.


Articles les plus récents

  • NapataLire la suite de «Napata»

    Napata est à la fois le nom d’un royaume antique d’Afrique et le nom de sa capitale. Son nom est attaché à la « deuxième période » du royaume de Koush (après le royaume de Kerma et avant celui de Méroé).
    Une nouvelle cité d’Amon
    Situé en aval de la quatrième cataracte du Nil, le site est sur la liste du patrimoine mondial en Afrique au Soudan. Les ruines de la ville antique sont situées au pied du Gebel (...)

  • L’art au Moyen EmpireLire la suite de «L’art au Moyen Empire»

    , par LECLANT Jean

    Si le Moyen Empire est l’un des temps forts de l’histoire et de la civilisation égyptiennes et se trouve relativement bien connu, des découvertes restent possibles, même sur des sites aussi étudiés que Dahshour. Une mission de l’Institut archéologique allemand du Caire, dirigée par D. Arnold, qui poursuit des travaux dans le secteur du complexe pyramidal d’Amenemhat III (XIIe dynastie, vers 1800 av. (...)

  • Petite histoire de l’archéologie égyptienneLire la suite de «Petite histoire de l’archéologie égyptienne»

    , par LECLANT Jean

    Préparée par les travaux des savants de l’expédition d’Égypte (menée par Bonaparte en 1798-1799), amorcée par les découvertes de voyageurs érudits célèbres, tels Champollion (qui, en 1828-1829, remonta le Nil jusqu’à la deuxième cataracte) puis le Prussien Lepsius (qui, de 1842 à 1845, visita de nombreux sites, s’avançant loin dans ce qu’on appelait alors l’Éthiopie, c’est-à-dire l’actuel Soudan), la grande (...)

  • Archéologie des époques tardivesLire la suite de «Archéologie des époques tardives»

    , par LECLANT Jean

    De l’autre côté de la falaise du Bubasteion, le même banc rocheux comporte un autre grand tombeau, celui de Bakenrenêf (Bocchoris), vizir de Psammétique Ier, le premier souverain (664-610 av. J.-C.) de la dynastie saïte ; le décor, fort beau, a conservé une partie de sa polychromie éclatante. Des travaux importants y ont été menés par le professeur Edda Bresciani, dirigeant une mission de l’université de (...)

  • Archéologie de l’Ancien EmpireLire la suite de «Archéologie de l’Ancien Empire»

    , par LECLANT Jean

    À Saqqara, au sud immédiat du Caire, dans le vaste secteur des Pyramides, J.-P. Lauera poursuivit de 1926 à sa mort, sur ce site majeur de l’archéologie égyptienne, la restauration et l’anastylose du complexe funéraire qui entoure la pyramide à degrés de Djoser, le fondateur de la IIIe dynastie (vers 2600 av. J.-C.).
    C’est le premier monument colossal de l’architecture égyptienne, Imhotep, le génial (...)

  • L’Ancien Empire (2815-2400)Lire la suite de «L’Ancien Empire (2815-2400)»

    , par DAUMAS François

    Petite histoire de l’Ancien Empire
    Essor de la civilisation pharaonique
    La IIIe dynastie vit s’accentuer les progrès de la civilisation pharaonique. Le roi Djéser paraît avoir eu une forte personnalité et il sut choisir ses collaborateurs. L’un d’entre eux, le génial Imhotep, fut un architecte de premier ordre. Il conçut, pour rendre éternel le tombeau royal, une construction entièrement en pierre, (...)

  • AmonLire la suite de «Amon»

    D’origine obscure - hermopolitaine ou thébaine -, le dieu égyptien Amon n’est d’abord qu’une divinité tout à fait secondaire, à la fonction mal définie. Son extraordinaire faveur fut liée à l’ascension des princes thébains. Dieu dynastique sous la XIIe dynastie, il connut la gloire lorsque les princes thébains eurent chassé les Hyksos au début du Nouvel Empire. Il devint dieu suprême de l’Égypte libérée. (...)

  • AmarnaLire la suite de «Amarna»

    Amarna (ou Tell el-Amarna) la citée de l’héretique
    Sous le nom d’Amarna ou Tell el-Amarna, on désigne le site de Moyenne Égypte où le pharaon de la XVIIIe dynastie (XIVe s. av. J.-C.) Aménophis IV-Akhénaton choisit d’édifier sa nouvelle capitale pour prendre ses distances avec Thèbes et pour fournir un cadre approprié au culte, plus ou moins exclusif, du dieu solaire Aton qu’il tenta d’imposer au pays. (...)

  • AkhenatonLire la suite de «Akhenaton»

    , par DESROCHES-NOBLECOURT Christiane

    Akhenaton, l’héretique de Tell-Amarna
    Lorsque le fils aîné d’Aménophis III monta sur le trône d’Égypte à la fin du premier tiers du XIVe siècle avant notre ère, il portait encore son nom de naissance, Aménophis, le quatrième de la XVIIIe dynastie. Le jour de son sacre, il reçut son prénom de couronnement, Néferkhéperourê, qu’il aurait dû porter désormais. Mais quelques années après - quatre au minimum, six (...)

  • AbydosLire la suite de «Abydos»

    , par ZIVIE-COCHE Christiane

    Abydos, le grand site de Haute-Egypte
    Le grand site de Haute-Égypte, Abydos, porte aujourd’hui encore le nom qui lui fut donné par les Grecs, de l’égyptien Abdjou (en copte, Abot). Situé à proximité de l’actuelle ville de Baliana dans la province de Sohag, sur la rive gauche du Nil, il faisait partie du VIIIe nome de Haute-Égypte, Ta-our, « la terre ancienne » ( ?), dont la capitale était Thinis, (...)

  • Les HiéroglyphesLire la suite de «Les Hiéroglyphes»

    , par Guillaume Blanchard

    Définition
    Le mot hiéroglyphe est formé à partir du mot grec hieroglúphos, composé à partir des racines grecques hierós (« sacré ») et glúphein (« graver »). Les Grecs nommèrent ainsi l’écriture égyptienne qu’ils rencontrèrent gravée sur les parois des monuments (stèles, temples et tombeaux). Le mot hieroglúphos désignait en grec « celui qui trace des hiéroglyphes » et non les hiéroglyphes eux-mêmes, qui se (...)

  • L’art égyptien - periode archaïqueLire la suite de «L’art égyptien - periode archaïque»

    L’époque archaïque (-6000 - env -3000 av JC)
    Avant de suivre les grandes phases des heurs et malheurs de l’Égypte, il faut d’abord prendre conscience de deux difficultés considérables : les lacunes de l’information et l’incertitude de la chronologie.
    Il ne reste plus aucun récit suivi de l’histoire d’Égypte. Celui qui nous est parvenu à travers Hérodote est très incomplet, certainement bouleversé et (...)

  • L’art AmarnienLire la suite de «L’art Amarnien»

    Après l’épanouissement de l’art égyptien le plus classique sous Aménophis III, l’Égypte connaît soudain, vers 1370, une révolution en tous domaines. Le fils d’Aménophis III, le pharaon hérétique Aménophis IV, prend le nom d’Akhénaton (Celui-qui-est-agréable-à-Aton). Rompant avec le clergé thébain d’Amon, il crée en moyenne Égypte une nouvelle capitale, Akhétaton (L’Horizon d’Aton), sur les ruines de laquelle (...)

  • L’effondrement et les Hyksos (1800-1600)Lire la suite de «L’effondrement et les Hyksos (1800-1600)»

    , par DAUMAS François

    Comment la civilisation du Moyen empire sombra-t-elle ? Les documents sont trop fragmentaires et trop rares pour le savoir. Durant la XIIIe dynastie encore, les pharaons règnent sur le pays tout entier, mais on constate déjà que leur nombre est considérable. Auraient-ils été souvent détrônés par des compétiteurs ? La succession paraît bien ne pas avoir été assurée régulièrement. La XIVe dynastie laisse (...)

AgendaTous les événements

août 2019 :

juillet 2019 | septembre 2019

Annonces

  • Le masque d’Anubis enfin disponible.

    Le masque d’Anubis est maintenant disponible en version ebook au format Kindle chez Amazon

    La Couverture

    La version papier est disponible sur Lulu.com

    Le pitch :

    Thèbes au Nouvel Empire, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans l’ancienne capitale de l’Égypte.
    L’enquête est confié à un jeune Medjaï de la police de Pharaon, qui aidé par une praticienne d’origine libyenne va bien vite mettre la main sur un suspect. Mais les apparences sont parfois trompeuse...

Sites favoris Tous les sites

11 sites référencés au total

Brèves Toutes les brèves

Statistiques

Dernière mise à jour

  • mardi 20 août 2019

Publication

  • 1792 Articles
  • Aucun album photo
  • 332 Brèves
  • 11 Sites Web
  • 139 Auteurs

Visites

  • 130 aujourd'hui
  • 172 hier
  • 843346 depuis le début
  • 5 visiteurs actuellement connectés