Djéserkarêseneb

Djéserkarêseneb, également connu avec son nom abrégé en Djéserka, est un scribe, « compteur des grains du grenier d’Amon » et « gardien des seconds prêtres d’Amon », qui a vécu pendant les règnes de Thoutmôsis IV et Amenhotep III.

Vers la fin du règne de Thoutmôsis IV, le second prêtre d’Amon a été Amenhotep-Sa-Se, le propriétaire du tombeau TT75 à Cheikh Abd el-Gournah, où Djéserkarêseneb est désigné comme l’intendant de sa maison à deux reprises. Dans sa tombe TT38, Djéserkarêseneb a fondé certaines de ses scènes sur celles de la TT75, en particulier celles des mesures sur le terrain et des musiciens.

Il est marié à Ouadjrenpet, identifiée dans le tombeau comme « sa sœur bien-aimée de son affection, la maîtresse de la maison ».

Il a trois fils :

- Menkhéper, identifié comme « son fils, le scribe ». Le nom est probablement une abréviation de Menkheperê. Il est représenté de la même taille que son père et sa mère, sur le côté est du mur nord de la salle transversale du tombeau de Djéserkarêseneb, l’identifiant presque certainement comme l’aîné des fils,
- Néferhebef, également identifié comme « son fils, le scribe » et « le berger d’oie »,
- [Nebse...y], identifié comme « son fils, le scribe » et « intendant des tisserands d’Amon ».

et deux filles :

- Nebtaoui, identifiée comme « sa fille bien-aimée, maîtresse de la maison [1] »,
- Méryrê, identifiée comme « sa fille chérie ».

Source : Wikipedia.org

[1Le terme « maîtresse de maison » implique un statut conjugal, qui n’est pas donné à son autre fille.

Navigation

AgendaTous les événements

mars 2017 :

Rien pour ce mois

février 2017 | avril 2017

Météo

Thebes, WAD, Egypt

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    JPEG - 15.6 ko
    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Publications Derniers articles publiés

Brèves Toutes les brèves

  • La mise en pli des momies égyptiennes

    Une substance grasse utilisée comme gel de coiffage a été découverte sur les cheveux de momies en Egypte.
    La momie de la reine Tiye, grand-mère de Toutankhamon, est un exemple de coiffure soignée emportée dans l’au-delà. (Chine nouvelle/Sipa)
    Embaumées, parées d’atours et d’attributs en fonction de leur rang social, les momies égyptiennes étaient aussi bien coiffées pour le voyage vers l’au-delà. (...)

  • Redécouverte d’un secret antique

    Deux chercheurs viennent de redécouvrir le grand secret de la cosmétique égyptienne, perdu depuis plusieurs millénaires. Christian Amatore et Philippe Walter (CNRS, ENS) ont en effet élucidé le rôle paradoxal du chlorure de plomb (un poison), retrouvé à l’état de traces au fond des vieux pots de fards et d’onguents - dont faisaient usages les Egyptiennes et les Egyptiens d’il y a 4000 ans. Ce chlorure de (...)

  • Autopsie d’une momie : la tuberculose a tué une Egyptienne il y a 2.600 ans

    Une dame de la haute société de l’Egypte des pharaons a succombé il y a 2.600 ans à la turberculose, a révélé une dernière autopsie de sa momie découverte au début du 19ème siècle, selon une étude parue mardi dans la revue britannique Proceedings of the Royal Society B.
    Le cadavre de cette femme, découvert en 1819 dans la nécropole de Thèbes et embaumé dans un état de conservation exceptionnel, avait été (...)

  • 4e Rencontre des "Vendredis du CDAP" à Tunis

    L’histoire de la médecine arabe : un héritage glorieux
    Comment se fait-il qu’une civilisation si brillante dans le domaine de la science et de la médecine se soit brusquement dégradée ?
    Comment réagir face à cette citation : « Des chirurgiens arabes sont à l’origine de l’invention de la seringue dont l’éminent médecin andalou Abu al-Qasim Khalaf Ibn Abbas Al Zahrawi (Abulcassis) qui fut traumatologue, (...)

  • Un championnat d’escrime en Egypte devant le Pharaon Ramsès III

    Huit siècles avant Platon, 3200 ans avant notre époque (en 1198 ou 1180 avant J. C.) une compétition d’escrime s’est déroulée en Egypte et les parois sculptées d’un temple de Médinet Habou en portent toujours le souvenir.
    C’était au lendemain d’une sortie dans le désert de Libye qui menaçait alors l’Egypte. À la tête de son armée, le pharaon Ramsès III avait remporté une victoire décisive et, revenu dans sa (...)