Imhotep

(env. 2800)
Conseiller et architecte du roi Djoser (IIIe dynastie). Par la construction du vaste complexe funéraire de Saqqarah, qui inclut la première pyramide de l’histoire égyptienne, Imhotep inventa l’architecture monumentale de pierre. Maître des scribes et sage par excellence, considéré dès le Nouvel Empire comme fils du dieu memphite Ptah, il fut à la Basse Époque vénéré comme dieu guérisseur. Sa chapelle de Saqqarah, lieu de pèlerinage important, devint un asklépiéion (les Grecs l’appelaient Imouthès). À partir du règne de Ptolémée I, son culte gagna la Haute Égypte et son image figure dans plusieurs temples gréco-romains. Des statuettes en bronze montrent Imhotep assis, tenant un papyrus déroulé sur ses genoux.

Imhotep, (Imouthes « Іμουτής » en grec) dont le nom signifie « celui qui vient en paix », est un personnage historique emblématique de l’Égypte antique.

Il vécut entre -2800 et -2700 et fut un homme aux multiples talents. Vizir et architecte du roi Djéser (IIIe dynastie), on le dit également médecin et philosophe.

Sur le socle d’une statue du roi Djéser (aujourd’hui au musée du Caire), il est présenté comme « Le chancelier du roi de Basse-Égypte, le premier après le roi de Haute-Égypte, administrateur du grand palais, noble héréditaire, grand prêtre d’Héliopolis, Imhotep, le constructeur, le sculpteur ».

Des écrits le désignant comme le « Fils de Ptah », sa mère est parfois assimilée à Sekhmet.

L’architecte

Complexe funéraire de Saqqarah.

Son œuvre architecturale la plus connue est sans conteste le complexe funéraire qu’il édifie à Saqqarah (près du Caire) pour Djéser et plus particulièrement la plus ancienne pyramide à degrés du monde.

Imhotep apporte à l’Égypte quelques innovations :

- L’historien égyptien Manéthon le crédite de la généralisation de l’utilisation de la pierre comme matériau de construction des temples et tombeaux funéraires, alors qu’ils étaient faits auparavant de briques de terre cuite. Il est aussi le premier à utiliser des colonnes dans l’architecture.
- Il innove architecturalement avec l’invention de la pyramide à degrés comme tombeau (« demeure d’éternité ») du roi.

Le médecin

Imhotep est considéré comme le fondateur de la médecine égyptienne et l’auteur d’un traité médical, le papyrus Edwin Smith (même si le document a été probablement rédigé vers -1700 avec des écrits complémentaires de plusieurs médecins).

Ce texte décrit en détail des observations anatomiques, l’examen, le diagnostic, le traitement et le pronostic de nombreuses blessures. Les traitements sont rationnels avec peu de recours aux formules magiques.

Statuette d’Imhotep au musée du Louvre

Le personnage divinisé

Il réforme (semble-t-il sans heurt) la religion égyptienne et introduit le mythe osirien.

Personnage historique de la IIIe dynastie, il est ensuite associé à Thot, dieu de la connaissance et de l’écriture. À la Basse époque, il est divinisé et adoré surtout à Deir el-Bahari. Il connaît son apogée à Memphis où il détrône Néfertoum pour être le fils du puissant Ptah. Plus tard encore, il finit par le surpasser et reçoit le titre de dieu memphite, reléguant Ptah à la seconde place.

À Philæ, un temple lui est consacré près de celui de la déesse Isis.

Stèle de Péqâou - Stèle dédiée à Apis, Imhotep et Ptah, XXXe dynastie.

Source : Wikipedia.org

Navigation

AgendaTous les événements

mai 2018 :

Rien pour ce mois

avril 2018 | juin 2018

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Publications Derniers articles publiés

Brèves Toutes les brèves

  • L’au-delà 4 étoiles pour les animaux de l’Egypte Ancienne !

    Les anciens égyptiens avaient le plus grand respect pour les animaux qu’ils apparentaient aux divinités. Ils en ont ainsi momifié des millions : oiseaux, reptiles, mammifères. On a longtemps pensé que l’embaumement animal ne consistait qu’en un simple enroulement de bandages en lin, ou d’un trempage dans la résine. Mais, Anubis, dieu des morts à tête de chacal, réservait en fait un sort de pacha à leur (...)

  • le mystère de la « main coupée »

    Le Château de Gruyères expose dès mercredi un objet insolite : une main coupée. L’objet, entouré de toutes sortes de légendes, appartient au château depuis belle lurette. Une analyse anthropologique vient d’en découvrir l’origine. Pendant de longues années, toutes sortes de légendes ont circulé quant à l’origine de la main coupée. Selon la version la plus courante, la main aurait été rapportée de Terre (...)

  • Le secret de la momie

    Le 1er juillet, le British Museum de Londres a ouvert au public son centre de réalité virtuelle, consacré à la momie de Nesperennub, prêtre au temple de Karnak il y a environ 3 000 ans. Pour la première fois, on peut découvrir en trois dimensions l’intérieur d’une momie. Celle-ci fut d’abord numérisée à l’aide d’un scanner médical à technologie numérique d’un hôpital londonien, afin d’obtenir 1500 images, (...)

  • Un check-up à NTUH pour la momie égyptienne

    A quelques jours d’une exposition d’objets provenant des collections égyptiennes du Louvre au Mémorial Tchang Kaï-chek, la vedette de l’événement s’est offert une visite de routine à l’Hôpital de l’université nationale de Taiwan (NTUH). Les docteurs ont confirmé qu’à 3 000 ans bien sonnés, Hemoutouati - ou plutôt sa momie - se porte comme un charme.
    Sans doute n’en saura-t-on guère plus sur la jeune (...)

  • Une momie bourrée de poésie

    Un manuscrit de poésie grecque a été retrouvé dans une momie du IIe siècle avant notre ère. Le papyrus avait servi à rembourrer le cadavre. Selon Kathryn Gutziller, de l’Université de Cincinatti, il s’agit du plus ancien recueil de poésie de la Grèce antique qui nous soit parvenu. Il contient 112 épigrammes de Posidippus, écrits pour la dynastie pharaonique des Ptolémées, et classés par genre : présages, (...)