Banha

, par  Jean-Luc

Banha ( Arabe : بنها Banha), également orthographié Benha, est la capitale de la Gouvernorat Qalyubia dans le nord-est de l’Egypte . Les Egyptiens l’appellent Banha Elasal, qui signifie « doux comme le miel » ; Son nom vient de l’époque musulmane lorsque le Prophète Muhammed a envoyé un massage à Elmoqwqs pour le convertir à l’islam ,Ce dernier lui a répondu en lui envoyant des cadeaux, l’un entre eux était une femme du nom de Maria originaire de la Haute- l’Egypte, ainsi qu’un pot de miel. Le Prophète l’a goûté et il a demandé : « D’où vient-il ? », Ils ont répondu : « de Benha ». Il a dit :« Que Dieu bénisse Benha et ses fils »

Géographie et économie

La ville est situé à 48 km (30 mn) au nord de Caire. Située sur la rive est de la branche de Damiette du Nil dans les riches terres agricoles de la partie sud du delta. Elle est bien irrigués par des canaux menant au barrage du Delta, un barrage de 30 km (20 min) en amont, les terres agricoles environnantes produisent du blé et de longues fibres de coton . Depuis les temps anciens, Banha a été connu pour la production d’essence de roses , un ingrédient des parfums . Aujourd’hui, elle est le centre de l’industrie de l’électronique de l’Egypte. Banha est un carrefour important dans le réseau ferroviaire qui rayonne au nord de Caire et possède la plus grande gare d’Egypte.

Le nord de Banha est le site de l’un de plusieurs villes antiques appelées Athribis qui été la capitale du dixième nome de Basse-Égypte vers 1500 avant JC. Le site n’a jamais été systématiquement étudié par les archéologues. Au fil des ans, les paysans en creuser dans la région ont découvert un trésor important d’argent.

Athribis était le centre du culte du taureau noir, sutout au cours de la période romaine. Peu d’édifice tiennent toujours de cette ancienne capitale, Seul quelques vestiges datant de la 18ème à la 26ème dynasties ont résisté à l’usure du temps. Bien que n’étant pas une destination touristique populaire, on y trouve des sites intérressants tels un cimetière gréco-romaine et des lingots d’argent découverts sur le site d’Athribis actuellement exposé au Musée égyptien.

Environ 20 km (12 mi) au sud-ouest de Banha se trouve Tall al Yahudiya, le site de Léontopolis , célèbre pour ses tuiles vernissées.

La population est d’environ 2.479.347. (2005) et se superficie totale est de 16105 km².

L’université

L’université de Banha a été fondée en Novembre 1976 comme une branche de l’Université de Zakazig dans le gouvernorat. Elle est devenue une université indépendante en 2005 incorporant plusieurs installations et départements avec près de 60 500 diplômés par an. La Faculté de médecine gère les deux principaux hôpitaux de Banha.

Quartiers

Banha se compose de plusieurs quartiers : El-Vilal, Banha El-Gedida (Nouvelle Banha), Caract, El-Manshia, El-Shedia, Wist elbalad (centre ville), Elharas elwatany, Manshit elnour et Hay El-Zehour (Banlieue Fleurs) , Kafr Elsaraia, Ezbet Elmoraba’a.

Navigation

AgendaTous les événements

août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017

Météo

Thebes, WAD, Egypt

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Publications Derniers articles publiés

Brèves Toutes les brèves

  • Images exclusives : L’Avenue des Sphinxs allumé pour la première fois

    Le Ministère des Antiquités a commencé les tests pour le projet d’éclairage de l’Avenue des Sphinx la nuit dernière.
    Le journal Louxor Times était là pour couvrir l’événement et voici les premières photos exclusives de l’avenue historique illuminé pour la première fois.
    L’avenue des Sphinx est la plus longue voie sacrée de l’ancien monde et à ce jour il ya 3 secteurs du projet fini. Le premier secteur, (...)

  • Le Monde se penche sur les pillages en Egypte

    Deux articles sur les pillages des sites archéologiques et des musées égyptien après la révolution :
    L’étrange razzia nocturne du Musée du Caire
    Le mystère du Musée du Caire supplantera-t-il celui de la grande pyramide ? Un an après le début de la révolution égyptienne, la lumière n’a pas été faite sur le pillage de ce temple de l’égyptologie qui a eu lieu dans la nuit du 28 janvier 2011 et au cours duquel (...)

  • Un couple de Britanniques interpellés

    D’après l’AFP et le Figaro :
    Un couple de Britanniques a été empêché de quitter l’Egypte après une tentative de faire sortir du pays 19 pièces d’antiquités, a annoncé un responsable des antiquités égyptiennes. L’homme et sa femme ont été interpellés à l’aéroport de Louxor (sud) alors qu’ils étaient en détention de reliques, en particulier des statuettes et des pots de différentes époques, a expliqué Hassan Rasmi, (...)

  • Zahi Hawass, le secret du Sphinx et la malédiction du pharaon Moubarak

    Révolution de palais. Illustre survivant du régime Moubarak, l’archéologue Zahi Hawass s’est vu finalement contraint dimanche de devoir rendre les clés de l’Egypte antique. Retour sur un coup d’Etat feutré, à la fois politique et scientifique.
    Les révolutionnaires égyptiens ont remporté une nouvelle victoire en obtenant le limogeage de Zahi Hawass, secrétaire d’Etat aux Antiquités. C’est la chute d’un (...)

  • Changements climatiques : l’Egypte revisitée par la géoarchéologie

    Les temples de Karnak, sur une rive du Nil, étaient peut-être autrefois entourés d’eau. Des corps d’insectes attestent d’antiques vergers dans des déserts de Moyenne-Egypte. Les anciens Egyptiens ont dû faire face à des phénomènes rappelant le changement climatique actuel.
    L’archéologie en Egypte, dominée depuis deux siècles par une tradition classique, cherche désormais dans l’interaction entre l’homme (...)