Grand dieu égyptien d’Héliopolis, le Soleil bénéficia d’une faveur grandissante au cours de l’Ancien Empire, ainsi qu’en témoignent les noms et les titulatures des rois de cette période : de plus en plus, les souverains prennent l’habitude de se donner des noms composés avec celui de Rê et le titre de « fils de Rê » est inclus dans les titulatures royales dès la IVe dynastie, fondée par Snéfrou en 2720 environ. Le roi, sous l’Ancien Empire, est le seul à ressusciter sous la forme d’une divinité. Il a également le pouvoir de se joindre au dieu Rê dans sa barque. Les pyramides sont construites selon cette conception : elles sont à la fois la colline primordiale sur laquelle Rê accomplit la création et la symbolisation des rayons du soleil, ainsi que l’escalier qui monte au ciel.

La pyramide à degrés du pharaon Djoser

Le souverain au sein de la pyramide accomplit, en quelque sorte, un retour dans la butte qui fut le point de départ de la création et c’est là qu’il trouve les forces nouvelles pour la résurrection. Le caveau, l’antichambre et, en partie, le couloir d’accès de la pyramide furent recouverts de textes à partir de la Ve dynastie, fondée par Ouserkaf en 2560 environ. Ces textes sont centrés sur la résurrection royale et sur l’union du souverain avec le disque solaire. À Héliopolis, on adorait aussi le symbole de la pierre sur laquelle le démiurge apparut lors de la création du monde et qui était appelée pierre Benben. De la forme de celle-ci s’inspirent non seulement les pyramides, mais aussi les obélisques.

À partir de la Ve dynastie, le lien s’accentue entre le culte solaire et la nature. Ainsi, les reliefs des temples funéraires royaux sont décorés de scènes représentant les saisons. Cet aspect naturaliste se manifeste encore dans les temples solaires de la Ve dynastie ; le mieux conservé est celui de Niouserré à Abousir, dont l’élément essentiel était constitué par une cour à ciel ouvert devant un gros obélisque symbolisant la pierre Benben. L’animal du dieu Rê était le phénix, dont le nom, Benou, appartient à la même racine que celui de la pierre Benben. Les Grecs ont élaboré la légende du phénix à partir de diverses croyances remontant à cette origine théologique : il semblait apparaître au matin avec le soleil et il portait bonheur ; de plus, il semblait être immortel.

L’évolution théologique du dieu Rê est relativement complexe. D’abord divinité secondaire, il fut mis en relation avec le dieu Horakhty, l’Horus de l’horizon, et avec le dieu Atoum. C’est précisément de celui-ci que Rê tira son aspect de créateur. Ainsi, de différentes divinités (Rê, Atoum, Khépri, Horus de l’horizon) on ne fit plus qu’une seule divinité sous différents aspects. L’influence de Rê, dieu monarchique, baissa au profit d’Osiris, dieu populaire. La raison en était simple : en effet, avec le culte d’Osiris, tout le monde désormais pouvait devenir un dieu, un Osiris, ce qui n’était pas le cas avec le culte de Rê, qui permettait au seul pharaon d’être assimilé à un dieu. Cependant, on trouva rapidement un compromis en faisant d’Osiris un dieu de la terre et de Rê un dieu du ciel ; Osiris devenait ainsi le corps du dieu, alors que Rê en était l’âme.

Les grands livres funéraires de la Vallée des Roisfurent rédigés à l’époque du Nouvel Empire suivant ces conceptions. Le dieu-Soleil accompagné des autres divinités va au-devant de « son corps », ce qui lui permet de renaître le matin sous la forme du scarabée. Pour les morts, que le dieu-Soleil rencontre dans son voyage, l’issue est différente : « La mort est pour tout être une descente dans la réalité primordiale, mais, tandis que les élus reçoivent la force rajeunissante de l’informe et, par leur mort et leur résurrection, restent dans le cycle cosmique, les damnés ont droit à la « deuxième mort » hors de l’être dans le non-être » (Hornung). Les damnés, en faisant isefet , le mal, au lieu de maât , la norme, se sont mis hors de l’ordre du monde. Le dieu solaire n’est là que pour les élus, qu’il ressuscite sur son passage et auxquels il donne Maât, qui est nécessaire à leur existence. Deux thèmes se rencontrent donc dans ces livres : la résurrection du soleil et celle des élus. En raison de ce rôle cosmique, le dieu Rê connut ainsi une faveur particulière. La plupart des divinités l’assimilèrent, notamment Amon sous la forme d’Amon-Rê.

Cette « solarisation » de la religion égyptienne fut encore renforcée par l’apparition du dieu Aton, dont la théologie devait reprendre bien des éléments de l’ancienne théologie héliopolitaine.

Rê-Osiris

Bien des descriptions concernent le voyage du ba de Rê, accompli pour que celui-ci puisse à nouveau s’unir à son corps.

Rê doit mourir dans les profondeurs pour être régénéré. La sixième heure de la nuit correspond ainsi à un véritable cimetière divin où chaque partie du corps (aile, tête, etc.) est enterrée individuellement, chacune étant gardée dans une châsse par un serpent cracheur de feu. On assiste alors à l’émergence d’une nouvelle entité par l’entremise de la division du corps. L’enterrement du corps du soleil en plusieurs morceaux rappelle les mutilations faites sur certaines momies pour empêcher les corps de quitter la tombe. La désintégration du corps fait partie des rites nécessaires à sa régénération.

Les croyances osiriennes constituent la contrepartie du monde solaire. Etant mort, Osiris est toujours en danger et a besoin de l’aide du soleil, qui ainsi joue le rôle d’Horus.

Rê réveille et revivifie Osiris en qui sommeille le souverain. Le ba solaire s’unit à Osiris, corps mort du dieu, pour le revivifier. Mais ils ne forment pas pour autant une seule entité. Le processus est complexe : l’un des dieux se manifeste tour à tour dans l’autre. Cette renaissance est parallèle au cheminement solaire dans la Salle de l’Or. C’est Osiris-Rê, mais aussi le Pharaon qui revient ainsi à la vie.

© 1995 Encyclopædia Universalis France S.A.Tous droits de propriété intellectuelle et industrielle réservés

Navigation

AgendaTous les événements

mai 2018 :

Rien pour ce mois

avril 2018 | juin 2018

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Publications Derniers articles publiés

Brèves Toutes les brèves

  • L’au-delà 4 étoiles pour les animaux de l’Egypte Ancienne !

    Les anciens égyptiens avaient le plus grand respect pour les animaux qu’ils apparentaient aux divinités. Ils en ont ainsi momifié des millions : oiseaux, reptiles, mammifères. On a longtemps pensé que l’embaumement animal ne consistait qu’en un simple enroulement de bandages en lin, ou d’un trempage dans la résine. Mais, Anubis, dieu des morts à tête de chacal, réservait en fait un sort de pacha à leur (...)

  • le mystère de la « main coupée »

    Le Château de Gruyères expose dès mercredi un objet insolite : une main coupée. L’objet, entouré de toutes sortes de légendes, appartient au château depuis belle lurette. Une analyse anthropologique vient d’en découvrir l’origine. Pendant de longues années, toutes sortes de légendes ont circulé quant à l’origine de la main coupée. Selon la version la plus courante, la main aurait été rapportée de Terre (...)

  • Le secret de la momie

    Le 1er juillet, le British Museum de Londres a ouvert au public son centre de réalité virtuelle, consacré à la momie de Nesperennub, prêtre au temple de Karnak il y a environ 3 000 ans. Pour la première fois, on peut découvrir en trois dimensions l’intérieur d’une momie. Celle-ci fut d’abord numérisée à l’aide d’un scanner médical à technologie numérique d’un hôpital londonien, afin d’obtenir 1500 images, (...)

  • Un check-up à NTUH pour la momie égyptienne

    A quelques jours d’une exposition d’objets provenant des collections égyptiennes du Louvre au Mémorial Tchang Kaï-chek, la vedette de l’événement s’est offert une visite de routine à l’Hôpital de l’université nationale de Taiwan (NTUH). Les docteurs ont confirmé qu’à 3 000 ans bien sonnés, Hemoutouati - ou plutôt sa momie - se porte comme un charme.
    Sans doute n’en saura-t-on guère plus sur la jeune (...)

  • Une momie bourrée de poésie

    Un manuscrit de poésie grecque a été retrouvé dans une momie du IIe siècle avant notre ère. Le papyrus avait servi à rembourrer le cadavre. Selon Kathryn Gutziller, de l’Université de Cincinatti, il s’agit du plus ancien recueil de poésie de la Grèce antique qui nous soit parvenu. Il contient 112 épigrammes de Posidippus, écrits pour la dynastie pharaonique des Ptolémées, et classés par genre : présages, (...)