Le Harem

, par  Jean-Luc

De tout temps, les pharaons Egyptiens ont possédé un harem. Des centaines de femmes de toutes origines et de toutes conditions y ont vécus. Epouses secondaires ou simples concubines du souverain, elles ne pouvaient rivaliser avec la reine, la Grande Epouse Royale.

Toutes les femmes d’Egypte sont les épouses de Pharaon

Le roi d’Egypte possède toute la terre, qu’il alloue en usufruit à ses sujets. Participant de la même philosophie, la coutume veut que, bien qu’il ait ses propres épouses, toutes les Egyptiennes soient considérées comme siennes.

Elles se doivent d’être expertes dans l’art de la musique, du chant et de la danse. Bien qu’elles ne puissent revendiquer le moindre vis-à-vis du maître, certaines obtiennent de grandes faveurs, comme celle de porter la coiffure des princesses ou, beaucoup plus rarement, l’uraeus, symbole sacré. Ces favorites sont appelées "souveraine de tout le pays", "maîtresse des Deux Terres", "souveraine du Delta" ou "belle souveraine". A coté des Egyptiennes de souche, on trouvait de nombreuses princesses étrangères, reconnaissables à leurs différents vêtements, coiffure, musique et danses.

Aménophis III reçut en don de fidélité et d’alliance la princesse Gilokhipa du Mitanni, fille du prince de Naharina, à qui il accorda le titre d’épouse royale ! mais aussi 317 de ses suivantes, choisies parmi les plus belles, en qualité de femmes du harem. Pharaon célébra cet événement mémorable en faisant exécuter de grands scarabées commémoratifs.

Jeune fille nubille, statuette du Nouvel Empire

Coupé du monde

La "maison des recluses" était gardée par une nuée de portiers leur interdisant tout contact avec l’extérieur. L’administration du harem est confiée à des fonctionnaires de haut rang, comme le "directeur des appartements du harem royal", le "scribe des appartements royaux" et le "lieutenant du harem".

Les enfants royaux

Tout les pharaons n’eurent pas la nombreuses descendance de Ramsès II à qui l’on attribue plus de 200 enfants. Cependant le harem comprenait des appartements spécialement réservé à la progéniture royale. Ces enfant élevés et éduqués dans les écoles du palais devait collaborer à l’administration de l’Etat une fois adulte. Sous le Moyen Empire, de nombreux enfants nés des concubines de Pharaon rejoignirent l’armée et se distinguèrent par leur vaillance.

Complot au harem

Ramsès III est l’un des rares pharaons - sinon le seul - à s’être fait représenter sur des reliefs muraux au milieu de son harem. C’est pourtant ce même harem qui lui coûta probablement la vie ! Tiyi, une de ses épouses de second rang, rêvait de voir son fils Pentaour monter sur le trône. Elle ourdit une conspiration qui, avec la complicité de nombreuses concubines, de hauts fonctionnaires et de gardes du harem, entraîna la chute et la mort de Ramsès III, déjà vieillissant mais encore auréolé du prestige des glorieuses victoires remportées à l’étranger.

Sur son lit de mort, le roi chargea douze juges d’instruire l’affaire. Au cour du procès, les femmes du harem, pourtant placé sous surveillance spéciale, s’échappèrent pour aller festoyer en compagnie d’un général et de deux des juges ! Une partie des coupables furent châtiés, le prince Pentaour se suicida puis Ramsès IV, le successeur de Ramsès III proclama l’amnistie générale, préférant étouffer le scandale plutôt que d’affronter la colère des concubines !

Les harem privés

Bien que la polygamie et le harem ait été généralement un privilège royal, à certaines époques de grands et riche seigneurs ont entretenu un harem privé. Parfois le souverain faisait don d’une de ses propres concubines à ses plus fidèles serviteurs. Sous l’Ancien Empire, certains haut fonctionnaires se sont glorifiés d’avoir épousé une concubine royale. Au Moyen Empire, un modeste "directeur des sandales royales" s’est prévalu d’avoir obtenu une telle faveur. Lors des conquêtes asiatiques du Nouvel Empire, de nombreuses esclaves étrangères ont été enfermé dans les harem.

Navigation

AgendaTous les événements

juillet 2017 :

Rien pour ce mois

juin 2017 | août 2017

Météo

Thebes, WAD, Egypt

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Publications Derniers articles publiés

Brèves Toutes les brèves

  • La mise en pli des momies égyptiennes

    Une substance grasse utilisée comme gel de coiffage a été découverte sur les cheveux de momies en Egypte.
    La momie de la reine Tiye, grand-mère de Toutankhamon, est un exemple de coiffure soignée emportée dans l’au-delà. (Chine nouvelle/Sipa)
    Embaumées, parées d’atours et d’attributs en fonction de leur rang social, les momies égyptiennes étaient aussi bien coiffées pour le voyage vers l’au-delà. (...)

  • Redécouverte d’un secret antique

    Deux chercheurs viennent de redécouvrir le grand secret de la cosmétique égyptienne, perdu depuis plusieurs millénaires. Christian Amatore et Philippe Walter (CNRS, ENS) ont en effet élucidé le rôle paradoxal du chlorure de plomb (un poison), retrouvé à l’état de traces au fond des vieux pots de fards et d’onguents - dont faisaient usages les Egyptiennes et les Egyptiens d’il y a 4000 ans. Ce chlorure de (...)

  • Autopsie d’une momie : la tuberculose a tué une Egyptienne il y a 2.600 ans

    Une dame de la haute société de l’Egypte des pharaons a succombé il y a 2.600 ans à la turberculose, a révélé une dernière autopsie de sa momie découverte au début du 19ème siècle, selon une étude parue mardi dans la revue britannique Proceedings of the Royal Society B.
    Le cadavre de cette femme, découvert en 1819 dans la nécropole de Thèbes et embaumé dans un état de conservation exceptionnel, avait été (...)

  • 4e Rencontre des "Vendredis du CDAP" à Tunis

    L’histoire de la médecine arabe : un héritage glorieux
    Comment se fait-il qu’une civilisation si brillante dans le domaine de la science et de la médecine se soit brusquement dégradée ?
    Comment réagir face à cette citation : « Des chirurgiens arabes sont à l’origine de l’invention de la seringue dont l’éminent médecin andalou Abu al-Qasim Khalaf Ibn Abbas Al Zahrawi (Abulcassis) qui fut traumatologue, (...)

  • Un championnat d’escrime en Egypte devant le Pharaon Ramsès III

    Huit siècles avant Platon, 3200 ans avant notre époque (en 1198 ou 1180 avant J. C.) une compétition d’escrime s’est déroulée en Egypte et les parois sculptées d’un temple de Médinet Habou en portent toujours le souvenir.
    C’était au lendemain d’une sortie dans le désert de Libye qui menaçait alors l’Egypte. À la tête de son armée, le pharaon Ramsès III avait remporté une victoire décisive et, revenu dans sa (...)