Khâsekhmeouy

, par  GOLVIN Jean-Claude, MARTINEZ Philippe

Pharaon de la IIe Dynastie

2660 - 2635 av. J.C.

Si l’on doit en croire son nom et la graphie de sa titulature, Khâsekhemouy semble avoir exprimé l’ambivalence de la personne royale alternativement comparée à Seth et à Horus.

En effet, son nom signifie "Apparition des deux puissants" ; le serekh ou façade de palais est alors surmonté non pas de la seule image du faucon d’Horus, comme cela est courant, mais accompagnée de l’animal fantastique de Seth. Son prédécesseur Peribsen ayant pris Seth pour unique emblème royal, on peut imaginer là une volonté de contenter deux partis religieux adeptes respectivement d’Horus et Seth. Il semble ainsi que le règne de Khâsekhemouy ait représenté une ère nouvelle par un retour à l’unité à la suite d’une lutte de factions ayant divisé le pays. Sans doute cette stabilité politique constitue-t-elle la base sur laquelle s’appuie l’Ancien Empire. La reprise d’expéditions contre les Nubiens et les Libyens est l’image du retour à cette unité. Cet apaisement intérieur paraît conforté par des expéditions contre les Nubiens et les Libyens.

Bloc de granit montrant le roi Khâsekhmeouy surmonté conjointement des figures tutélaires des Dieux Seth et Horus

Des progrès technologiques notables font leur apparition dans le domaine de la métallurgie (fonte de statuettes de cuivre) ; l’usage de la pierre tend à se généraliser dans l’architecture avec une maîtrise nouvelle, sans connaître l’aboutissement marqué par le règne de Djéser.

La tombe royale se trouve - caractéristique Thinite - encore à Abydos. Elle est la dernière à y être construite ; elle est cependant la plus grande et sans doute la plus étrange : atteignant près de 70 mètres de long, elle présente une substructure formée d’un long couloir flanqué par 33 chambres-magasins destinées à abriter les offrandes funéraires. Ce corridor conduit à la chambre funéraire dont les murs sont construits en calcaire. Derrière celle-ci s’ouvre un nouveau corridor sur lequel débouchent dix autres magasins.

Non loin de la tombe s’élevait une structure monumentale en brique crue connue sous le nom de Chounet el-Zebib, grenier à raisins secs des Arabes. Le site d’Hiérakonpolis a révélé l’existence d’une structure architecturale semblable abritant deux statues du roi, un jambage de granit inscrit décrivant une cérémonie de fondation de temple, ainsi que des vases de pierre inscrits au nom de Nekhbet. Les deux statues portent les représentations imagées d’ennemis sacrifiés. Celles-ci, si elles font sans doute partie d’une iconographie royale balbutiante, témoignent d’une activité militaire. Une des femmes de Khâsekhemouy, Nymaâthep, devait par la suite recevoir un culte en tant que fondatrice de la IIIe dynastie.

Navigation

AgendaTous les événements

avril 2017 :

Rien pour ce mois

mars 2017 | mai 2017

Météo

Thebes, WAD, Egypt

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    JPEG - 15.6 ko
    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Publications Derniers articles publiés

Brèves Toutes les brèves

  • Plus de 3 000 ans après, la vérité sur la mort de Ramsès III

    par Pierre Barthélémy
    C’est un mystère vieux de plus de trois millénaires qui vient d’être résolu. Un mystère sous forme de véritable tragédie antique, une histoire de complot royal au pays des pharaons, qui se déroule en 1155 av. J.-C. Souverain depuis plus de trois décennies,Ramsès III vit la fin de son règne. Son successeur désigné, aussi nommé Ramsès, est un fils qu’il a eu avec sa première épouse. (...)

  • Toutankhamon cherche toujours sa mère

    La nouvelle, annoncée par le patron des Antiquités égyptiennes Zahi Hawass, a fait le tour du monde : les analyses génétiques menées sur des momies égyptiennes vieilles de 3 000 ans, dont celle du célèbre pharaon Toutankhamon, prouveraient que la mère de ce dernier est une parfaite inconnue, retrouvée dans une tombe de la Vallée des Rois et surnommée « Younger Lady  ». Et non la reine Néfertiti, à la (...)

  • Le pharaon Toutankhamon est le fruit d’un inceste, révèle l’ADN

    Les prélèvements ADN pratiqués sur la momie du pharaon, découverte en 1922 dans la Vallée des Rois, ont dévoilé le fait que ses parents étaient frère et soeur.
    Les alliances incestueuses étaient fréquentes au sein de la famille royale, a indiqué l’égyptologue de renom Zahi Haouass. "Un roi pouvait épouser sa soeur et sa fille, parce que c’est un Dieu, comme Iris et Osiris. C’était une coutume qui (...)

  • La généalogie de Toutankhamon bientôt révélée !

    Le célèbre pharaon, ou plutôt sa momie, va bientôt révéler tous ses mystères, notamment généalogiques ! Le 17 février prochain, nous apprend une dépêche de l’AFP, l’Égypte va annoncer la filiation de Toutankhamon, l’un des grands mystères de l’égyptologie. Extrait de son sarcophage en or massif en 1922, le roi est considéré comme le 12e pharaon de la XVIIIe dynastie d’Égypte ayant approximativement régné de (...)

  • Des prélèvements d’ADN pour déterminer la filiation de Toutankhamon

    Des chercheurs égyptiens vont tenter de déterminer la filiation du pharaon Toutankhamon, qui reste un mystère pour les égyptologues, à l’aide de prélèvements d’ADN, a déclaré lundi le chef du Conseil suprême des antiquités égyptiennes, Zahi Hawass. Le jeune pharaon, dont la momie avait été découverte dans un sarcophage en or massif orné de turquoises en 1922 par l’archéologue anglais Howard Carter, a régné de (...)