La crue du Nil

, par  Jean-Luc

Pendant des siècles, la vie de l’Egypte a été tributaire de la crue annuelle du fleuve sacré. Son arrivée était fêtée comme une bénédiction des dieux. Dès le mois de juin, les paysans guettaient avec anxiété la montée des eaux nourricières.

Les Egyptiens plantaient des bâtons sur les berges du fleuve pour détecter le début de l’inondation et observaient la ponte des tortues du Nil qui choisissaient les limites de la montée des eaux pour enfouir leurs petits. Auparavant ils avaient curé les canaux et consolidé les digues. Ensuite ils avaient quitté leurs villages pour se rendre sur les maisons nichées sur les levées, les plateaux et toutes les hauteurs en bordure du fleuve. La régularité et l’ampleur de la crue étaient déterminantes pour les futures récoltes.

Hâpy, seigneur du fleuve

Dans ce pays où le désert commence ou s’arrête l’inondation, les famines sont fréquentes. L’une d’elle aurait durée 7 ans sous le règne du pharaon Djoser. De nombreuses processions étaient organisées pour s’attirer les bontés du fleuve. Litanies des prêtres, chants de la foule et offrandes, rien n’était oublié pour célébrer le fleuve et ses débordements bienfaisants.

Un nilomètre au Caire

La montée des eaux commençait au mois de juin, à l’approche du solstice d’été. Le fleuve gagnait alors de 4 à 8 cm par jour. La crue enflait ensuite tout au long des mois de juillet et d’août pour atteindre son maximum en septembre.

le dieu Hâpy

Les physiciens et géographes grecs étaient fascinés par le Nil, ce fleuve qui s’obstinait à déborder en plein été quand ses homologues européens le faisaient en hiver. De leur côté, Hérodote rapporte que les Egyptiens s’étonnaient que la Grèce fut arrosée de pluies. Les Grecs furent les premiers à faire la relation entre la crue du Nil et les pluies diluviennes qui s’abattaient sur le plateau abyssin. Les Egyptiens avaient adopté une explication à caractère mythologique. L’Océan englobant le monde était habitué par une force nommée Hâpy. Opérant par la volonté du dieu solaire ? qui a créé le monde et l’a aménagé ? le génie du Nil faisait monter l’eau verticalement au niveau de la première cataracte et à la pointe du Delta.

Le retour de l’étoile

A la mi-juillet, l’étoile Sothis (Sirius) réapparaît après quelque soixante-dix jours d’absence. Chacun sait dans la vallée que son retour coïncide avec le début de la crue. Plusieurs semaine à l’avance, les aspics fuyaient les rives du Nil. Généralement cet exode précédait l’inondation de trente jours. Au dernier moment les petits mammifères quittaient eux aussi leurs terriers bâtis dans les berges.

le nilomètre du temple de Kôm-Ombo

Le niveau de l’inondation était alors mesuré dans les nilomètres. Si la mesure était conforme à la moyenne (16 coudées), les habitants de la vallée laissaient éclater leur joie. De nombreuses pâtisseries et des figurines féminines ? symbole de fertilité ? étaient jeter en offrande dans le fleuve. Au coucher du soleil commençait la « nuit de la goutte ». Cette fête qui a perduré jusqu’à l’époque arabe rappelait la toute première crue du fleuve, celle ou Isis, pleurant son époux assassiné Osiris, ensemença la terre de ses larmes.

Le lendemain les cérémonies se poursuivait par la fête de l’ouverture des canaux. Ensuite la vie agricole s’arrêtait pendant quarante cinq jours. Le fleuve déposant le riche limon sur les terres noyées. C’est pendant cette période que Pharaon réquisitionnait les paysans dés ?uvrés pour les employer sur ses prestigieux chantiers.

Source : Edition Atlas © 1998.
Photos : AKG Photo, AKG Paris / Werner Forman, Krihiff/hoa-Qui, Ch. Lénars.

Navigation

AgendaTous les événements

octobre 2017 :

Rien pour ce mois

septembre 2017 | novembre 2017

Météo

Thebes, WAD, Egypt

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Publications Derniers articles publiés

Brèves Toutes les brèves

  • La mise en pli des momies égyptiennes

    Une substance grasse utilisée comme gel de coiffage a été découverte sur les cheveux de momies en Egypte.
    La momie de la reine Tiye, grand-mère de Toutankhamon, est un exemple de coiffure soignée emportée dans l’au-delà. (Chine nouvelle/Sipa)
    Embaumées, parées d’atours et d’attributs en fonction de leur rang social, les momies égyptiennes étaient aussi bien coiffées pour le voyage vers l’au-delà. (...)

  • Redécouverte d’un secret antique

    Deux chercheurs viennent de redécouvrir le grand secret de la cosmétique égyptienne, perdu depuis plusieurs millénaires. Christian Amatore et Philippe Walter (CNRS, ENS) ont en effet élucidé le rôle paradoxal du chlorure de plomb (un poison), retrouvé à l’état de traces au fond des vieux pots de fards et d’onguents - dont faisaient usages les Egyptiennes et les Egyptiens d’il y a 4000 ans. Ce chlorure de (...)

  • Autopsie d’une momie : la tuberculose a tué une Egyptienne il y a 2.600 ans

    Une dame de la haute société de l’Egypte des pharaons a succombé il y a 2.600 ans à la turberculose, a révélé une dernière autopsie de sa momie découverte au début du 19ème siècle, selon une étude parue mardi dans la revue britannique Proceedings of the Royal Society B.
    Le cadavre de cette femme, découvert en 1819 dans la nécropole de Thèbes et embaumé dans un état de conservation exceptionnel, avait été (...)

  • 4e Rencontre des "Vendredis du CDAP" à Tunis

    L’histoire de la médecine arabe : un héritage glorieux
    Comment se fait-il qu’une civilisation si brillante dans le domaine de la science et de la médecine se soit brusquement dégradée ?
    Comment réagir face à cette citation : « Des chirurgiens arabes sont à l’origine de l’invention de la seringue dont l’éminent médecin andalou Abu al-Qasim Khalaf Ibn Abbas Al Zahrawi (Abulcassis) qui fut traumatologue, (...)

  • Un championnat d’escrime en Egypte devant le Pharaon Ramsès III

    Huit siècles avant Platon, 3200 ans avant notre époque (en 1198 ou 1180 avant J. C.) une compétition d’escrime s’est déroulée en Egypte et les parois sculptées d’un temple de Médinet Habou en portent toujours le souvenir.
    C’était au lendemain d’une sortie dans le désert de Libye qui menaçait alors l’Egypte. À la tête de son armée, le pharaon Ramsès III avait remporté une victoire décisive et, revenu dans sa (...)