L’oeil-oudjat

, par  GOLVIN Jean-Claude, MARTINEZ Philippe

L’oeil-oudjat est une des amulettes les plus courantes et un des symboles magiques les plus puissants que nous ait légués l’Egypte ancienne. oeil sain d’Horus il est le symbole de la plénitude, de la vigueur, de la santé recouvrée et de la réussite. Il est représenté par un oeil humain souligné par le cerne de plumes noires que l’on trouve autour de l’oeil du faucon.

Selon l’épisode mythique connu par des allusions dès l’époque des Textes des Pyramides, l’oeil gauche d’Horus aurait été arraché, crevé et vidé de ses humeurs lors d’un combat singulier l’ayant opposé à Seth au cours duquel ce dernier perdit en retour ses testicules. Thot, savant et médecin, remplit l’oeil de ses humeurs, le recompose et le soigne patiemment. D’autres textes placent cette guérison sous la responsabilité d’Hathor.

Cette intégrité recouvrée a été très tôt mise en relation avec les cycles de la lune qui diminue pour mieux croître à nouveau. L’oeil-oudjat devient ainsi le symbole de la pleine lune. Rattaché à un cycle cosmique majeur, l’oeil-oudjat devient le symbole du retour perpétuellement renouvelé d’un élément menacé par un état de faiblesse, à un état normal, revivifié.

Puissante protection magique, il est en lui-même un message d’espoir, affirmant éternellement la foi égyptienne dans le retour à la normale, à l’équilibre, soit au niveau terrestre et humain soit divin et cosmique. Néanmoins si l’oeil d’Horus est la lune, l’Egyptien qui avait déjà mis en relation la lune et le soleil avec les deux yeux clignant tour à tour de -Horakhty, ne put se refuser à inclure l’oeil d’Horus dans ce concept binaire. C’est ce qu’indique clairement l’introduction du chapitre 167 du Livre des Morts : "Formule pour l’apport de l’oeil sacré à N. Qu’il dise Thot a rapporté l’oeil sacré ; il a apaisé l’oeil sacré après que l’eut envoyé le chercher. Il était très en colère, mais c’est Thot qui l’apaisa après qu’il se fut laissé aller à sa colère. Si je suis intact, il est intact ; N. est intact".

L’oeil-oudjat est ici mis en relation avec le mythe de la fuite de l’oeil solaire parti sur ordre du dieu primordial détruire les humains (Livre de la Vache du ciel). L’oeil-oudjat est alors ici l’astre diurne. Il peut aussi être un élégant symbole mathématique de la qualité d’être complet, entier, en général mise en relation avec une unité de mesure, de volume de céréales. Chacune de ses parties représente alors une fraction, leur somme équivalant à l’unité. Pourtant quiconque pousse la curiosité jusqu’à effectuer cette somme s’apercevra qu’elle ne totalise que 63/64e et que l’unité n’est ainsi que relativement complète. On peut alors envisager de manière optimiste que la partie manquante réapparaisse par magie avec l’aide de Thot, ou bien au contraire que le détournement de cette 1/64 partie soit le fait de Thot lui-même, à son profit, ce dieu étant par ailleurs connu pour détourner des offrandes à l’aide d’un calendrier tronqué.

Représentant le sacrifice du fils luttant pour recouvrer l’héritage de son père, l’oeil-oudjat devint aussi l’offrande par excellence, au même titre que Maât, résumant en lui seul l’oeuvre de piété filiale assumée par Pharaon. Symbole de protection et de revivification, l’oeil-oudjat devient une amulette portée autour du cou ; elle orne les pectoraux, les stèles, les sarcophages ; les plaques d’éviscération des momies etc.

Si l’oeil gauche d’Horus fut crevé et guéri, les amulettes représentent indifféremment chacun des deux yeux, à moins qu’elles ne les présentent par paire. Ce sont alors les deux yeux, l’oeil solaire droit étant lui aussi qualifié d’oudjat. Le fait que l’oeil droit soit représenté plus souvent que le gauche tient sans doute aussi à l’aspect négatif du côté gauche. Les combinaisons de quatre yeux-oudjat deviennent courantes à l’époque tardive ; elles doivent être mises en relation avec les quatre yeux qui veillent sur les quatre points cardinaux.

Tout comme le signe-ânkh, l’oeil oudjat peut être animé et présenter lui-même d’autres signes symboliques tels que le ânkh, le ouas et le nefer. Il est souvent associé au papyrus signifiant frais, rajeuni. Lorsqu’il est pourvu d’ailes, l’oudjat étend alors littéralement sa protection sur celui qui le porte. L’oeil, par son regard, apaise le démon et a une puissante qualité apotropaoeque. Il peut briser le pouvoir adverse du mauvais oeil. Présents par paire dans la tombe ou sur une paroi du sarcophage, les yeux-oudjat permettent au mort de voir ce qui se passe dans le monde des vivants et d’avoir ainsi un contact privilégié avec ce dernier.

Ce ne sont jamais des yeux humains mais une portion de divinité. Les deux yeux sont parfois respectivement liés à la Haute et la Basse-Egypte. Un oeil peut devenir une personnification : ainsi l’Egypte est-elle l’oeil-oudjat des dieux, tandis que Karnak est l’oeil oudjat du Maître universel. Sur une plaque d’or destinée au roi Psousennès, ce sont les quatre fils d’Horus eux-mêmes qui rendent hommage à l’oeil divin. Incarnant les fonctions vitales des différents organes ôtés du corps par cette plaie, ils attestent par leur seule présence autour de l’oeil, l’unité retrouvée du corps humain décomposé. L’oeil est tour à tour le symbole de divers aspects cycliques et de la continuité par la régénération : continuité du pouvoir royal, sauvegarde du dieu solaire, sauvegarde de la vie des dieux, du roi et des morts par l’offrande, et plus quotidiennement des hommes sous la forme d’amulettes.

Navigation

AgendaTous les événements

décembre 2018 :

novembre 2018 | janvier 2019

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Publications Derniers articles publiés

Brèves Toutes les brèves

  • L’au-delà 4 étoiles pour les animaux de l’Egypte Ancienne !

    Les anciens égyptiens avaient le plus grand respect pour les animaux qu’ils apparentaient aux divinités. Ils en ont ainsi momifié des millions : oiseaux, reptiles, mammifères. On a longtemps pensé que l’embaumement animal ne consistait qu’en un simple enroulement de bandages en lin, ou d’un trempage dans la résine. Mais, Anubis, dieu des morts à tête de chacal, réservait en fait un sort de pacha à leur (...)

  • le mystère de la « main coupée »

    Le Château de Gruyères expose dès mercredi un objet insolite : une main coupée. L’objet, entouré de toutes sortes de légendes, appartient au château depuis belle lurette. Une analyse anthropologique vient d’en découvrir l’origine. Pendant de longues années, toutes sortes de légendes ont circulé quant à l’origine de la main coupée. Selon la version la plus courante, la main aurait été rapportée de Terre (...)

  • Le secret de la momie

    Le 1er juillet, le British Museum de Londres a ouvert au public son centre de réalité virtuelle, consacré à la momie de Nesperennub, prêtre au temple de Karnak il y a environ 3 000 ans. Pour la première fois, on peut découvrir en trois dimensions l’intérieur d’une momie. Celle-ci fut d’abord numérisée à l’aide d’un scanner médical à technologie numérique d’un hôpital londonien, afin d’obtenir 1500 images, (...)

  • Un check-up à NTUH pour la momie égyptienne

    A quelques jours d’une exposition d’objets provenant des collections égyptiennes du Louvre au Mémorial Tchang Kaï-chek, la vedette de l’événement s’est offert une visite de routine à l’Hôpital de l’université nationale de Taiwan (NTUH). Les docteurs ont confirmé qu’à 3 000 ans bien sonnés, Hemoutouati - ou plutôt sa momie - se porte comme un charme.
    Sans doute n’en saura-t-on guère plus sur la jeune (...)

  • Une momie bourrée de poésie

    Un manuscrit de poésie grecque a été retrouvé dans une momie du IIe siècle avant notre ère. Le papyrus avait servi à rembourrer le cadavre. Selon Kathryn Gutziller, de l’Université de Cincinatti, il s’agit du plus ancien recueil de poésie de la Grèce antique qui nous soit parvenu. Il contient 112 épigrammes de Posidippus, écrits pour la dynastie pharaonique des Ptolémées, et classés par genre : présages, (...)