Momies prédynastiques de Gebelein

, par  Jean-Luc

Les momies prédynastiques de Gebelein sont six corps humains naturellement momifiés datés de la période prédynastique égyptienne, vers 3400 avant J.-C. Elles ont été découvertes et exhumées à la fin du XIXe siècle par Wallis Budge, responsable du département Égypte du British Museum, dans des tombes creusées dans du sable peu profond, près de Gebelein, dans le désert d’Égypte.

Elles sont exposées au British Museum.

Description

Les corps étaient inhumés dans des tombes séparées, creusées dans le sable, et placés en position fœtale, selon la coutume employée dans les tombes égyptiennes à cette époque [1].

En 1892, Jacques de Morgan, directeur des antiquités en Egypte, a prouvé que les poteries trouvés à Abydos et Négadah étaient antérieurs à la période dynastique, stimulant l’intérêt pour de nombreux archéologues européens. Comme toutes les fouilles étaient achevée, les résidents locaux égyptien continuerait de rechercher des sites pour les restes. En 1895, EA Wallis Budge, au nom du British Museum, s’est procuré des cercueils inscrits et du mobilier funéraire des tombes de la 12e dynastie Al-Barshah en travaillant avec le Service des Antiquités égyptiennes. Budge a commencé à acheter des restes prédynastique y compris les têtes , lance et dirige flèches, silex taillés et des chiffres partiels os et des restes humains (décrite comme essentiellement os sans peau ou la chair restante).

En 1896, Budge a été approché par un habitant de Gebelein qui prétendait avoir trouvé plusieurs momies. Budge les a examiné, et il les a immédiatement reconnu comme étant de la période prédynastique et la première complète pré-dynastique organismes identifiés. Il a commencé des fouilles et un total de six corps momifiés ont été retirés de fosses de sable peu profond au Bahr Bila MA , situé sur les pentes orientales de la colline au nord de Gebelein.

Les seules marchandises qui ont été retrouvés sont un pot avec le corps adulte de sexe féminin et des restes partiels d’osier, de fourrure et le linge avec les autres organes. Dans la période prédynastique, les corps étaient généralement enterrés nus et parfois vaguement emballé. Dans un tel enterrement, quand le corps est couvert de sable chaud, les conditions environnementales font que la plupart de l’eau contenue dans le corps est rapidement évaporée ou évacuée, ce qui signifie que le cadavre est naturellement séché et conservé. Cette méthode a été largement utilisés dans la période pré-dynastique égyptien, avant que la momification artificielle ne soit développé. La ​​momification naturelle qui s’est produite avec ces inhumations dans le sable sec peut avoir conduit à la croyance d’origine dans une survie après de la mort et soit l’origine de la tradition de laisser de la nourriture et des biens matériels pour une autre vie .

Tous les corps étaient dans des positions similaires, fléchie couchée sur le côté gauche avec les genoux levée vers le menton. En comparaison, la plupart des corps exhumés en Egypte datant de la période prédynastique sont dans une position similaire, cependant, à Beni Salama Merimda et El-Amra les corps ont été retrouvés sur le côté droit. A partir du moment où ces corps ont été enterrés jusqu’à la période du Moyen Empire, les morts ont été posées sur leurs côtés. Après cette période, ils ont été enterrés sur leur dos (position dorsale), et ceux de la cinquième dynastie avait le corps en extension complète.

L’Intérêt archéologique pour le site de Gebelien a commencé en début du 18ème siècle et a été inclus dans la description de Benoît de Maillet de l’Egypte. Le site comprend les vestiges d’un temple d’Hathor avec un certain nombre de cartouches sur des briques de boue et d’une stèle royale de la deuxième ou troisième dynasties. On a retrouvé aussi des éclats de poterie portant des inscriptions en démotique et en grec provenant d’une garnison qui y a stationné aux alentour des 2ème et 1ere siècles avant JC . De nombreux objets du site ont été négociés sur le marché des antiquités et se sont retrouvés dans les musées de Turin, du Caire, de Berlin, de Lyon et le de Londres

En 1967, une étude aux rayons X et à l’aide de photographies de toutes les momies du département des Antiquités égyptiennes du British Museum a permis d’analyser finement les momies de Gebelein. Les résultats sont donnés ci-dessous :

Identifiant Taille Âge et sexe Commentaires
32751 1,63 m Homme adulte Cet homme adulte possède toutes ses dents, en bon état. Le crâne comporte des touffes de cheveux roux. Des côtes, l’anneau pelvien droit, les fémurs, tibias et fibulas sont fracturés, mais il ne porte pas de trace d’arthrite. L’index de la main gauche et plusieurs des dernières phalanges des pieds sont manquants.
32752 1,51 m Femme adulte Il s’agit d’une femme adulte avec des fractures au crâne, ainsi de nombreuses autres fractures à d’autres os, produites après sa mort. Cependant les os sont par ailleurs en bon état. Elle possède une longue chevelure brune.
32753 1,49 m Adolescent, sexe incertain Ce cadavre d’adolescent est accompagné d’un crâne, séparé, qui pourrait ne pas appartenir au même individu que le reste du corps. Les dents sont usées. Toutes les côtes, le tibia gauche et le fémur droit sont fracturés. Le tibia fait apparaître des lignes d’arrêt de croissance. Du lin a été utilisé pour emballer le thorax et l’abdomen.
32754 1,6 m Adulte assez âgé, sexe incertain Ce corps de personne âgée a des os décalcifiés, liés à une ostéoporose sénile. Le corps se trouvait probablement dans un panier d’osier, couvert d’une peau d’animal, car des restes d’osier et de fourrure ont été retrouvés, de même que des morceaux de lin, sur le corps. Toutes les dents sont présentes, avec les couronnes usées. De nombreuses côtes sont fracturées, les seuls les os de la main gauche restants sont ceux du poignet. Les jambes sont détachées à cause de fractures à mi-longueur des deux fémurs. Il y a des lignes d’arrêt de croissance sur les tibia et les derniers os des phalanges des pieds sont pour la plupart manquants.
32756 1,51 m Adulte, probablement un homme Ce corps d’adulte possède des restes de bandages sur le cou, le pelvis et la cheville droite. Le crâne a été détaché, avec des incisives manquantes mais les dents restantes sont en bonne santé. Le corps a des fractures aux côtes et au fémur gauche. Un bras a été désarticulé au niveau de l’épaule, la main gauche détachée au niveau du poignet, de même que les deux pieds.

Sourec : Wkikipedia.org, british museum

[1↑ Dawson et Gray 1968, p. vii-viii

Navigation

AgendaTous les événements

février 2018 :

Rien pour ce mois

janvier 2018 | mars 2018

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Brèves Toutes les brèves

  • Un tombeau vieux de 4400 ans découvert en Égypte

    Des archéologues ont découvert une tombe qui serait vieille de 4400 ans, près des pyramides de Guizeh, au sud du Caire.
    Le ministère des Antiquités de l’Égypte en a fait l’annonce samedi.
    Il s’agirait d’un tombeau construit pour Hetpet, une haute dirigeante de la cinquième dynastie de l’Égypte antique et prêtresse pour la déesse de la fertilité Hathor.
    Selon le ministère, le style architectural de la (...)

  • Ces robots visiteront l’intérieur des pyramides

    Deux robots, conçus par l’Inria, pourraient pénétrer puis observer les cavités découvertes il y a peu dans la Pyramide de Khéops. L’enjeu est de laisser un minimum de traces.
    Ainsi la Pyramide de Khéops recèle-t-elle encore bien des mystères, d’après une étude publiée dans la revue Nature en novembre dernier. Initiée par la Faculté des ingénieurs de l’université du Caire et l’Institut HIP (Héritage (...)

  • Une nouvelle momie exhumée dans le sud de l’Egypte

    Une nouvelle momie a été découverte dans la nécropole de Draa Aboul Naga, dans le sud de l’Egypte, a fait savoir le ministère des antiquités égyptien, lundi 11 décembre. Cette découverte fait suite à la fouille de deux tombes, découvertes dans les années 1990, mais restées inexplorées pendant une trentaine d’années.
    Vieilles de trois mille cinq cents ans, ces tombes remonteraient aux règnes des rois (...)

  • Découverte de 27 statues de la déesse Sekhmet

    Pas moins de 27 statues de Sekhmet, dont certaines mesurent jusqu’à deux mètres, viennent d’être découvertes à Louxor, en Égypte. Personnifiant la chaleur destructrice du soleil, la déesse à tête de lionne était autrefois redoutée.
    Une collection de 27 statues fragmentées de la déesse égyptienne à tête de lionne Sekhmet a été découverte près des colosses de Memnon, à Louxor, en Égypte, a annoncé ce dimanche (...)

  • L’Égypte récupère 354 objets antiques auprès des Émirats

    L’Égypte a rapatrié depuis les Émirats arabes unis une partie, présumée volée, de son trésor archéologique datant de diverses périodes, a annoncé le ministère des Antiquités.
    Une restitution de taille. L’Égypte a récupéré auprès des Émirats Arabes Unis 354 objets antiques présumés volés de diverses périodes. « La police dans l’émirat de Charjah a pu saisir ces pièces », a annoncé le ministre égyptien des (...)