était une coutume qui (...)

  • La généalogie de Toutankhamon bientôt révélée !

    Le célèbre pharaon, ou plutôt sa momie, va bientôt révéler tous ses mystères, notamment généalogiques ! Le 17 février prochain, nous apprend une dépêche de l’AFP, l’Égypte va annoncer la filiation de Toutankhamon, l’un des grands mystères de l’égyptologie. Extrait de son sarcophage en or massif en 1922, le roi est considéré comme le 12e pharaon de la XVIIIe dynastie d’Égypte ayant approximativement régné de (...)

  • Des prélèvements d’ADN pour déterminer la filiation de Toutankhamon

    Des chercheurs égyptiens vont tenter de déterminer la filiation du pharaon Toutankhamon, qui reste un mystère pour les égyptologues, à l’aide de prélèvements d’ADN, a déclaré lundi le chef du Conseil suprême des antiquités égyptiennes, Zahi Hawass. Le jeune pharaon, dont la momie avait été découverte dans un sarcophage en or massif orné de turquoises en 1922 par l’archéologue anglais Howard Carter, a régné de (...)