Noubkheperrê Antef

Noubkheperrê Antef pourrait bien être le fondateur de la XVIIe dynastie. Certains spécialistes le placent dans la XIIIe dynastie. Si l’on trouve les mêmes numéros pour tous les Antef (de I à VIII), en revanche, en fonction des égyptologues, leur nom de roi (nom de Nesout-bity) pour un même numéro est décalé.

Noubkheperrê Antef est roi de Thèbes. Manéthon l’appelle Antef.

Il gagne l’allégeance de la province de Thèbes et constitue, avec Coptos et Abydos, une union assez puissante pour tenir en respect le pouvoir Hyksôs. En l’an III de son règne, Antef renvoie Téti, un haut responsable du temple de Coptos, qui était coupable d’avoir favorisé les ennemis.

Règne

Noubkheperrê Antef est l’un des rois les plus attestés de cette dynastie. Il a restauré de nombreux temples endommagés en Haute-Égypte et lance la construction d’un nouveau temple au Gebel Antef.

On situe son règne [1] aux alentours de -1625 à -1622.

Contemporain du pharaon HyksôsApophis Ier, il semble d’abord avoir eu des rapports fructueux avec lui. Thèbes est encore en paix avec les Hyksôs, et les échanges sont nombreux entre les deux royaumes. L’hypothèse d’une allégeance de Thèbes au royaume du nord n’est d’ailleurs pas à écarter, l’influence d’Apophis (qui porte le titre de roi de Haute et de Basse-Égypte) étant attesté jusqu’à Gebelein. Apophis a de plus marié sa fille Hérit, dans la famille royale thébaine [2].

Noubkheperrê Antef est le premier dont l’activité guerrière et organisatrice est attestée. Il construit en plusieurs endroits et prend, en l’an 3 de son règne, un édit concernant le temple de Min à Coptos qui témoigne du caractère autoritaire du pouvoir thébain [3]. Il s’agit en tout cas d’un témoignage de l’influence grandissante du royaume thébain dans la région.

C’est en tout cas à la suite de son règne, sous ses successeurs Sénakhtenrê Ahmosé, Séqénenrê Taâ et Kamosis, que commencera la lutte ouverte qui aboutira à la victoire contre les Hyksôs et à l’avènement du Nouvel Empire.

Ainsi l’emplacement de son tombeau, à Dra Abou el-Naga, au nord de ceux de ses prédécesseurs, semble indiquer qu’il inaugure une nouvelle lignée de souverains puissants et ambitieux qui y édifient également leur propres sépultures. Signe des temps, Antef est enterré avec des armes (arc et flèches).

Il épouse Sobekemsaf, qui est une descendante d’une puissante famille de gouverneurs d’Edfou. Cette famille était elle aussi liée par mariage aux rois de la XIIIe dynastie. Son fils (présumé) Rahotep lui succède.

Sépulture

Son tombeau a été découvert en 1827 par des pilleurs de tombe qui en dispersèrent les objets de valeurs dont certains ont pu être récupérés par les grands musées européens.

Son sarcophage en bois doré de style richi est actuellement exposé au British Museum, tandis qu’un diadème en argent et en or est conservé au Rijksmuseum van Oudheden de Leyde.

Un pyramidion à son nom a également été découvert sur le site et est exposé au musée égyptien du Caire.

Source : Wikipedia.org

[1Selon R. Krauss, D. Franke ;
autres avis de spécialistes : -1571 à -1566 (K. S. B. Ryholt).

[2N. Grimal

[3N. Grimal

Navigation

AgendaTous les événements

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Brèves Toutes les brèves

  • Plus de 3 000 ans après, la vérité sur la mort de Ramsès III

    par Pierre Barthélémy
    C’est un mystère vieux de plus de trois millénaires qui vient d’être résolu. Un mystère sous forme de véritable tragédie antique, une histoire de complot royal au pays des pharaons, qui se déroule en 1155 av. J.-C. Souverain depuis plus de trois décennies,Ramsès III vit la fin de son règne. Son successeur désigné, aussi nommé Ramsès, est un fils qu’il a eu avec sa première épouse. (...)

  • Toutankhamon cherche toujours sa mère

    La nouvelle, annoncée par le patron des Antiquités égyptiennes Zahi Hawass, a fait le tour du monde : les analyses génétiques menées sur des momies égyptiennes vieilles de 3 000 ans, dont celle du célèbre pharaon Toutankhamon, prouveraient que la mère de ce dernier est une parfaite inconnue, retrouvée dans une tombe de la Vallée des Rois et surnommée « Younger Lady  ». Et non la reine Néfertiti, à la (...)

  • Le pharaon Toutankhamon est le fruit d’un inceste, révèle l’ADN

    Les prélèvements ADN pratiqués sur la momie du pharaon, découverte en 1922 dans la Vallée des Rois, ont dévoilé le fait que ses parents étaient frère et soeur.
    Les alliances incestueuses étaient fréquentes au sein de la famille royale, a indiqué l’égyptologue de renom Zahi Haouass. "Un roi pouvait épouser sa soeur et sa fille, parce que c’est un Dieu, comme Iris et Osiris. C’était une coutume qui (...)

  • La généalogie de Toutankhamon bientôt révélée !

    Le célèbre pharaon, ou plutôt sa momie, va bientôt révéler tous ses mystères, notamment généalogiques ! Le 17 février prochain, nous apprend une dépêche de l’AFP, l’Égypte va annoncer la filiation de Toutankhamon, l’un des grands mystères de l’égyptologie. Extrait de son sarcophage en or massif en 1922, le roi est considéré comme le 12e pharaon de la XVIIIe dynastie d’Égypte ayant approximativement régné de (...)

  • Des prélèvements d’ADN pour déterminer la filiation de Toutankhamon

    Des chercheurs égyptiens vont tenter de déterminer la filiation du pharaon Toutankhamon, qui reste un mystère pour les égyptologues, à l’aide de prélèvements d’ADN, a déclaré lundi le chef du Conseil suprême des antiquités égyptiennes, Zahi Hawass. Le jeune pharaon, dont la momie avait été découverte dans un sarcophage en or massif orné de turquoises en 1922 par l’archéologue anglais Howard Carter, a régné de (...)