Serket

Déesse associé à l’est. Elle était représentait sur un angle des coffres à vases canopes. Elle protégeait Qebeshnouf et les intestins du défunt.

Serket est l’entité qui représente le souffle d’air qui donne vie a toute chose. Son nom signifie « celle qui donne le souffle de vie ». Elle est représenté sous les traits d’une femme dont la tête est surmonté d’un scorpion.

Divinité bienveillante protégeant les hommes des morsures. Ses prêtres, médecins et magiciens, excellaient dans l’art de guérir les piqûres d’insectes et de scorpions. Dans l’au-delà, elle veillait sur le défunt et, associée à Qébehsenhouf, protégeait le vase canope contenant les intestins du mort.

Déesse originaire de la Basse Egypte, représentée sous la forme d’un scorpion à tête de femme, ou comme une femme avec un scorpion sur la tête.

Autre nom : Selkis, Selket, Serkis

Serket [1] (Srq.t), « Celle qui fait respirer » ou « La respiration plus facile [dans la gorge] », en grec ancien : Selkis) est la déesse non pas scorpion (interprétation erronée venant de l’emblème de la déesse - un scorpion depuis le Nouvel-Empire), mais, comme son nom l’indique, est la divinité bienveillante qui sur terre protégeait les hommes du venin des serpents, des scorpions et autres animaux dangereux.

Le terme « Selket » a finalement été adopté comme l’orthographe officielle provenant de textes grecs. Elle symbolisait aussi la chaleur torride du soleil. Dans l’au-delà, elle était associée à Qebehsenouf pour veiller sur le défunt et l’aider à protéger le vase canope contenant les intestins du mort. Elle fut aussi une déesse bienfaisante qui protégeait le sarcophage du roi ou du pharaon et la déesse protectrice des guérisseurs. Comme son nom l’indique, elle présidait à la respiration, veillant sur la renaissance et le nouveau souffle de vie des défunts.

Elle est liée au culte de la fertilité car elle passait pour être l’une des déesses protectrices des quatre sources du Nil. Elle est aussi Dame de la Vie car, à la naissance du roi-dieu, elle aide la reine à mettre au monde l’enfant divin ; cette épithète lui est aussi donnée car elle protège du venin des scorpions, serpents et autres animaux dangereux. Selkis est Maîtresse de la piqûre et Dame des liens. Elle aurait également pour fonction de protéger les guérisseurs et les sorciers [2].

Probablement originaire du 6e nome de la Basse-Égypte, son culte est attesté dans le delta du Nil et, en Haute-Égypte, à Edfou, où elle figure parmi les divinités résidentes. À l’origine, Selkis n’a ni famille, ni parèdre ; elle est attestée, seule, dès la Ire dynastie. Au Moyen Empire, elle porte quelquefois le titre de Fille de Rê et, à la Basse Époque, elle est aussi désignée comme Épouse d’Horus, notamment à Edfou.

Elle fut d’abord attachée au monde souterrain puis au monde des morts où elle fut chargée de surveiller le serpent Apopis, ennemi de Rê.

Mais on la voit le plus souvent aux côtés d’Isis et de Nephthys procédant aux rites funéraires d’Osiris, protégeant les viscères du roi.

On la représente comme une femme avec sur la tête un insecte aquatique, la nèpe, appelée scorpion d’eau ; sous forme de scorpion à tête de femme ; ou encore déployant de larges ailes pour protéger les morts.

Représentée sur un vase canope à côté du génie à tête de faucon, Kébehsénouf, elle veille plus particulièrement sur le vase contenant les intestins du défunt.

Elle possédait par ailleurs des pouvoirs guérisseurs exercés par l’intermédiaire de ses prêtres charmeurs de Selkis qui sont à la fois médecins et magiciens. Elle avait le pouvoir de transmettre la connaissance de la médecine à ces derniers.

Howard Carter a trouvé une statuette de la déesse dans la tombe de Toutânkhamon. Elle apparaît également à l’un des angles du coffre en albâtre qui contenait les viscères du pharaon ainsi que sur le coffre à canopes ; les statues féminines d’Isis, Nephthys, Neith et Serket de 90 cm de haut sont en bois plaqué d’or (visibles au musée égyptien du Caire).

Source : Wikipedia.org

[1ou Serket-Herou, Serket-Hetit, Serket-hetet, Selqet, Serket, Serqet, Selqit, Selkit

[2Myriam Philibert, Dictionnaire des mythologies

Navigation

AgendaTous les événements

octobre 2018 :

septembre 2018 | novembre 2018

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Publications Derniers articles publiés

Brèves Toutes les brèves

  • L’au-delà 4 étoiles pour les animaux de l’Egypte Ancienne !

    Les anciens égyptiens avaient le plus grand respect pour les animaux qu’ils apparentaient aux divinités. Ils en ont ainsi momifié des millions : oiseaux, reptiles, mammifères. On a longtemps pensé que l’embaumement animal ne consistait qu’en un simple enroulement de bandages en lin, ou d’un trempage dans la résine. Mais, Anubis, dieu des morts à tête de chacal, réservait en fait un sort de pacha à leur (...)

  • le mystère de la « main coupée »

    Le Château de Gruyères expose dès mercredi un objet insolite : une main coupée. L’objet, entouré de toutes sortes de légendes, appartient au château depuis belle lurette. Une analyse anthropologique vient d’en découvrir l’origine. Pendant de longues années, toutes sortes de légendes ont circulé quant à l’origine de la main coupée. Selon la version la plus courante, la main aurait été rapportée de Terre (...)

  • Le secret de la momie

    Le 1er juillet, le British Museum de Londres a ouvert au public son centre de réalité virtuelle, consacré à la momie de Nesperennub, prêtre au temple de Karnak il y a environ 3 000 ans. Pour la première fois, on peut découvrir en trois dimensions l’intérieur d’une momie. Celle-ci fut d’abord numérisée à l’aide d’un scanner médical à technologie numérique d’un hôpital londonien, afin d’obtenir 1500 images, (...)

  • Un check-up à NTUH pour la momie égyptienne

    A quelques jours d’une exposition d’objets provenant des collections égyptiennes du Louvre au Mémorial Tchang Kaï-chek, la vedette de l’événement s’est offert une visite de routine à l’Hôpital de l’université nationale de Taiwan (NTUH). Les docteurs ont confirmé qu’à 3 000 ans bien sonnés, Hemoutouati - ou plutôt sa momie - se porte comme un charme.
    Sans doute n’en saura-t-on guère plus sur la jeune (...)

  • Une momie bourrée de poésie

    Un manuscrit de poésie grecque a été retrouvé dans une momie du IIe siècle avant notre ère. Le papyrus avait servi à rembourrer le cadavre. Selon Kathryn Gutziller, de l’Université de Cincinatti, il s’agit du plus ancien recueil de poésie de la Grèce antique qui nous soit parvenu. Il contient 112 épigrammes de Posidippus, écrits pour la dynastie pharaonique des Ptolémées, et classés par genre : présages, (...)