Abousir

, par  GOLVIN Jean-Claude, MARTINEZ Philippe

Le site d’Abousir regroupe un certain nombre de monuments qui appartiennent tous à des souverains de la Ve dynastie dont la légende précise qu’ils privilégient le culte solaire. Car non seulement ces rois - Sahourê, Nyouserrê, Neferirkarê et Neferefrê - font construire leur complexe funéraire, mais certains d’entre eux élèvent des sanctuaires solaires, les seuls connus et dont on pense qu’ils évoquaient, en miniature, le grand temple d’Héliopolis, situé non loin de là. Quoique de petites dimensions, les pyramides sont des édifices entièrement faits de pierre bien que les aménagements internes n’aient rien de comparable avec ceux des gigantesques pyramides du plateau de Gîza.

Les temples funéraires, en revanche, témoignent d’une recherche architecturale qui leur fait acquérir en élégance ce qu’ils perdent en monumentalité. Le palmier, symbole solaire, y est maître, de même que dans les structures du temple d’Ounas à Saqqâra. Ainsi, les colonnes sont-elles palmiformes. Les bas-reliefs, découverts au moment des fouilles allemandes, sont les plus exquis qu’il ait été donné de trouver dans les temples funéraires de l’Ancien Empire. Certains temples comme ceux de Neferirkarê-Kakaï et de Neferefrê ont livré leurs archives. Celles-ci permettent de se rendre compte du rythme journalier des prêtres, des tours de garde, des changements de tribus liturgiques - les philès - et même les inventaires d’objets précieux lors de la "remise des clés" d’une équipe à une autre. Quant aux temples solaires, le mieux conservé est celui d’Abou Gorab, qui conserve encore la base de la maçonnerie au-dessus de laquelle s’élevait le benben, pierre en forme d’obélisque trapu rappelant le lieu d’ancrage du soleil.

Navigation

AgendaTous les événements

décembre 2018 :

novembre 2018 | janvier 2019

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Publications Derniers articles publiés

Brèves Toutes les brèves

  • Egypte : l’allée des Sphinx, à Louxor, ouverte aux touristes en mars

    L’allée des Sphinx, qui reliait jadis les temples de Louxor et Karnak, sera ouverte aux touristes le mois prochain, a annoncé mercredi le patron des antiquités égyptiennes, Zahi Hawass.
    "Les travaux sont en cours pour la ramener à ce qu’elle était du temps des pharaons et l’ouvrir aux touristes", a déclaré M. Hawass.
    La cérémonie officielle est prévue pour le 3 mars et le président Hosni Moubarak y (...)

  • La tombe de Toutankhamon se voit offrir une cure de jouvence

    Un partenariat a été conclu entre les autorités égyptiennes et une fondation américaine pour des travaux visant à préserver le tombeau de Toutankhamon, l’un des sites les plus visités d’Égypte. L’objectif est de conserver la sépulture à long terme.
    La tombe de l’un des plus célèbres pharaons, Toutankhamon, va être rénovée avec l’aide d’une fondation américaine, a annoncé mardi le départment des antiquités (...)

  • Avec Imhotep, Sakkarah aussi a son musée.

    Inauguré en avril dernier par Bernadette Chirac et Suzanne Moubarak, le musée Imhotep est un complément appréciable pour la visite de ce site archéologique majeur en Egypte.
    Tons beige clair et blanc. Le style néo-pharaonique est de rigueur, mais le musée Imhotep se fond bien dans les dernières dunes de Sakkarah. Ce petit musée placé en contrebas de la pyramide propose un parking flambant neuf, une (...)