Le Livre des Portes

Le Livre des Portes est un texte sacré de l’ancienne Égypte, datant du Nouvel Empire, vers 1320 av. J.-C. Il a été trouvé pour la première fois dans la tombe d’Horemheb (XVIIIe dynastie), mais la date de rédaction reste hypothétique. Son nom, « Livre des Portes », lui fut donné par Gaston Maspero.

Ce livre relate le passage de l’esprit du défunt dans le monde de l’au-delà, correspondant au trajet du dieu soleil Rê sous la Terre durant les heures de la nuit.

L’esprit doit passer à travers plusieurs « portes » à différents moment du trajet au pays des morts. Chaque porte est associée à une déesse particulière, et le défunt doit reconnaître le caractère particulier de la déesse pour continuer. Le texte précise que si certains passeront l’épreuve sans dommages, d’autres souffriront les tourments du lac de feu.

Les déesses ont différents noms, portent différents vêtements, mais sont les mêmes en tous points, portant une étoile à cinq branches au-dessus de la tête. La plupart des déesses citées sont spécifiques au Livre des portes, et n’apparaissent pas ailleurs dans la mythologie égyptienne - on suppose donc que ce livre servait à compter les heures de la nuit, citant quelles étoiles apparaissent à tel moment.

Appellations des déesses

Heure de la nuit Titre
1 Celle qui coupe la tête des ennemis de Rê
2 Sage gardienne du Seigneur
3 Celle qui passe à travers Bâ
4 Celle de grand pouvoir
5 Celle qui est sur son bateau
6 Meneuse à succès
7 Celle qui repousse le serpent
8 Dame de la nuit (minuit)
9 Celle qui est en adoration
10 Celle qui décapite les rebelles
11 L’étoile qui éloigne les rebelles
12 Celle qui témoigne de la magnificence de Rê (l’aurore)

Le chapitre le plus connu du livre des portes relate la division des Égyptiens en quatre « races », les « Égyptiens » (autochtones), les « Asiatiques », les « libyens » et les « nubiens ». Ils sont dépeints entrant en procession dans le monde des morts.

Le texte et les images en rapport avec le livre des portes apparaissent au Nouvel Empire sur les tombes des souverains depuis Horemheb jusqu’à Ramsès VII. Dans la tombe de Horemheb on ne trouve que les 2e, 4e, 5e et 6e heures. Dans la tombe de Ramsès VI, les heures sont superposées. Le sarcophage en albâtre de Séthi Ier, assez bien conservé, comporte le texte complet du livre des portes. Dans celui de Ramsès III, c’est l’intérieur de la cuve qui est illustrée par le livre des portes.

Détail des heures du Livre des Portes

Première heure

C’est le début du long voyage du dieu Soleil dans sa barque durant les douze heures de la nuit.

Tombe de Ramsès VII : heure de transition avant l’entrée réelle dans le monde souterrain ; le disque solaire est protégé par le serpent Mehen ; en haut, les personnages sont représentés tête en bas ; à droite, le serpent marque la séparation avec la deuxième heure.

Cinquième heure

Le dieu du Soleil assiste à la déroute d’Apophis, qui est porté par douze dieux.
Neuvième heure

Tombe de Taousert : registre supérieur, les âmes des bienheureux sont nourries.
58e scène, d’après Erik Hornung :

« Atteindre les noyés qui sont dans l’eau, passer près d’eux. (...) Allons, debout ! Vous les fatigués, voyez, Rê s’occupe de vous ! (...) Vos âmes Ba qui sont sur terre sont satisfaites avec ce que vous respirez, sans qu’elles ne périssent ! Vos repas d’offrande sont les offrandes de la terre »

.

Dixième heure

Treize singes, empoignant des filets, charment Apophis.

Tombe de Taousert : cette heure décrit le combat du soleil contre le serpent Apophis représentant le néant ; dans le registre supérieur, érection de l’emblème représentant la Haute-Égypte ou le roi de Haute-Égypte.

Onzième heure

Elle correspond à la soumission symbolique d’Apophis.

Bibliographie

Traductions

  • Alexandre Piankoff, Le Livre des portes. Texte hiéroglyphique avec notes et commentaires, Le Caire, Institut d’archéologie orientale, 1939-1962, 6 vol.
  • Claude Carrier, Grands livres funéraires de l’Égypte pharaonique, Cybèle, 2009.

Études

  • Joseph Bonomi et Samuel Sharpe, The Alabaster Sarcophagus of Oimenepthah I., King of Egypt, London : Longman, Green, Longman, Roberts, and Green, 1864.
  • Erik Hornung, The Ancient Egyptian Books of Afterlife, traduit de l’allemand par David Lorton, éditeur Cornell University Press
  • Paul Barguet, "Le ’Livre des Portes’ et la transmission du pouvoir royal", Revue d’égyptologie, vol. 27, 1975, p. 30-36.
  • Jean-Claude Goyon, Rituels funéraires de l’ancienne Égypte, éd. du Cerf, 1972 (rééd. 2000)
  • Jean-Louis de Cenival, Le livre pour sortir le jour. Le Livre des Morts des anciens Égyptiens, RMN/Musée d’Aquitaine, 1992.

Source : Wikipedia.org

Navigation

AgendaTous les événements

Météo

Thebes, WAD, Egypt

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Publications Derniers articles publiés

Brèves Toutes les brèves

  • L’au-delà 4 étoiles pour les animaux de l’Egypte Ancienne !

    Les anciens égyptiens avaient le plus grand respect pour les animaux qu’ils apparentaient aux divinités. Ils en ont ainsi momifié des millions : oiseaux, reptiles, mammifères. On a longtemps pensé que l’embaumement animal ne consistait qu’en un simple enroulement de bandages en lin, ou d’un trempage dans la résine. Mais, Anubis, dieu des morts à tête de chacal, réservait en fait un sort de pacha à leur (...)

  • le mystère de la « main coupée »

    Le Château de Gruyères expose dès mercredi un objet insolite : une main coupée. L’objet, entouré de toutes sortes de légendes, appartient au château depuis belle lurette. Une analyse anthropologique vient d’en découvrir l’origine. Pendant de longues années, toutes sortes de légendes ont circulé quant à l’origine de la main coupée. Selon la version la plus courante, la main aurait été rapportée de Terre (...)

  • Le secret de la momie

    Le 1er juillet, le British Museum de Londres a ouvert au public son centre de réalité virtuelle, consacré à la momie de Nesperennub, prêtre au temple de Karnak il y a environ 3 000 ans. Pour la première fois, on peut découvrir en trois dimensions l’intérieur d’une momie. Celle-ci fut d’abord numérisée à l’aide d’un scanner médical à technologie numérique d’un hôpital londonien, afin d’obtenir 1500 images, (...)

  • Un check-up à NTUH pour la momie égyptienne

    A quelques jours d’une exposition d’objets provenant des collections égyptiennes du Louvre au Mémorial Tchang Kaï-chek, la vedette de l’événement s’est offert une visite de routine à l’Hôpital de l’université nationale de Taiwan (NTUH). Les docteurs ont confirmé qu’à 3 000 ans bien sonnés, Hemoutouati - ou plutôt sa momie - se porte comme un charme.
    Sans doute n’en saura-t-on guère plus sur la jeune (...)

  • Une momie bourrée de poésie

    Un manuscrit de poésie grecque a été retrouvé dans une momie du IIe siècle avant notre ère. Le papyrus avait servi à rembourrer le cadavre. Selon Kathryn Gutziller, de l’Université de Cincinatti, il s’agit du plus ancien recueil de poésie de la Grèce antique qui nous soit parvenu. Il contient 112 épigrammes de Posidippus, écrits pour la dynastie pharaonique des Ptolémées, et classés par genre : présages, (...)