Howard Carter

Né en 1874, fils d’un peintre animalier, dont il a hérité des talents de dessinateur, Howard Carter a dix-sept ans lorsqu’il est présenté à Percy Newberry, un jeune égyptologue de l’Egypt Exploration Fund, qui l’engage pour recopier à l’aquarelle les fresques des tombes de Beni Hassan.

Puis, il enchaîne sur le temple funéraire de Montouhotep, à Deir el-Bahari. Immédiatement, le britannique est charmé par l’Egypte, et il se passionne pour les fouilles. Rapidement, le voici qui travaille aux côtés de Flinders Petrie, à Tell el-Amarna, mais, n’étant pas estimé par l’archéologue, réputé pour son caractère trempé, il est tout aussi vite remercié. I l va ensuite à Deir el-Bahari, afin de reproduire les bas-reliefs du temple d’Amon, érigé par Hatshepsout. Il rencontre Gaston Maspero, lequel semble apprécier Carter. En 1899, le français lui propose un poste d’inspecteur général des monuments en Haute-Égypte.

Début 1905, un groupe de Français fortunés pénètrent de force dans le Sérapéum et, ne voyant rien, à cause de la trop grande obscurité des lieux, ont l’outrecuidance de réclamer qu’on leur rembourse les tickets d’entrée du site. Carter oppose un refus justifié, mais la discussion se transforme en bagarre. Les visiteurs portent plainte et Carter, refusant de s’excuser, se voit exclu du Service des Antiquités et retourne pour un temps à ses pinceaux.

Lord Carnarvon, suite à un accident de voiture, souffrant de la poitrine, doit éviter le climat humide de l’Angleterre, et, depuis deux ans, fouille en amateur, sans grand succès. Il désire s’adjoindre les conseils d’un véritable homme de terrain. Maspero, qui regrette d’avoir dû se séparer de Carter, le présente à l’aristocrate anglais.

Les deux anglais vont explorer la nécropole thébaine, sans résultat significatif. À partir de 1912, les voici dans le Delta, qu’ils doivent abandonner, suite à une invasion de cobras. En 1915, ils reprennent la concession, dont Theodore Davis a affirmé qu’elle avait livré tous ses secrets. Après que l’équipe eut exhumé des jarres et des sceaux au nom de Toutankhamon, Carter y cherche bientôt la tombe de ce souverain, près du soubassement rocheux de la Vallée des Rois, où il suppose qu’elle se trouve.

En 1922, les maigres découvertes n’ayant pas contribué à alléger les dépenses que doit supporte lord Carnarvon, celui annonce son intention d’arrêter. Carter demande de poursuivre une année de plus ; il affirme qu’il supportera le coût de cette année supplémentaire. Lord Carnarvon accepte de repartir pour un an, mais consent à financer cette dernière campagne.

Carter, constatant que ses recherches proches du soubassement de la vallée sont infructueuses, reporte celles-ci sur un périmètre dont il constate que nul ne l’a jamais prospecté. Le 1er novembre, les fouilles commencent à l’endroit même où se trouvaient les huttes des ouvriers de Davis, lorsqu’il trouva la tombe de Ramsès IV. Carnarvon est en Angleterre, lorsque, le 4 novembre à l’aube, on dégage une marche, puis d’autres. Le soir, Carter est devant une porte inviolée, portant le sceau d’Anubis, annonciatrice qu’il se trouve devant la tombe d’un grand personnage.

Pour le reste, les journalistes sur place, ayant besoin de produire des articles, feront naître la légende de la Malédiction du pharaon. Carnavon fut victime d’une septicémie, se blessant en se rasant sur une piqûre de moustique, tandis que de nombreux savants, déjà âgés au moment de la découverte, décédèrent par la suite. Pourtant, Carter qui fut le premier à pénétrer dans la tombe, s’éteignit 17 ans plus tard, triste et désabusé, sachant que jamais plus il n’éprouverait une excitation comparable à celle de 1922.

Navigation

AgendaTous les événements

décembre 2018 :

novembre 2018 | janvier 2019

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Publications Derniers articles publiés

Brèves Toutes les brèves

  • Découverte de huit nouvelles momies dans le sud du Caire

    Huit sarcophages en calcaire contenant des momies ont été découverts le 28 novembre, dans la nécropole de Dahchour, dans le sud-ouest du Caire.
    Ces sarcophages, remontent à la “basse époque” se situant entre (700 et 300 ans avant Jésus-Christ), indique le ministre égyptien des Antiquités Mustapha Waziri, ajoutant que ces momies seront prochainement exposées aux musées de Hourghada et Charm el-Cheikh, (...)

  • un site archéologique datant de 5 000 ans avant J.-C. découvert

    À quelques mètres sous terre, un site néolithique a pu faire l’objet de fouilles. Ce dernier remonterait à 5 000 ans av. J.-C., il serait l’un des plus vieux villages au monde ; sur place, des réservoirs contenant des restes animaux et végétaux ainsi que des objets artisanaux attestent d’une culture déjà avancée, comme le rapportait le ministère égyptien des Antiquités.
    Ces fouilles laissent penser (...)

  • Un nouveau sphinx découvert à Louxor

    C’est lors d’un chantier pour une route reliant Louxor à Karnak que des ouvriers ont découvert un sphinx vieux de 4 000 ans qui se trouvait là, enfouit sous des dizaines de mètres de sables depuis plusieurs milliers d’années. Le chantier a dû être suspendu, laissant place aux archéologues qui ont libéré la bête. Très peu de visuels sont actuellement disponibles. En effet, le ministère des antiquités (...)

  • Découverte d’un sarcophage noir

    Des archéologues égyptiens viennent de mettre au jour un sarcophage enfoui sous terre depuis plus de 2.000 ans. Découvert par hasard, le cercueil antique étonne par ses dimensions hors du commun, mais aussi par son exceptionnel état de conservation, qui promet des révélations inédites.
    Un mètre quatre-vingt-cinq de haut, deux mètres soixante-cinq de long et un mètre soixante-cinq de large… Telles sont (...)

  • une chambre funéraire découverte sur le site de Gizeh

    Les archéologues ont fait une découverte près de Gizeh, en Égypte : un puits funéraire d’une trentaine de mètres de profondeur, vieux de 2 500 ans.
    Le puits abritait un atelier de momification. Les chercheurs y ont en effet découvert plus d’une trentaine de momies parfaitement conservées, issues de différentes classes sociales de l’Égypte (...)