Iouf

Iouf est une forme du soleil, plus précisément d’Atoum, lorsqu’il parcourt les régions souterraines, le ciel nocturne. Il est figuré au Nouvel Empire dans les scènes funéraires des tombes de la vallée des Rois et aussi dans celles de la vallée des Reines, où Iouf, assimilé à la défunte (tombe de Nefertari ou de Bentanta) est assisté d’Isis et de Nephtys. Au nadir du périple solaire, se déroule une fusion théologiquement très importante, la fusion de l’énergie d’Osiris, latente, qui se réveille et celle d’Atoum-, en transformation, qui se recharge. Ces énergies - ou plutôt bas - sont totalement opposées et entrent en contact. Cette fusion fait d’Atoum- un dieu funéraire et fait absorber par Osiris des fonctions solaires. Cette opération permettra au soleil de se recharger, d’acherver sa transmutation et de renaître à l’horizon oriental. Ces echanges et transformations correspondent à l’espoir des trepassés qui voudraient repasser le seuil existentiel dans le sens mort-vie et renaître. On trouve dans la tombe de Séthy 1er la formule : « Osiris se repose en et se repose en Osiris ». On dit aussi qu’Osiris est « hier » et est « demain ».

Iouf désigne aussi un groupe de singes protecteurs du défunt qui figurent dans les tombeaux de la vallée des reines. Le fait qu’ils soient armés indique leur rôle de défenseur du mort et avec Hememèt ces singes veillent sur la transformation du défunt. Ils sont probablement en relation avec les transformation d’Atoum et avec l’Iouf, forme d’Atoum.

Navigation

AgendaTous les événements

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Brèves Toutes les brèves

  • L’au-delà 4 étoiles pour les animaux de l’Egypte Ancienne !

    Les anciens égyptiens avaient le plus grand respect pour les animaux qu’ils apparentaient aux divinités. Ils en ont ainsi momifié des millions : oiseaux, reptiles, mammifères. On a longtemps pensé que l’embaumement animal ne consistait qu’en un simple enroulement de bandages en lin, ou d’un trempage dans la résine. Mais, Anubis, dieu des morts à tête de chacal, réservait en fait un sort de pacha à leur (...)

  • le mystère de la « main coupée »

    Le Château de Gruyères expose dès mercredi un objet insolite : une main coupée. L’objet, entouré de toutes sortes de légendes, appartient au château depuis belle lurette. Une analyse anthropologique vient d’en découvrir l’origine. Pendant de longues années, toutes sortes de légendes ont circulé quant à l’origine de la main coupée. Selon la version la plus courante, la main aurait été rapportée de Terre (...)

  • Le secret de la momie

    Le 1er juillet, le British Museum de Londres a ouvert au public son centre de réalité virtuelle, consacré à la momie de Nesperennub, prêtre au temple de Karnak il y a environ 3 000 ans. Pour la première fois, on peut découvrir en trois dimensions l’intérieur d’une momie. Celle-ci fut d’abord numérisée à l’aide d’un scanner médical à technologie numérique d’un hôpital londonien, afin d’obtenir 1500 images, (...)

  • Un check-up à NTUH pour la momie égyptienne

    A quelques jours d’une exposition d’objets provenant des collections égyptiennes du Louvre au Mémorial Tchang Kaï-chek, la vedette de l’événement s’est offert une visite de routine à l’Hôpital de l’université nationale de Taiwan (NTUH). Les docteurs ont confirmé qu’à 3 000 ans bien sonnés, Hemoutouati - ou plutôt sa momie - se porte comme un charme.
    Sans doute n’en saura-t-on guère plus sur la jeune (...)

  • Une momie bourrée de poésie

    Un manuscrit de poésie grecque a été retrouvé dans une momie du IIe siècle avant notre ère. Le papyrus avait servi à rembourrer le cadavre. Selon Kathryn Gutziller, de l’Université de Cincinatti, il s’agit du plus ancien recueil de poésie de la Grèce antique qui nous soit parvenu. Il contient 112 épigrammes de Posidippus, écrits pour la dynastie pharaonique des Ptolémées, et classés par genre : présages, (...)