Symbolique des couleurs dans l’Égypte antique

, par  Jean-Luc

Les Égyptiens de l’Antiquité donnaient aux couleurs principales une valeur symbolique issue de la perception qu’ils avaient des phénomènes naturels en corrélation avec ces couleurs : le vert de la végétation, le noir de la terre fertile, le bleu du ciel ou encore le rouge du désert.

Pour la peinture religieuse, les prêtres n’autorisaient généralement que sept couleurs : le blanc, le bleu, le brun, le jaune, le noir, le rouge et le vert.

Voici leurs significations :

Blanc

La couleur blanche (hedj) est le symbole de la joie et du faste, mais aussi de la pureté rituelle requise pour le culte. Elle rappelle la couleur de l’aurore, la lumière qui triomphe de l’obscurité. Elle représente également l’or blanc dont la chair et les os des dieux sont faits. Le blanc est aussi la couleur de la couronne de Haute-Égypte, le hedjet, qui s’emboîte dans la couronne rouge de Basse-Égypte pour former le pschent. Le blanc peut être obtenu à partir de la cérusite naturelle.

Bleu

Bleu clair

Le bleu clair est le symbole de l’air et du ciel. C’est également la couleur du dieu Amon qui était, entre autres, un dieu de l’atmosphère. Le dieu Min peut également être représenté en bleu dans son aspect de Min-Amon.
[modifier]

Bleu sombre (lapis-lazuli)

Le bleu sombre du lapis-lazuli est le symbole de la voûte céleste la nuit, et des abysses.

Bleu turquoise

Le bleu turquoise est le symbole de l’univers aquatique du Nil, d’où jaillit toute vie.

Brun

Le brun est la couleur de la peau des humains. On distingue souvent l’homme de la femme en rendant la peau de l’homme plutôt en brun rouge (sombre), et celle de la femme plutôt en brun jaune (claire). A noter que, dans certain cas, les personnages aux traits négroïdes peuvent être représentés avec la même couleur brune que les autres personnages.

Jaune

La couleur jaune est le symbole de l’or, du soleil à son zénith et de l’immortalité. C’est la couleur des dieux, dont le corps est en or jaune (ou en or blanc).

Noir

La couleur noire (kem) symbolise la mort, mais aussi son corollaire, la résurrection, et ainsi paradoxalement la vie et la fertilité. C’est la couleur du limon fertile apporté par le Nil à chaque inondation. Le nom ancien de l’Égypte, kmt (kemet ou kemit), se traduit généralement par « la (terre) noire ». Osiris, Anubis, Ptah et les autres dieux en rapport avec la mort et la résurrection sont souvent représentés avec la peau noire (ou verte). C’est également la couleur de la robe des taureaux sacrés Apis et Mnévis. La couleur noire pouvait être obtenue à partir de la galène. A partir de la IVe dynastie, le noir remplaça le vert pour les fards appliqués autour des yeux. Il est probable qu’il représente la couleur entourant naturellement les yeux du faucon, animal sacré du dieu Horus dont l’œil avait une forte connotation bénéfique.

Gris

Le dieu Oupouaout est représenté en gris, mais il est difficile de déterminer si cette couleur a un sens symbolique différent du noir ou s’il ne s’agit que d’une « astuce » d’artiste pour le différencier du dieu Anubis à l’apparence très similaire.

Rouge

La couleur rouge (decher) est le symbole de la violence, du désert, du sang et de la mort, mais aussi de la victoire. C’est notamment la couleur du dieu Seth, le destructeur, dont on disait qu’il avait les cheveux roux. La couronne de Basse Égypte, le desheret, est de couleur rouge (bien que le nord, notamment le Delta du Nil, soit très riche en végétation.

Vert

La couleur verte (ouadj) s’écrit avec le hiéroglyphe représentant un papyrus. Elle symbolise évidemment la végétation, mais également la jeunesse, la bonne santé et la régénération. Elle partage ainsi une partie de la symbolique de la couleur noire, et c’est pourquoi certains dieux, comme Osiris par exemple, sont représentés tantôt en noir, tantôt en vert. Parmi les divinités parfois représentées en vert, notons également le dieu Ptah et la déesse Maât.

Le vert pouvait être obtenu à partir de la malachite.

Navigation

AgendaTous les événements

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Brèves Toutes les brèves

  • La mise en pli des momies égyptiennes

    Une substance grasse utilisée comme gel de coiffage a été découverte sur les cheveux de momies en Egypte.
    La momie de la reine Tiye, grand-mère de Toutankhamon, est un exemple de coiffure soignée emportée dans l’au-delà. (Chine nouvelle/Sipa)
    Embaumées, parées d’atours et d’attributs en fonction de leur rang social, les momies égyptiennes étaient aussi bien coiffées pour le voyage vers l’au-delà. (...)

  • Redécouverte d’un secret antique

    Deux chercheurs viennent de redécouvrir le grand secret de la cosmétique égyptienne, perdu depuis plusieurs millénaires. Christian Amatore et Philippe Walter (CNRS, ENS) ont en effet élucidé le rôle paradoxal du chlorure de plomb (un poison), retrouvé à l’état de traces au fond des vieux pots de fards et d’onguents - dont faisaient usages les Egyptiennes et les Egyptiens d’il y a 4000 ans. Ce chlorure de (...)

  • Autopsie d’une momie : la tuberculose a tué une Egyptienne il y a 2.600 ans

    Une dame de la haute société de l’Egypte des pharaons a succombé il y a 2.600 ans à la turberculose, a révélé une dernière autopsie de sa momie découverte au début du 19ème siècle, selon une étude parue mardi dans la revue britannique Proceedings of the Royal Society B.
    Le cadavre de cette femme, découvert en 1819 dans la nécropole de Thèbes et embaumé dans un état de conservation exceptionnel, avait été (...)

  • 4e Rencontre des "Vendredis du CDAP" à Tunis

    L’histoire de la médecine arabe : un héritage glorieux
    Comment se fait-il qu’une civilisation si brillante dans le domaine de la science et de la médecine se soit brusquement dégradée ?
    Comment réagir face à cette citation : « Des chirurgiens arabes sont à l’origine de l’invention de la seringue dont l’éminent médecin andalou Abu al-Qasim Khalaf Ibn Abbas Al Zahrawi (Abulcassis) qui fut traumatologue, (...)

  • Un championnat d’escrime en Egypte devant le Pharaon Ramsès III

    Huit siècles avant Platon, 3200 ans avant notre époque (en 1198 ou 1180 avant J. C.) une compétition d’escrime s’est déroulée en Egypte et les parois sculptées d’un temple de Médinet Habou en portent toujours le souvenir.
    C’était au lendemain d’une sortie dans le désert de Libye qui menaçait alors l’Egypte. À la tête de son armée, le pharaon Ramsès III avait remporté une victoire décisive et, revenu dans sa (...)